Q SCOOP – GAGNANT : Un juge de Géorgie refuse de bloquer une nouvelle loi électorale soutenue par les Républicains avant les prochains tours de scrutin.


GAGNANT : Un juge de Géorgie refuse de bloquer une nouvelle loi électorale soutenue par les Républicains avant les prochains tours de scrutin. Le juge ne bloquera pas certaines parties de la loi électorale de Géorgie pour le moment.

Publié le 7.7.2021


Les démocrates ont déposé huit actions en justice fédérales pour contester les nouvelles lois électorales de la Géorgie soutenues par les républicains, mais un juge fédéral nommé par TRUMP vient de prendre une décision qui va mettre en colère les démocrates comme Stacey Abrams.

Les démocrates avaient affirmé que les nouvelles lois électorales soutenues par les républicains rendaient le vote des Noirs plus difficile. C’est le jeu auquel les démocrates jouent depuis si longtemps. Ils ont utilisé la population noire en prétendant que leur droit de vote est menacé parce qu’ils ne sont pas comme les autres Américains qui ont un permis ou un moyen de se rendre aux urnes.



Traduction de l’image ci-dessous :

LES CHOSES QUI NÉCESSITENT UNE PIÈCE D’IDENTITÉ VALIDE (Aux USA.)

  • Conduire
  • Embarquement dans un avion
  • Cabinet médical/hôpital
  • Pour postuler à un emploi
  • Pharmacie
  • Transactions bancaires
  • Inscription à l’école
  • Demande de crédit dans un magasin
  • Ouvrir un compte de services publics (eau/électricité)
  • Acheter une voiture
  • Immatriculation de la voiture
  • Tests en ambulatoire
  • Médicale/Médicaux
  • Ouvrir un compte de retraite
  • Donner du sang
  • Acheter une arme à feu
  • Services de sécurité sociale
  • Prêts sur gage
  • Faire un chèque
  • Utiliser une carte de crédit
  • Acheter une assurance automobile
  • Acheter des billets de train
  • Acheter des billets annuels pour les parcs d’attractions
  • Faire du bénévolat dans des organisations non prophètes
  • Consulter un livre en Bibliothèque
  • Demander une licence professionnelle
  • Acheter une maison
  • Demandes de location d’appartements


MAIS AUCUNE PIÈCE D’IDENTITÉ N’EST NÉCESSAIRE POUR VOTER ???


C’est de la pure foutaise et une insulte aux citoyens noirs d’Amérique. Mais la décision d’aujourd’hui ne concernait pas les problèmes de vote les plus courants. Elle s’est concentrée sur la partie de la nouvelle loi qui concerne « la surveillance ou la photographie de certaines parties du processus électoral ». Le juge de district américain J.P. Boulee a refusé de bloquer ces parties de la nouvelle loi électorale de Géorgie avant les deux élections de second tour de la semaine prochaine. Le juge Boulee préside les huit procès qui contestent la nouvelle loi de l’État. Le juge Boulee a écrit dans sa décision que faire des changements avant le second tour des élections risquerait de « perturber l’administration d’une élection en cours ». Il a également déclaré que cette décision ne signifie pas qu’il ne changera pas la décision plus tard.

Cette affaire est loin d’être terminée.

LE JUGE BOULEE EST ILLUSTRÉ CI-DESSOUS :

ABC News rapporte que le secrétaire d’État de Géorgie, Brad Raffensperger, a déclaré : « Nous continuerons à les rencontrer et à les battre devant les tribunaux. »


Par ABC News

Publié le 7.7.2021 par KATE BRUMBACK Associated Press

Le juge ne bloquera pas certaines parties de la loi électorale de Géorgie pour le moment.


Un juge fédéral a refusé de bloquer certaines sections contestées de la nouvelle loi électorale de la Géorgie en prévision de deux scrutins partiels la semaine prochaine.

ATLANTA — Un juge fédéral a refusé mercredi de bloquer certaines sections contestées de la nouvelle loi électorale de la Géorgie en vue de deux scrutins partiels la semaine prochaine, mais il n’a pas exclu la possibilité d’élections futures.

Les militants pour l’intégrité des élections avaient demandé au juge fédéral J.P. Boulee d’interdire à l’État d’appliquer les sections de la nouvelle loi qui concernent l’observation des élections, ainsi qu’un nouveau délai pour demander des bulletins de vote par correspondance. Cette demande fait suite à l’un des huit procès fédéraux intentés pour contester la nouvelle loi.

La refonte des règles électorales, soutenue par les républicains et adoptée cette année, a été critiquée par les démocrates et d’autres personnes qui estiment qu’elle crée des obstacles inutiles au vote, en particulier pour les personnes de couleur. La plupart des actions en justice, dont une déposée le mois dernier par le ministère américain de la Justice, contestent les parties de la loi qui, selon les critiques, menacent le droit de vote.

La demande ciblée qui a conduit à la décision de mercredi ne portait pas sur les parties les plus communément critiquées de la loi. Les dispositions contestées concernent principalement la surveillance ou la photographie de certaines parties du processus électoral.

Les militants, menés par la Coalition pour la bonne gouvernance, ont déclaré que les sections contestées de la loi criminalisent les activités normales d’observation des élections et pourraient intimider les électeurs, les observateurs électoraux et les membres des médias. Le resserrement du délai de demande de bulletin de vote par correspondance rend pratiquement impossible la demande d’un bulletin de vote par correspondance pour un second tour, affirment-ils.

Les avocats de l’État ont répondu que les dispositions renforcent les protections déjà en place et sont nécessaires à l’intégrité des élections.

Deux districts de la Chambre des représentants ont tenu des élections spéciales le 15 juin et doivent organiser un second tour mardi. M. Boulee a écrit dans sa décision que faire des changements maintenant risquerait de « perturber l’administration d’une élection en cours ».

Marilyn Marks, directrice exécutive de la Coalition pour la bonne gouvernance, a exprimé sa déception mais s’est dite satisfaite que l’ordonnance de M. Boulee se limite aux seconds tours de juillet.

« Nous sommes préoccupés par la confusion des électeurs qui ne manquera pas de se produire avec ces changements rapides et peu connus des règles », a-t-elle déclaré.

Le secrétaire d’État, Brad Raffensperger, a déclaré qu’il s’agissait d’une « nouvelle série de poursuites frivoles » contre la loi électorale de l’État, ajoutant : « Nous continuerons à les affronter et à les battre au tribunal ».

Les dispositions contestées interdisent aux observateurs : d’observer intentionnellement un électeur d’une manière qui leur permette de voir comment il vote ; de signaler tout ce qu’ils voient pendant le traitement des bulletins de vote par correspondance à toute personne autre qu’un agent électoral ; d’estimer ou de compter le nombre de bulletins de vote par correspondance ou tout vote sur les bulletins de vote par correspondance ; de photographier l’écran tactile d’une machine à voter pendant qu’un électeur vote, ou de photographier un bulletin de vote.

La dernière disposition contestée fixe une date limite de demande de vote par correspondance 11 jours avant une élection.

M. Boulee préside les huit procès qui contestent la nouvelle loi de l’État. Il a tenu une audience la semaine dernière sur la demande étroite en question parce que les militants avaient demandé une décision temporaire d’urgence sur ces parties de la loi. Il n’y a pas eu de demandes similaires d’action immédiate dans les autres procès.

Boulee a déclaré dans son ordonnance qu’il trouvait le calendrier de cette affaire problématique. La loi a été signée fin mars et la demande de blocage de ces dispositions a été déposée la veille des élections spéciales de la Chambre, a-t-il noté.

La loi est maintenant en vigueur et empêcher son application, a-t-il écrit, « changerait la loi à la neuvième manche ». Mais il a dit qu’il réservait son jugement sur l’opportunité de prendre des mesures pour bloquer l’une des parties contestées de la loi pour les élections futures.


Source