Khairullah Khairkhwa, qui faisait partie des « 5 de Gitmo » libérés en 2014 par Obama a planifié le retour des talibans!!.


L’Afghanistan est le dernier joker du Deep-State. Tout est utilisé en ce moment pour détourner l’attention de la fraude électorale. Même remettre en question la fraude électorale fait de vous un terroriste en ce moment. Accrochez-vous mes amis tout leur jeu de cartes va s’écrouler d’une minute à l’autre. Il ne reste plus que 4 coups avant l’échec et mat.


Khairullah Khairkhwa, qui faisait partie des « 5 de Gitmo » libérés en 2014 par Obama a planifié le retour des talibans.

Publié le 17.8.2021 par Amit Chaturvedi, Hindustan Times, New Delhi


Khairullah Khairkhwa (au centre) avec d’autres membres de l’équipe de négociation des talibans, à Doha (photo AFP).


Un prisonnier taliban, libéré de la prison de Guantanamo en 2014 par l’ancien président américain Barack Obama, apparaît comme le personnage clé qui a réuni les insurgés et les a aidés à prendre le pouvoir en Afghanistan. Khairullah Khairkhwa a été libéré avec quatre autres personnes en échange du soldat de l’armée américaine capturé, le sergent Bowe Bergdahl.

Les autres personnes libérées en même temps que Khairkhwa sont Mohammed Nabi, qui était chef de la sécurité des talibans à Qalat ; Mohammad Fazl, qui, selon Human Rights Watch, aurait présidé aux massacres de musulmans chiites en Afghanistan en 2000 et 2001 ; Abdul Haq Wasiq, qui était le vice-ministre taliban du renseignement et Mullah Norullah Nori, qui était un commandant taliban de haut rang à Mazar-e-Sharif en 2001.

Les « Cinq de Gitmo » ont été qualifiés de « plus durs des durs » par les responsables du renseignement américain, qui ont exhorté Obama à reconsidérer sa décision. Cependant, ces avertissements ont été ignorés, avec l’assurance que ces cinq terroristes seront maintenus au Qatar, afin qu’ils ne puissent pas se livrer à la politique active en Afghanistan.

Mais aujourd’hui, un rapport du New York Post affirme que Khairkhwa et les quatre autres personnes libérées avec lui ont pris contact avec des terroristes talibans actifs et ont juré de chasser les troupes américaines du pays qu’ils dirigeaient il y a 20 ans. Khairkhwa a joué un rôle clé dans la formation d’un régime taliban en exil et est devenu le négociateur officiel des pourparlers de paix, selon le rapport du Post.

Lors des négociations qui ont suivi avec les pays occidentaux, Khairkhwa a discuté des conditions avec l’envoyé du président américain Joe Biden en Afghanistan, Zalmay Khalilzad, lors d’une conférence à Moscou. Toutefois, l’équipe a refusé de promettre qu’elle ne lancerait pas d’offensive de printemps, malgré les appels des États-Unis, de la Russie et de la Chine.

Al Jazeera a maintenant cité des combattants talibans qui affirment que Khairkhwa, ainsi que les autres membres de son régime en exil, seront ramenés en Afghanistan.

Washington est en guerre en Afghanistan depuis près de vingt ans, depuis les attentats terroristes du 11 septembre 2001, orchestrés par le chef d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, qui était basé dans l’Afghanistan des Talibans. L’invasion a renversé le régime des Talibans, mais ils ne sont jamais partis.

Dès que le retrait des forces américaines a été annoncé, les Talibans ont intensifié leurs efforts pour s’emparer de l’Afghanistan et ont lancé une offensive contre les forces formées par les Occidentaux. Ils ont commencé à s’emparer de territoires à une vitesse stupéfiante, et ont complètement pris le pouvoir en Afghanistan dimanche, deux semaines avant que les États-Unis n’achèvent le retrait de leurs troupes.

Le président Biden a reconnu lundi que l’effondrement du gouvernement afghan s’est produit beaucoup plus rapidement que prévu par son administration.

Le président a déclaré à la Maison-Blanche : « La vérité, c’est que cela s’est déroulé plus rapidement que nous l’avions prévu. » Pourtant, le président a déclaré que la fin rapide du gouvernement afghan ne fait que justifier son choix de mettre fin à la guerre.

Source


Autres