Q SCOOP – Facebook précise qu’il suspend Trump pour deux ans.


Facebook précise qu’il suspend Trump pour deux ans

Publié le 6.6.2021 par ZACHARY STIEBER


Le président américain de l'époque, Donald Trump, s'adresse aux médias avant de partir sur Marine One en route pour l'Ohio et le Texas, depuis la pelouse sud de la Maison-Blanche à Washington, le 7 août 2019. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)
Le président américain de l’époque, Donald Trump, s’adresse aux médias avant de partir sur Marine One en route pour l’Ohio et le Texas, depuis la pelouse sud de la Maison-Blanche à Washington, le 7 août 2019. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

La décision signifie que Trump pourrait rejoindre la plateforme avant l’élection de 2024

Facebook a annoncé vendredi que l’ancien président américain Donald Trump est suspendu de sa plateforme pour deux ans.

« Nous suspendons ses comptes pour deux ans, à compter de la date de la suspension initiale le 7 janvier de cette année », a déclaré Nick Clegg, vice-président des affaires mondiales de Facebook, dans un message sur son blog.

Le mois dernier, l’Oversight Board de Facebook, une entité quasi-indépendante habilitée à passer outre le géant technologique, a confirmé la suspension de Trump par Facebook.

Mais il a également déclaré que l’entreprise californienne n’avait pas indiqué de manière appropriée la durée de la suspension de Trump.

« Il n’est pas admissible que Facebook maintienne un utilisateur hors de la plateforme pendant une période indéfinie, sans aucun critère permettant de savoir quand ou si le compte sera rétabli », a déclaré le conseil.

L’annonce faite vendredi est une réponse à la décision du conseil d’administration, a déclaré M. Clegg.

« Nous annonçons aujourd’hui de nouveaux protocoles d’exécution à appliquer dans des cas exceptionnels comme celui-ci, et nous confirmons la sanction limitée dans le temps conforme à ces protocoles que nous appliquons aux comptes de M. Trump. Compte tenu de la gravité des circonstances qui ont conduit à la suspension de M. Trump, nous pensons que ses actions constituent une violation grave de nos règles, qui mérite la sanction la plus élevée prévue par les nouveaux protocoles d’application », a-t-il déclaré.

Au bout de deux ans, Facebook prévoit d’examiner avec des experts si le « risque pour la sécurité publique a diminué ».

Si le risque est toujours présent, la suspension sera prolongée. Dans le cas contraire, l’entreprise met en place « un ensemble strict de sanctions rapidement croissantes qui seront déclenchées si M. Trump commet d’autres violations à l’avenir, pouvant aller jusqu’à la suppression définitive de ses pages et de ses comptes », a ajouté M. Clegg.

Trump a déclaré dans un communiqué de deux phrases que la décision de Facebook « est une insulte au nombre record de 75 millions de personnes, et à beaucoup d’autres, qui ont voté pour nous lors de l’élection présidentielle truquée de 2020 ».

« Ils ne devraient pas être autorisés à s’en tirer avec cette censure et ce silence et, en fin de compte, nous allons gagner », a-t-il ajouté.

Le fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, témoigne lors d’une audience conjointe des commissions judiciaires et du commerce du Sénat, à Washington, le 10 avril 2018. (Samira Bouaou/The Epoch Times)

Facebook avait initialement suspendu Trump le 7 janvier, à la suite de l’intrusion dans le Capitole américain d’une foule comprenant certains de ses partisans. Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré qu’il était risqué de laisser Trump continuer à poster des messages.

Zuckerberg a affirmé que Trump avait choisi « d’utiliser sa plateforme pour approuver plutôt que condamner les actions de ses partisans au Capitole ».

Dans une vidéo, Trump a dit aux manifestants de « rentrer chez eux pacifiquement » tout en affirmant que l’élection présidentielle était entachée de fraude. Il a également déclaré : « Nous vous aimons » « Vous êtes très spéciaux » et : « Je connais votre douleur. Je sais que vous êtes blessés. »

Plus tôt le 6 janvier, Trump a déclaré à une foule au parc The Ellipse, à environ trois kilomètres du Capitole, que les gens devaient se rendre au bâtiment mais le faire « pacifiquement et patriotiquement ».

Trump a critiqué Facebook et d’autres grandes entreprises technologiques, les accusant d’avoir des normes de modération inégales. Des séquences vidéo internes et d’autres preuves appuient ces accusations.

Dans une déclaration faisant suite à la décision du conseil d’administration en mai, Trump a déclaré : « Ces sociétés de médias sociaux corrompues doivent payer un prix politique, et ne doivent plus jamais être autorisées à détruire et à décimer notre processus électoral. »

Les républicains ont alors vivement réagi, affirmant qu’ils voulaient briser la Big Tech, un ensemble d’entreprises dont fait partie Facebook. La nouvelle décision a suscité des condamnations similaires.

« Facebook continue d’appliquer arbitrairement ses règles et de saper les valeurs américaines fondamentales comme la liberté d’expression. Il s’agit de la dernière trahison en date de ces valeurs par Big Tech, tout en permettant aux dirigeants autoritaires de publier des contenus nuisibles sans AUCUNE répercussion », a déclaré la représentante Cathy McMorris Rodgers (Parti républicain, Washington) dans un communiqué.

« Facebook suspend l’ancien président Trump pour deux ans, mais continue à autoriser la propagande du PCC, d’Assad et des passeurs de clandestins à utiliser sa plateforme. C’est de l’hypocrisie totale. Facebook doit être tenu pour responsable », a ajouté le représentant Ken Buck (Parti républicain, Colorado).


Source