Q SCOOP – Twitter met en garde le journaliste de Breitbart contre la violation de la loi pakistanaise par les caricatures.

Twitter met en garde le journaliste de Breitbart contre la violation de la loi pakistanaise par les caricatures


Publié le 29.10.2020 par Victoria Friedman


Muslims demonstrators burn a poster of French President Emmanuel Macron during a protest against Macron's comments over Prophet Mohammed caricatures, in Quetta on October 28, 2020. - Pakistans Prime Minister Imran Khan on October 28 wrote to the leaders of Muslim countries calling on them to act together against Islamophobia, …

Twitter a informé un journaliste du Breitbart News Network que le réseau social avait reçu une « demande du Pakistan » concernant deux tweets liés aux caricatures de Charlie Hebdo qui auraient « violé la (les) loi(s) du Pakistan », conseillant au journaliste de « prendre les mesures appropriées pour protéger vos intérêts ».

Le correspondant européen Chris Tomlinson avait reçu un message adressé par Twitter Legal l’alertant que, « dans l’intérêt de la transparence, nous vous écrivons pour vous informer que Twitter a reçu une demande du Pakistan concernant votre compte Twitter » qui « prétend que le contenu suivant viole la (les) loi(s) du Pakistan ».

Le premier tweet était une vidéo montrant des caricatures de Charlie Hebdo incluant le prophète musulman, Mohammed, projetées sur un bâtiment du gouvernement à Montpellier, en France. Le second était un lien vers l’article de Breitbart Londres du 21 octobre détaillant l’incident.

Les projections ont été faites en réponse à l’assassinat par un islamiste tchétchène du professeur de français Samuel Paty, qui avait montré des caricatures de Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression au début de ce mois. L’insistance du président français Emmanuel Macron à défendre les valeurs laïques, dont la liberté d’expression, a provoqué des protestations dans le monde islamique, y compris au Pakistan.

Le géant des médias sociaux a poursuivi dans sa correspondance avec le journaliste de Breitbart en déclarant que « nous n’avons pris aucune mesure concernant le contenu signalé pour le moment à la suite de cette demande ».

L’avis se poursuit : « Comme Twitter croit fermement à la défense et au respect de la voix de nos utilisateurs, notre politique est d’informer nos utilisateurs si nous recevons une demande légale d’une entité autorisée (telle que les forces de l’ordre ou une agence gouvernementale) de retirer du contenu de leur compte. Nous avertissons si l’utilisateur vit ou non dans le pays d’où provient la demande ».

« Nous comprenons que recevoir ce type d’avis peut être une expérience dérangeante. Bien que Twitter ne soit pas en mesure de fournir des conseils juridiques, nous voulons que vous ayez la possibilité d’évaluer la demande et, si vous le souhaitez, de prendre les mesures appropriées pour protéger vos intérêts.

« Il peut s’agir de demander un conseil juridique et de contester la demande devant un tribunal, de contacter les organisations de la société civile concernées, de supprimer volontairement le contenu (le cas échéant) ou de trouver une autre solution », précise le message.

D’autres personnes auraient reçu des avis similaires de Twitter concernant la demande du Pakistan après avoir partagé des contenus liés aux caricatures du prophète islamique, notamment le journaliste Andy Ngo et la commentatrice conservatrice Michelle Malkin.


Source : BreitBart