Q HISTOIRE – Poutine : « L’État profond américain est prêt à sacrifier Israël »

Voila une bonne vidéos d’explication qui nous permet de comprendre la place de Vladimir Poutine contre l’état Profond Russe, une Rencontre avec les ambassadeurs et représentants permanents de la Russie, le 19 juillet 2018.


deux fois par an. Des invitations sont envoyées aux chefs du gouvernement et aux deux chambres de l’Assemblée fédérale, ainsi qu’aux chefs des ministères et des agences impliqués dans des activités internationales, plus les membres des communautés de recherche, d’experts et d’affaires.


Le président de la Russie, Vladimir Poutine : Chers collègues, bienvenue à cette réunion traditionnelle.

Tout d’abord, je voudrais exprimer ma gratitude aux dirigeants, au personnel et aux vétérans du service diplomatique pour leurs efforts visant à protéger les intérêts nationaux de la Russie et pour leur contribution à la coopération internationale.

Le bureau central du ministère, nos ambassades et toutes les autres missions russes à l’étranger agissent avec professionnalisme et de manière coordonnée, en accomplissant les tâches qui leur sont confiées. La Russie mène une politique étrangère responsable et indépendante dans une situation mondiale qui évolue de manière dynamique et mouvementée.

Je tiens à souligner que la participation active de la Russie aux affaires mondiales est motivée par notre intérêt national prioritaire, qui est de créer des conditions favorables et sûres pour la percée du développement du pays, pour la réalisation d’objectifs sociaux et économiques à grande échelle et pour l’amélioration de la qualité de vie de la population.

Notre peuple veut que la Russie soit un État fort, indépendant et pacifique. Nous sommes ouverts aux partenariats, aux relations mutuellement bénéfiques et constructives avec tous les pays et associations régionales.

En tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, la Russie continuera à défendre les principes fondamentaux inscrits dans la Charte des Nations unies, qui sont la souveraineté, l’égalité des États, la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays et le règlement équitable des différends. Nous pensons qu’en respectant le droit international et en travaillant ensemble, nous pouvons faire face aux problèmes mondiaux les plus complexes.

Le monde a indubitablement besoin de notre approche pour assurer la sécurité et la stabilité mondiales, pour contrer les nouvelles menaces et les nouveaux défis.

Les vues de la Russie sur la meilleure base pour un ordre mondial moderne sont soutenues par nos alliés de l’OTSC, de la CEI, du BRICS et de la part de l’OCS. Nous comprenons tous qu’ils représentent une grande partie de la population mondiale. Nous avons agi et continuerons à agir sur la base de nos positions de principe lorsque nous traitons des crises régionales aiguës.

C’est avec le rôle décisif de la Russie que le terrorisme international, l’ISIL et d’autres groupes extrémistes ont subi un coup dur en Syrie. Cela a permis à la Syrie de conserver son statut d’État et de créer les conditions de son redressement économique et du retour des réfugiés.

Je tiens à remercier une fois de plus nos militaires qui ont courageusement accompli et continuent d’accomplir leur devoir professionnel et, bien sûr, les diplomates qui sont tout aussi largement et généreusement impliqués dans la question syrienne.

Grâce aux efforts diplomatiques actifs de la Russie, le processus d’Astana progresse. Le Congrès du dialogue national syrien qui s’est tenu à Sotchi au début de cette année a été une réalisation importante qui mérite la plus grande attention, l’étude et le soutien le plus ferme. Ces efforts jettent des bases légitimes pour la renaissance de la Syrie.

L’organisation du Comité constitutionnel pour préparer la réforme constitutionnelle et les élections ultérieures, avec le soutien des Nations unies, est maintenant à l’ordre du jour. Bien sûr, il est extrêmement important que la communauté internationale intensifie ses efforts pour fournir une aide humanitaire aux Syriens. Nous y travaillons.

C’est clairement important pour la Syrie et le reste de la région, ainsi que pour de nombreux autres pays, car nos efforts actifs peuvent réduire la pression migratoire sur les pays européens.

La Russie a également proposé une solution pour la péninsule coréenne impliquant des efforts collectifs et un dialogue. Nous nous sommes associés à la Chine pour élaborer un plan de normalisation progressive de la situation dans cette région.

Il est bon que les idées proposées dans ce plan aient été appliquées et que les parties aient entamé des négociations, en faisant preuve de respect l’une pour l’autre et en s’abstenant de tout acte pouvant avoir des conséquences irréparables. Nous espérons que ces tendances positives, qui ont été rendues possibles également grâce à la contribution du président américain Donald Trump, continueront à se développer.

Toutefois, nous avons vu des cas où des accords conclus grâce aux efforts concernés ont déraillé du jour au lendemain. Je fais référence à la décision unilatérale des États-Unis de se retirer du plan d’action global conjoint sur le programme nucléaire iranien.

Ce document est d’une importance cruciale pour la non-prolifération mondiale. Notre tâche consiste à préserver cet accord vital et à empêcher que la tension croissante au Moyen-Orient ne devienne incontrôlable.

Il existe un risque sérieux d’aggravation de la situation dans le sud-est de l’Ukraine. Les raisons sont les mêmes que d’habitude : non-respect par les autorités ukrainiennes de leurs propres engagements et refus de régler le conflit de manière pacifique.

À maintes reprises, nous constatons un mépris ouvert pour les accords, ainsi qu’une réticence à parler à leur propre peuple et un recours à des scénarios militaires. Nous pensons que le paquet de mesures de Minsk fournit des raisons fondamentales pour

Il est important que nous concentrions nos efforts sur l’obtention de résultats spécifiques et pragmatiques, sur l’exploitation de nouveaux marchés, sur l’expansion des exportations et sur l’accès aux technologies et aux investissements de pointe, tout en surmontant les obstacles et les limitations auxquels les entreprises russes sont confrontées sur les marchés étrangers.

Dans le monde d’aujourd’hui, les principes de concurrence et d’ouverture du commerce mondial sont de plus en plus remplacés par le protectionnisme, tandis que les gains économiques et l’opportunisme sont échangés contre des programmes partisans et des pressions politiques. Les liens économiques et la liberté d’entreprendre sont politisés.

Dans ce contexte, la politique étrangère de la Russie doit aller à l’encontre de cette tendance en étant plus axée sur l’économie et plus rationnelle. Il est particulièrement important de créer un espace de bon voisinage, de bien-être, de sécurité et de stabilité sur tout le périmètre de notre frontière d’État.

L’Union économique eurasienne est un projet d’intégration essentiel pour la Russie. Il est gratifiant de constater que nos partenaires sont guidés par les mêmes priorités que nous au sein de l’UEEA et que nous les mettons en œuvre ensemble de manière assez efficace. L’essence de ces approches est d’utiliser les opportunités découlant des processus d’intégration pour stimuler la croissance économique dans tous les pays membres afin que les citoyens et les entreprises bénéficient de cette coopération.

Nous croyons également en l’importance d’intensifier les contacts de l’EAEU avec d’autres pays. Sa zone de libre-échange avec le Vietnam a été lancée, et des pourparlers sont en cours avec Israël, la Serbie et Singapour. Des consultations avec l’Égypte et l’Inde devraient bientôt commencer. Un accord temporaire ouvrant la voie à la création d’une zone de libre-échange avec l’Iran a été signé. Au total, il existe une cinquantaine de propositions visant à établir des partenariats avec l’Union économique eurasienne.

De bonnes perspectives s’ouvrent grâce aux efforts conjoints avec la Chine résultant de l’accord de coopération commerciale et économique signé en mai entre Pékin et l’Union économique eurasienne.

L’Union économique eurasienne et l’initiative « Belt and Road » se complètent efficacement. L’harmonisation de ces projets peut jeter les bases de l’établissement d’un Grand partenariat eurasien – un espace de coopération économique aussi libre que possible de toute barrière.

Nous devrions appliquer la même logique au développement des relations avec l’Union européenne, qui reste l’un de nos principaux partenaires commerciaux malgré les difficultés actuelles. Nous avons de nombreux intérêts économiques qui se chevauchent avec l’UE. Nos infrastructures communes de transport et d’énergie se développent depuis des décennies.

Je voudrais souligner que tous les projets commerciaux que nous mettons en œuvre avec l’Europe, y compris, par exemple, le Nord Stream 2, sont uniquement commerciaux et économiquement viables ; ils ne sont pas politiquement chargés et n’ont pas d’agenda caché.

La clé pour assurer la sécurité et la sûreté en Europe consiste à étendre la coopération et à rétablir la confiance, et non à déployer de nouvelles bases de l’OTAN et des infrastructures militaires près des frontières de la Russie, comme c’est le cas actuellement.

Nous répondrons de manière appropriée à ces mesures agressives, qui constituent une menace directe pour la Russie. Nos collègues, qui tentent d’aggraver la situation, en cherchant à inclure, entre autres, l’Ukraine et la Géorgie dans l’orbite de l’alliance, devraient réfléchir aux conséquences possibles d’une telle politique irresponsable.

Nous avons besoin d’un nouveau programme positif visant à la collaboration et aux tentatives de trouver un terrain d’entente. Bien sûr, j’ai discuté de cela lors de ma rencontre avec le président des États-Unis, M. Trump.

Nos points de vue étant différents sur de nombreux sujets, nous avons convenu que les relations entre la Russie et les États-Unis sont profondément insatisfaisantes et, à bien des égards, encore pires que pendant la guerre froide.

Bien sûr, il serait naïf de croire que les problèmes qui se sont accumulés au fil des ans seraient résolus en quelques heures. Personne ne comptait là-dessus. Mais je crois que nous nous sommes engagés sur la voie de changements positifs.

Il est important de noter qu’un sommet à part entière, avec la possibilité de parler directement, a finalement eu lieu. Il a été globalement réussi et a débouché sur des accords productifs.

Nous devrons bien sûr attendre de voir quelle tournure prendront les événements, d’autant plus que certaines forces en Amérique tentent de minimiser et de désavouer les résultats du sommet d’Helsinki.

Pour m’écarter du sujet principal, je voudrais dire quelques mots sur une note personnelle, pour ainsi dire.

Nous voyons qu’il y a des forces aux États-Unis qui sont prêtes à sacrifier les relations russo-américaines pour promouvoir leurs ambitions au milieu des conflits politiques intérieurs en Amérique. Ils sont prêts à sacrifier les intérêts de leurs entreprises, qui perdent des contrats de plusieurs millions de dollars et le marché russe en général, ainsi que des emplois aux États-Unis, même s’ils ne sont pas nombreux, mais il y a quand même des emplois en place dans le cadre de la coopération avec la Russie. Il s’agit de dizaines de milliers, voire de centaines de milliers d’emplois.

Ils sont prêts à sacrifier les intérêts de leurs alliés en Europe et au Moyen-Orient, en particulier ceux de l’État d’Israël. Nous avons notamment discuté de la sécurité sur le plateau du Golan lors de l’opération en Syrie. Apparemment, personne ne s’y intéresse. Ils sont prêts à sacrifier même leur propre sécurité.

Je voudrais dire que le nouveau traité START expirera en 2021. D’une manière générale, nous aurions pu nous en passer il y a plusieurs années, mais nous avons pris la bonne décision en le signant. Si nous ne commençons pas à travailler dès maintenant pour coordonner sa prorogation, il cessera d’exister dans un an et demi. Nous n’aurons tout simplement pas ce traité.

Quand je parle de ces forces, vous savez, cela ne correspond pas à notre philosophie politique, car on nous a toujours enseigné que les fonctionnaires qui travaillent dans l’intérêt de l’État, de la société, doivent penser avant tout à ces intérêts fondamentaux et leur donner la priorité. Malheureusement, il existe aux États-Unis des forces qui font passer leurs intérêts étroits de groupe et de parti avant les intérêts nationaux.

Nos célèbres écrivains satiriques ont un jour écrit à propos de ces personnes : « Misérables, malheureux ! » Mais il n’en est pas tout à fait ainsi, du moins en ce qui concerne cette affaire. Il ne s’agit pas de personnes misérables ou malheureuses. Non, ce sont des gens puissants et forts qui peuvent pousser – pardon pour le mauvais ton – des histoires incroyables et illogiques face à des millions de leurs citoyens. Oui, ils peuvent vraiment le faire.

Je ne dis pas cela pour gronder ou féliciter qui que ce soit. Absolument pas. Je dis cela pour que nous en tenions compte dans notre travail pratique en direction des États-Unis. Ce sont les faits de la vie moderne,

Néanmoins, la Russie est ouverte à de nouveaux contacts avec les États-Unis sur une base d’égalité et d’avantages mutuels. C’est ce dont non seulement notre peuple mais aussi le monde entier ont besoin. En tant que premières puissances nucléaires du monde, nous avons une responsabilité particulière en matière de stabilité et de sécurité stratégiques.

Chers collègues, permettez-moi de dire quelques mots sur un autre sujet. La Coupe du monde 2018 de la FIFA s’est achevée il y a quelques jours. Non seulement les chefs d’État et de gouvernement de nombreux pays ont visité la Russie, mais aussi, et surtout, des centaines de milliers de fans de football du monde entier, qui ont vu de leurs propres yeux la vraie Russie : ouverte, amicale et moderne.

C’est un succès évident et une percée dans ce que l’on appelle la diplomatie publique. Cela est dû, entre autres, à votre contribution à la préparation de cet événement de grande envergure. Je tiens à vous remercier pour vos efforts.

Chers collègues, il est évident que la charge de travail du bureau central du ministère des affaires étrangères et de toutes les ambassades de Russie ne diminuera pas en allant de l’avant. Il y a beaucoup de travail pour vous à l’avenir, et chacun d’entre vous a une immense responsabilité.

Ne vous y trompez pas : les dirigeants du pays restent déterminés à assurer le bien-être matériel et à améliorer le statut professionnel des diplomates, ainsi qu’à améliorer la sécurité sociale des employés du ministère. Un certain nombre de décisions ont été prises à cet effet.

En même temps, certaines questions sensibles, notamment celle des salaires, des garanties sociales pour les membres de la famille, des pensions de retraite et du logement, doivent encore être abordées. Bien entendu, le gouvernement y travaillera.

Je voudrais demander au gouvernement de garder ces questions sous contrôle et d’empêcher toute approche formaliste ou bureaucratique. Permettez-moi de souligner que ces efforts visent à garantir que les diplomates puissent exercer leurs fonctions professionnelles dans un environnement favorable, ce qui est extrêmement important pour accroître l’efficacité de nos efforts en matière de politique étrangère en général.


Source :  Kremlin

Traduction : Qactus