Q SCOOP – Reine Elizabeth, Canada, chefs autochtones, Vatican, couverture par la CIA des camps de la mort d’enfants et des charniers.


#ChildTrafficking Comme une énorme fournaise qui brûle des bébés, le gouvernement du Canada, sous la direction de la reine Elizabeth, semblait avoir fait tout son possible pour se débarrasser des preuves et effacer la mémoire de son meurtre de masse de plus de 60.000 enfants autochtones avec une dissimulation mortelle qui semblait toujours en cours aujourd’hui. La semaine dernière, nous avons vu cela se reproduire sur les lieux d’un meurtre de masse de 215 enfants autochtones au pensionnat de Kamloops en Colombie-Britannique. Une fosse commune contenant des restes torturés d’enfants autochtones se trouve juste au sud de Kamloops – au même endroit où l’ami de Kevin Annett, William Coombs, a été témoin de l’enlèvement de dix écoliers de Kamloops par la reine Elizabeth et le prince Phillip le 10 octobre 1964… La suite ci-dessous.

Publié le 4.6.2021 par Judy Byington


Radio-Canada

Lapresse

Radio-Canada

Tel un immense fourneau brûlant des bébés, le gouvernement du Canada, sous la direction de la reine Élisabeth, semble avoir fait tout son possible pour se débarrasser des preuves et effacer la mémoire du meurtre de masse de plus de 60 000 enfants autochtones – avec une dissimulation mortelle qui semble se poursuivre encore aujourd’hui.

La semaine dernière, nous avons été témoins d’un nouveau meurtre collectif de 215 enfants autochtones au pensionnat de Kamloops, en Colombie-Britannique. Un charnier contenant des restes torturés d’enfants autochtones gisait juste au sud de Kamloops au même endroit où William Coombs, l’ami de Kevin Annett, a été témoin de l’enlèvement de dix écoliers de Kamloops par la reine Elizabeth et le prince Phillip le 10 octobre 1964.


Voir le reportage sur USA TODAY


En octobre 2011, des aînés mohawks et Kevin Annett ont effectué les premières fouilles de corps d’enfants torturés dans des fosses communes qui se trouveraient sur 80 terrains de pensionnats indiens à travers le Canada. Les fouilles ont eu lieu à Brantford, en Ontario, mais après avoir découvert et vérifié les ossements d’enfants, l’équipe d’experts médico-légaux s’est vu interdire l’accès au terrain par les autorités catholiques et canadiennes.

Malheureusement, la dissimulation des sites de fosses communes d’enfants à travers le Canada a impliqué bien plus que le gouvernement canadien et la reine Elizabeth. Elle s’est étendue aux expériences de contrôle mental menées par le Vatican et la CIA sur des enfants et impliquant d’énormes sociétés pharmaceutiques internationales telles que Pfizer, Bayer et Eli Lilly. Vatican, gouvernement canadien, Pfizer, Bayer, Eli Lilly Génocide de 60 000 enfants autochtones. Avant la lettre (beforeitsnews.com)

Dès 1922, le gouvernement canadien a conclu un accord avec les chefs de conseil de bande selon lequel, en échange d’avantages, ils rassembleraient les enfants de leurs tribus et les livreraient dans plus de 80 camps de la mort et hôpitaux résidentiels à travers le Canada. Les chefs ont également accepté de retrouver les enfants fugueurs et d’enterrer ceux qui sont morts en secret. Faut-il s’étonner que ces mêmes familles de chefs se fassent maintenant passer pour les gentils en déterrant un charnier d’enfants ?

En février 2019, l’enquête d’un Grand Jury de citoyens s’est étendue de l’enlèvement de dix enfants par la Reine Elizabeth et le Prince Phillip à une enquête sur un lieu suspecté d’être un lieu d’abattage médical pour les aborigènes – l’hôpital catholique St. L’enquête du Grand Jury a concerné des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants autochtones disparus sur la côte ouest du Canada – et comme d’autres enquêtes au nom des 60 000 enfants autochtones disparus n’a abouti à rien. Enquête sur l’enlèvement de l’enfant de la Reine Elizabeth à l’hôpital catholique « Killing Ground » | Célébrités | Avant que ce soit des nouvelles (beforeitsnews.com)

Après avoir enduré des années de sodomie, de torture sur un chevalet et de chocs électriques à l’école de Kamloops, et juste avant de témoigner devant un grand jury de citoyens en février 2011, William Combes a été tué par empoisonnement à l’arsenic à l’hôpital catholique Saint-Paul de Vancouver. Sa mort n’a jamais fait l’objet d’une enquête, et encore moins d’une inculpation des criminels.

Cette semaine, le coroner de la Colombie-Britannique a annoncé qu’il serait sur place pour travailler en étroite collaboration avec le conseil de bande de Tk’emlups pour « enquêter » sur le site du charnier d’enfants à Kamloops, comme si c’était une bonne chose. En fait, ce n’est pas le cas, puisque le coroner de la Colombie-Britannique a une longue et sordide histoire d’émission de faux certificats pour dissimuler la véritable cause de la mort des Indiens assassinés.

William Combes a subi un tel sort aux mains du bureau du coroner. Le coroner de la Colombie-Britannique a prétendu que la mort de William était due à une méningite tuberculeuse. Pourtant, son infirmière Chloe Kirker a témoigné sous serment que William ne présentait aucun symptôme de tuberculose, mais que son visage bouffi et ses ongles foncés étaient ceux d’une personne empoisonnée à l’arsenic.

Le fait même que le coroner de la C.-B. se présente maintenant à Kamloops est le signe qu’une dissimulation officielle est en cours. Vous pouvez être assuré que toute preuve incriminante trouvée sur ces petits os sera effacée aussi rapidement que leurs vies.

La semaine dernière, les chefs de la bande indienne de Kamloops ont manifesté une soudaine inquiétude pour leurs parents dans le sol qu’ils ont ignorés pendant tant de décennies. Le conseil de bande de Tk’emlups, financé par l’État, a annoncé qu’il déterrait le charnier. En fait, ce qu’ils faisaient était contraire à la loi. Les représentants du conseil interféraient avec une scène de crime et faisaient obstruction à la justice en détruisant les preuves de la mort de ces enfants en effectuant les fouilles rapidement, en secret et sans plan pour déterminer comment les enfants sont morts, ni qui a causé leur mort, ni comment les accusations criminelles seraient portées.

Même si le site était une scène de crime, la police était absente, les médias et le public étant interdits sur le site. Comme le terrain appartenait légalement à la Couronne, on peut facilement supposer que cette subversion de la justice a été autorisée et réalisée au nom de l’État canadien et de la reine d’Angleterre.

Pour couvrir leurs méfaits, les responsables des relations publiques du conseil de bande de Tk’emlups ont émis les habituelles phrases politiquement correctes sur la justice et le souvenir. Cela semblait être un simple écran de fumée pour détourner l’attention de la destruction des tombes.

Grâce à des preuves médico-légales, les enfants pourraient être identifiés, y compris certains des dix enfants enlevés par la reine Elizabeth et dont les parents ne les ont jamais revus depuis. Les fouilles non professionnelles ont également caché le fait que, pendant des décennies, le chef et le conseil de Kamloops, ainsi que d’autres chefs autochtones du Canada, ont activement collaboré pour garder secret le meurtre de plus de 60 000 de leurs enfants.

Cet article est le deuxième d’une série consacrée à l’holocauste canadien qui a tué plus de 60 000 enfants. Selon Kevin Annett, dans son livre « Murder by Decree », les enfants autochtones ont disparu de 80 pensionnats à travers le Canada, principalement catholiques et appartenant au gouvernement canadien : www.murderbydecree.com.

Pour plus d’informations, contactez : itccsoffice@protonmail.com ou angelfire101@protonmail.com. Kevin Annett donne des nouvelles et des mises à jour le dimanche à 18 heures EST sur BBS Radio TV

Retour au Menu


Les charniers catholiques de 350 800 enfants disparus découverts en Irlande, en Espagne et au Canada.


Source