URGENT : le plan est programmé pour abandonner le personnel, « Le gouvernement américain ne peut pas garantir un passage sûr vers l’aéroport international Hamid Karzai », à Kaboul.


Comme nous l’a expliqué, Raheem Kassam, dans cet article ici ou le lire ci-dessous, voici une nouvelle alerte de sécurité ci-dessou : « Le gouvernement américain ne peut pas garantir un passage sûr vers l’aéroport international Hamid Karzai », à Kaboul.

Pour mieux comprendre ce plan volontaire mis en place par J. Biden lire l’article ci-dessous clic ici.

Publié le 19.8.2021


Traduction du « Security Alert » :

Ambassade des États-Unis en Afghanistan
Visas
Services aux citoyens américains
Nos relations
Affaires
Éducation et culture
Ambassade
Actualités et événements
Alerte de sécurité : Ambassade des États-Unis à Kaboul (18 août 2021)
Accueil Actualités 8 Événements I Alerte de sécurité : ambassade des États-Unis à Kaboul (18 août 2021)
Emplacement : Kaboul
Les vols fournis par le gouvernement américain sont en cours de départ. Les citoyens américains, les titulaires d’un permis de séjour temporaire, leurs conjoints et leurs enfants célibataires (âgés de moins de 21 ans) devraient envisager de se rendre à Hamid Karzai IntemationalAir.
Karzai IntemationalAirport. Vous devez prévoir d’entrer dans l’aéroport à Camp Sullivan. Depuis le South Tramc Circle de l’aéroport HKIA, dirigez-vous vers l’est sur Ikm et tournez à droite sur Camp Sullivan.
sur Camp Sullivan. Veuillez noter que les portes peuvent changer fréquemment et que nous vous fournirons des mises à jour si nécessaire.
LE GOUVERNEMENT DES ETATS-UNIS NE PEUT GARANTIR LA SECURITE DU PASSAGE VERS L’AEROPORT INTERNATIONAL HAMID KARZAI.

  • Pour des mises à jour, suivez-nous sur Facebools et Twitter. Veuillez vérifier votre dossier de spam pour les messages.
  • Pour les urgences, appelez le 1-888-407-4747 (États-Unis et Canada) ou le +1-202-501-4444 (outre-mer) ou [email protected]

IMPORTANT

Pour mieux comprendre le DS à travers J. Biden, président du sou-sol a tout organisé à l’avance, et il est URGENT de comprendre que le plan est programmé pour abandonner le personnel : « Le département d’État de Joe Biden a interrompu un plan de « réponse à la crise » de l’ère Trump visant à éviter les évacuations de type Benghazi, quelques mois avant la prise de contrôle par les talibans. » À lire ci-dessous.

Le département d’État de Joe Biden a interrompu un plan de «réponse à la crise» de l’ère Trump visant à éviter les évacuations de style Benghazi quelques mois seulement avant la prise de contrôle des talibans.

Publié le 18.8.2021 par Raheem J. Kassam

Traduction : Exclusif : Commentaires de Donald Trump : « Biden a annulé les plans de Trump concernant l’évacuation des Américains dans les zones de crise, quelques mois avant que les talibans ne prennent Kaboul. »

Le département d’État de Joe Biden a décidé d’annuler un programme essentiel du département d’État visant à assurer des évacuations rapides et sûres d’Américains hors des zones de crise quelques mois seulement avant la chute de Kaboul, The National Pulse peut révéler en exclusivité.

Le « Contingency and Crisis Response Bureau » – qui était conçu pour gérer le soutien médical, diplomatique et logistique concernant les Américains à l’étranger – a été mis en pause par le département d’État d’Antony Blinken au début de cette année. La notification a été officiellement signée quelques mois seulement avant la prise de contrôle de l’Afghanistan par les Talibans.

« SENSIBLE MAIS NON CLASSIFIÉ », commence un document officiel du département d’État de M. Biden, avant de décrire la démarche suivante, qui consiste à annuler le financement du nouveau bureau par l’ère Trump.

Le document provient du bureau du secrétaire d’État adjoint Brian P. McKeon, confirmé en mars par le Sénat des États-Unis.

Le document est daté du 11 juin 2021, bien que The National Pulse comprenne que la décision de mettre le programme en pause pourrait avoir été prise dès février, sapant à la fois la date initiale de l’ère Trump pour le retrait des troupes d’Afghanistan, et donnant certainement aux Talibans le temps de menacer les biens et les vies des Américains à l’approche de la date de retrait fixée par Joe Biden au 11 septembre.

La ligne d’objet se lit comme suit : « (SBU) Contingency and Crisis Response Bureau », et le corps du document recommande :

« Que vous ordonniez l’arrêt de la création et la fermeture du Bureau de réponse aux situations d’urgence et de crise (CCR), et que vous ordonniez un nouvel examen de certaines exigences et capacités associées du département ».

Il poursuit :

« Que vous ordonniez la suppression de la création et de la fermeture du RCC, conformément aux exigences juridiques applicables, à l’engagement nécessaire des parties prenantes et à tout changement applicable au manuel des affaires étrangères et à d’autres exigences. »

Le document révèle que les recommandations ont été approuvées le 11 juin 2021.

S’adressant exclusivement à The National Pulse, l’ancien président Donald J. Trump a blâmé la démarche irresponsable de Biden :

« Mon administration a donné la priorité à la sécurité des Américains, Biden les laisse derrière. Annuler ce programme réussi de l’administration Trump avant le retrait qui aurait aidé des dizaines de milliers d’Américains à rentrer chez eux est plus que scandaleux. Notre retrait était fondé sur des conditions et parfait, il aurait été exécuté de manière impeccable et personne n’aurait même su que nous étions partis. L’exécution et le retrait de Biden est peut-être le plus grand embarras pour notre pays dans l’histoire, à la fois comme opération militaire et humanitaire. »

Dans un long article paru dans Vanity Fair en mai 2021, le » Contingency and Crisis Response Bureau (CCR) » également désigné par un chevauchement avec un bureau prédécesseur/partenaire appelé « OpMed » est décrit comme une « équipe peu connue de médecins et de faiseurs de miracles cachée au plus profond du Département d’État américain ».

« Avant même que le COVID ne pointe le bout de son nez, OpMed trouvait des moyens de faire toutes sortes de choses, servant de main cachée derrière des opérations audacieuses et souvent dangereuses pour sauver des Américains en péril à l’étranger », indique l’article, avant de citer le secrétaire d’État Tony Blinken sur l’importance des objectifs du programme.

La Direction des opérations du Bureau des services médicaux – ou « OpMed », comme nous l’appelons – est une bouée de sauvetage pour le Département d’État et le peuple américain… Bien que peut-être moins connue en dehors du Département, elle est vitale pour nos opérations. En effet, OpMed fournit la plate-forme et le personnel nécessaires pour sauver des vies américaines dans le monde entier, en particulier en temps de crise. Aux premiers stades de la pandémie de coronavirus, OpMed a joué un rôle essentiel dans l’évacuation et le rapatriement de 100 000 Américains aux États-Unis, alors que les pays commençaient à verrouiller leurs frontières. »

Mais The National Pulse comprend que les fonctionnaires de carrière au sein du département d’État se sont opposés à l’objectif de l’ère Trump de créer un bureau de réponse aux contingences et aux crises dans le but exprès d’éviter une future situation de type Benghazi pour les Américains à l’étranger.

Au lieu de cela, l’équipe de Biden a révoqué le financement et l’approbation du plan, alors même que la crise du COVID-19 se réaffirmait, et que le retrait d’Afghanistan se profilait.

Vanity Fair a rapporté en mai :

« OpMed a émergé des cendres de Benghazi, où, le 11 septembre 2012, des militants ont attaqué le consulat américain, tuant l’ambassadeur des États-Unis en Libye, un responsable de la gestion de l’information et deux entrepreneurs de la CIA. Les événements de cette journée ont ébranlé l’establishment de la sécurité nationale et ont donné lieu à des années de récriminations, d’audiences du Congrès et de commissions d’experts. Lorsque la poussière est plus ou moins retombée, plusieurs conclusions sont apparues : Premièrement, les responsables du Pentagone avaient depuis longtemps mis en garde leurs homologues du département d’État contre la « tyrannie de la distance » en Libye et dans d’autres régions d’Afrique du Nord. Deuxièmement, les médecins de la CIA présents sur les lieux à Benghazi ont joué un rôle indispensable en sauvant la vie de membres du personnel de sécurité diplomatique gravement blessés. Enfin, un groupe d’experts interagences a conclu que, compte tenu du temps de réponse « nettement insuffisant » pour évacuer les blessés de Benghazi, « l’État doit s’assurer qu’il a la capacité de déployer rapidement des intervenants en cas de crise et d’évacuer […] le personnel en danger ».

« La responsabilité de l’internalisation de ces leçons et du renforcement de la capacité du département à traiter ses propres personnes incombait en grande partie à William Walters, qui avait rejoint l’État en décembre 2011 dans ce qui, pendant neuf mois, avait été en grande partie un rôle en quête d’une mission : directeur général de la médecine opérationnelle. Il avait servi dans l’unité d’opérations spéciales la plus élite de l’armée et portait le titre euphémique de chirurgien adjoint du commandement pour les activités sensibles au sein du Joint Special Operations Command (JSOC). « Ils voulaient un type qui comprenait le Pentagone, mais qui pouvait aussi porter des boutons de manchette », dit-il en riant, en évoquant le choc des cultures. Et pourtant, Doc Walters, comme on l’appelle dans les couloirs de Foggy Bottom, s’est rapidement imposé comme un anticonformiste (dans un département qui valorise le consensus) et un égalitaire (dans une organisation qui est un bastion de l’élitisme depuis 1789). »

Un document de justification du budget 2022 du département d’État présenté au Congrès américain au début de l’année note à la page 22 : « Le département a mis en pause la mise en œuvre de l’Op Med (CCR) en attendant une révision de la politique. »

Le 15 août, le département d’État de Biden a été contraint de publier une déclaration humiliante avertissant les citoyens américains que l’ambassade à Kaboul ne répondrait pas à leurs demandes d’aide.

Au moment de la publication, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré que l’armée américaine tentait de mettre en sécurité 5 000 à 9 000 personnes par jour, selon l’Associated Press.

Cette nouvelle va à l’encontre des déclarations de Joe Biden selon lesquelles son gouvernement avait prévu « toutes les éventualités » dans ce pays déchiré par la guerre.

Le National Pulse comprend également qu’aucune notification n’a été envoyée au Congrès des États-Unis, comme cela est requis, lors de cette pause.

Retour au Menu



Autres