Q SCOOP – La purge continue : Le Parisien et Le Monde lancent une attaque conjointe contre Alexandra Henrion-Caude.


La purge continue, prenez les références de tous ces traitres pour le futur proche, voilà qu’après les Pr Raoult, Toussaint, Belpomme, Fourtillan, les médecins, biologistes, virologues, c’est au tour de la généticienne Alexandra Henrion-Caude d’être attaquée !

Une plainte vient d’être déposée par le Monde et le Parisien, contre elle..

Publié le 14.6.2021 par E&R


Le Parisien et Le Monde lancent une attaque conjointe contre Alexandra Henrion-Caude

Décidément, il ne fait pas bon être un scientifique honnête en France aujourd’hui. Raoult, Toubiana, Perronne, Toussaint, Fouché en savent quelque chose. Dans la même semaine, entre le 8 juin et le 14 juin 2021, la généticienne de renom Alexandra Henrion-Caude (AHC) a fait l’objet de deux articles à charge dans deux des principaux titres de la presse quotidienne, comme si Le Parisien et Le Monde appartenaient au même groupe, qu’on pourrait appeler Le Média (mais pas celui de Mélenchon, qui d’ailleurs dit quasiment la même chose que ses confrères). Les titres mainstream disant tous la même chose (« vaccinez-vous », « obéissez au pouvoir visible », « payez la dette », « acceptez la précarité », « acceptez l’immigration massive »), ils devraient se fondre, concentration capitalistique oblige, dans un titre unique un jour.

L’introduction de l’article du Parisien (propriété du groupe LVMH de Bernard Arnault) ne laisse planer aucun doute : AHC fait partie de la complosphère, celle qui enjoint les Français de ne pas porter le masque et de ne pas accepter la vaccination de masse.

La « dérive sectaire », l’argument massue de la secte oligarchique contre les résistants

Le samedi 22 mai, Alexandra Henrion-Caude prend la parole devant deux cents personnes, rassemblées place du Trocadéro à Paris contre la mise en place d’un pass sanitaire. La chercheuse martèle au micro le danger que représente pour elle le vaccin contre le Covid-19. Un discours acclamé par les manifestants, en grande partie adeptes des théories du complot. Voilà plusieurs années que la communauté scientifique ne reconnaît plus celle qui était autrefois une généticienne de renom. Ancienne directrice de recherche de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), Alexandra Henrion-Caude a depuis basculé dans des « dérives sectaires », selon son ancien directeur de recherche Axel Kahn.

Axel Kahn, c’est une référence en matière d’information, de médecine et de politique, car cet oligarque se situe au carrefour des trois pouvoirs. Politiquement, il considère les Gilets jaunes comme de violents antisémites ; médicalement, il est pour la vaccination de masse qui ne présente, selon lui, aucun danger ; et médiatiquement, il est invité partout pour faire la promotion des choix du Système.

Pour Kahn, notre ARN ne peut « en aucun cas » être modifié par cette injection. Ceux qui disent le contraire, soit « ont voulu tromper les gens », soit sont « profondément ignorants ». Pour AHC, il y a un risque bien réel.

Le Monde va plus loin que Le Parisien dans l’inquisition. On va voir qu’AHC va passer pour folle. Cette fois-ci, c’est le Dr Marty, le grotesque roi de la psychose covidique sur les plateaux télé, qui lance l’accusation.

La présence aux côtés de l’auteur du sketch le « lâcher de salopes » d’une chercheuse renommée, ancienne disciple du professeur Axel Kahn, a de quoi surprendre. « C’est l’histoire d’une folie douce, elle est rentrée dans un truc dont elle ne peut plus sortir », regrette le docteur Jérôme Marty, président de l’Union française des médecins libéraux (UFML). Comme une poignée de scientifiques, Mme Henrion-Caude alimente depuis des mois la sphère complotiste, relayant ses doutes concernant les vaccins à ARN messager (Pfizer-BioNTech et Moderna), dont elle estime qu’ils vont « nous modifier génétiquement ». Une affirmation qu’elle a pu répéter – contrairement à ce qu’elle affirme – à de très nombreuses reprises dans plusieurs médias, de CNews à Sud Radio, en passant par l’émission-phare de Cyril Hanouna, « Touche pas à mon poste ».

Le crime d’AHC ? Faire des recherches en dehors des senties battus par la science officielle et la hiérarchie sanitaire incarnée par l’axe Véran-Salomon-Kahn.

Mme Henrion-Caude est installée depuis plusieurs années à l’île Maurice, où elle a lancé, en 2017 avec son époux, un mystérieux laboratoire de recherches, SimplissimA, qui se propose principalement de revaloriser les remèdes traditionnels.

Des remèdes traditionnels, autant dire des choses dangereuses et magiques qui ne rapportent rien au Big Pharma et à tous les politiques et les médias (via la publicité) que cette engeance arrose ! Mais les crimes d’AHC ne s’arrêtent pas là.

La dérive de la chercheuse est progressive. Aux débuts de la pandémie, elle s’était déclarée favorable tant au port du masque qu’au confinement. Mais dès l’été 2020, elle se montre des plus critiques envers la possibilité d’un vaccin, tout en vantant les mérites de l’hydroxychloroquine, l’antipaludique porté aux nues par un autre scientifique contesté, le professeur Didier Raoult. La bascule s’opère lors d’une interview accordée à la WebTV d’extrême droite TV Libertés, le 31 juillet 2020. Mme Henrion-Caude y évoque pêle-mêle des « vaccins forcés » pratiqués en Afrique du Sud – une intox répandue –, dénonce les « conflits d’intérêts » qui « musellent » les chercheurs… La vidéo devient rapidement virale, dépassant le million de vues et offrant à Mme Henrion-Caude une célébrité soudaine.

Cette célébrité a le don d’énerver les responsables des médias officiels en perte de vitesse. Le Monde vend de moins en moins de journaux, et Le Parisien ne communique plus sur ses chiffres de vente depuis 2019. Allez savoir pourquoi.

Heureusement, la manne publique vole (avec notre argent) au secours de ces titres de plus en plus impopulaires, et c’est à coups de dizaines de millions d’euros qu’ils sont maintenus en vie, alors qu’ils sont économiquement morts. Et puis il y a les petits versements de Bill Gates au Monde, par exemple, ceci expliquant cela.

Question : qu’est-ce que AHC attend pour verser elle aussi 4 millions de dollars au Monde ? Cela aurait pu lui éviter ce portrait indigne…

L’examen des charges contre AHC est sans fin : après la folie, après la bigardisation, après les remèdes naturels, voici le pire, la foi catholique et la conspiration. Autant dire l’antisémitisme ! N’a-t-elle pas fait la couverture de Civitas au printemps 2021 ?

Mme Henrion-Caude figure également dans le documentaire Hold-up, bréviaire conspirationniste très populaire sorti à l’automne 2020, qui reprend toutes les théories fantaisistes autour de la pandémie. Il faut dire que le réalisateur de ce film, Pierre Barnérias, partage avec elle un point commun : tous deux ont été actifs, au début des années 2010, au sein de la nébuleuse de La Manif pour tous.

Alexandra Henrion-Caude ne fait pas mystère de son engagement catholique. Elle a ainsi cofondé, en 2011, l’association Science en conscience, qui milite contre les essais cliniques sur l’embryon. Très active dans l’opposition à l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes lesbiennes, elle figure également au comité d’honneur de l’Association des scientifiques chrétiens.

Un exemple parmi d’autres du déchaînement de haine contre AHC

Pour information, Jean Lefebvre, qui traite AHC de « scientifique ratée », est neurochirurgien au CHU de Rennes. Son attitude haineuse fait penser à celle de Mathias Wargon qui s’en prenait en décembre 2020 au Pr Perronne en le traitant de « guignol qui ne dit que des conneries » sur BFM TV.