Q SCOOP – Hé M. Zuckerberg… Comment la censure s’inscrit-elle dans votre philosophie visant à donner une voix à plus de gens – le pouvoir aux sans-pouvoirs ?


Hé M. Zuckerberg… Comment la censure s’inscrit-elle dans votre philosophie visant à donner une voix à plus de gens – le pouvoir aux sans-pouvoirs ?

Nous pouvons soit continuer à défendre la liberté d’expression… soit décider que le coût est tout simplement trop élevé. Mark Zuckerberg, 2019.

Publié le 8.7.2021


Quelle différence en quelques années. En 2019, Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a prononcé un discours à l’université de Georgetown. Dans une salle remplie d’étudiants et de personnel, il a commencé à parler de ses propres années à l’université ; l’Amérique venait de partir en guerre en Irak, et il a dit que l’ambiance sur le campus était incrédule. L’Amérique venait d’entrer en guerre en Irak et l’ambiance sur le campus était incrédule. Les conséquences sur la psyché américaine étaient graves, a-t-il dit, et les gens se sentaient impuissants à faire quoi que ce soit.

Il affirme que c’est cette expérience qui l’a inspiré : « Je me souviens avoir eu le sentiment que si plus de gens avaient eu la possibilité de partager leurs expériences, les choses auraient peut-être pu se passer différemment. Et ces premières années ont façonné ma conviction que donner une voix à plus de gens donne du pouvoir aux sans-pouvoir et pousse la société à s’améliorer au fil du temps. »

C’était avant, c’est maintenant.

Zuckerberg, le sultan de la censure, est impénitent et sans vergogne dans ses efforts pour étouffer ceux avec qui il est en désaccord. Indépendamment des nobles objectifs qu’il avait précédemment énoncés, son seul objectif est désormais d’aider ses maîtres démocrates dans leur quête de contrôle absolu du discours public. Il a abandonné son prétendu désir de donner une voix aux sans-voix et du pouvoir à ceux qui n’en ont pas. Le tweet ci-dessous met en évidence sa duplicité :

Cette semaine, le président Trump a annoncé qu’il allait engager une action en justice contre Facebook, Twitter et Google pour leur censure.

La prochaine fois qu’un hypocrite comme Mark Zuckerberg affirme : « Nous pouvons soit continuer à défendre la liberté d’expression… soit décider que le coût est tout simplement trop élevé. » Comprenez que pour lui, le coût était en fait simplement trop élevé.