France : Démystifier le Terme “Antisémitisme, Sionisme, Politique et Confusion Volontaire”


Démystifier le Terme “Antisémitisme, Sionisme, Politique et Confusion Volontaire”

Publié le 12.11.2023


Le débat autour de l’utilisation du terme “antisémitisme” dans le contexte politique français a souvent suscité des interrogations. Sans animosité, cet article explore la manipulation linguistique liée à la cause sioniste, démystifie les notions de sémite et antisémitisme, et souligne l’importance d’une compréhension nuancée.

NTV rapporte : Avant toutes choses, une question ? Pourquoi personne ne prend de sanctions contre les dirigeants du Hamas qui se pavanent à l’étranger pendant que des innocents meurent ?
Ils disposent de fortunes, de valeurs mobilières, des hôtels, des portefeuilles d’actions etc, etc.
Ils sont capables de geler des biens d’oligarques russes, mais pas des dirigeants du Hamas ?
Demandez-vous pourquoi ?

Distinction entre Sionisme et Antisémitisme Les politiques français acquis à la cause sioniste ont été critiqués pour leur utilisation délibérée du terme “antisémitisme” plutôt que “sionisme”. Cette substitution intentionnelle crée une confusion, détournant l’attention des débats légitimes sur les politiques israéliennes.

Lisez L’opposition juive au sionismede Yakov M. Rabkin

(Il explique pourquoi il ne faut plus parler de l’« État juif » ou du « lobby juif » mais plutôt de l’« État sioniste » et du « lobby sioniste ».) 

PASCAL BONIFACE — En France, des responsables institutionnels, des intellectuels communautaires et certains hommes politiques affirment que l’antisionisme n’est que le masque d’un antisémitisme qui n’ose pas ou qui n’ose plus s’afficher au grand jour. Qu’en pensez-vous ?

YAKOV M. RABKIN — Ces accusations sont fausses et cyniques. Fausses parce que le sionisme constitue une rupture dans la continuité historique du judaïsme. Les intellectuels sionistes et les rabbins orthodoxes qui s’y opposent s’entendent sur le fait que le sionisme représente une négation de la tradition juive. La suite à lire ici

Le Monopole du Mot “Antisémitisme” Il est crucial de reconnaître que les politiques français n’ont pas le monopole du mot “antisémitisme”. La manœuvre politique visant à évoquer systématiquement l’antisémitisme dans un contexte sioniste ne doit pas éclipser la diversité des opinions et des critiques légitimes.

Compréhension du Terme “Sémite” Pour déconstruire les amalgames, il est essentiel de comprendre le sens du terme “sémite”. Les ancêtres des Sem, qui englobent à la fois des Juifs et des Arabes, soulignent que les deux groupes sont déjà sémites. Par conséquent, utiliser le terme “antisémite” pour décrire des critiques envers ces groupes est inapproprié.

Sionisme vs. Sémite Expliquer la distinction cruciale entre le sionisme et le sémite est nécessaire. Les sionistes ne sont pas nécessairement sémite, car le sionisme est une idéologie politique liée à la création d’Israël, et non à une identité ethnique.

Conclusion : En résumé, démystifier le terme “antisémitisme” implique de comprendre son utilisation politique, de déconstruire les confusions entre sionisme et sémite, et de reconnaître la diversité des opinions légitimes. Une approche nuancée permettrait de dépasser les manipulations linguistiques pour favoriser un dialogue ouvert et éclairé sur les questions politiques sensibles.

Appel à la Paix : Entre Division et Espoir, un Regard sur les Mots de Ricardo

Les récentes déclarations soulignant l’absence d’une marche pour la paix, contrastant avec les manifestations divisives, invitent à réfléchir sur les voies de l’unité et de la compréhension. Ricardo, figure de proue de ce discours, est acclamé pour sa vision éclairée. Cet article explore son plaidoyer pour la paix et la pertinence de ses réflexions.

La Quête de l’Unité : L’appel à une marche pour la paix, en lieu et place de manifestations divisives, résonne comme une quête de l’unité nationale. La pertinence de cette démarche est soulignée, mettant en lumière les différences de choix imposées par la marche de la division.

Ricardo : Prix Nobel de la Paix, de la Sagesse, et de la Vérité ? Les éloges à l’adresse de Ricardo ne sont pas en reste, allant jusqu’à évoquer le Prix Nobel de la Paix, de la Sagesse, et de la Vérité. Cette reconnaissance met en lumière l’impact profond de ses réflexions et le désir de voir les valeurs de paix et de sagesse honorées.

Questionnements Pertinents : Les questionnements soulevés sur l’absence de marches pour des causes humanitaires passées, telles que les bombardements en Afghanistan, Syrie, Irak, Yougoslavie, Yémen, et tant d’autres… mettent en exergue la sélectivité de l’attention médiatique et de la mobilisation publique. L’appel à une marche contre l’islamophobie et le génocide en Palestine renforce l’idée d’une mobilisation globale pour la justice.

Le Gouvernement, le CRIF, et les États-Unis : Les affirmations sur la direction actuelle du gouvernement par le CRIF via les États-Unis suscitent un débat sur les influences externes dans la politique française. Cette perception de manipulation politique soulève des préoccupations sur la véritable autonomie de notre pays.

Conclusion : En conclusion, les paroles éclairées de Ricardo appellent à la réflexion et à l’action. Alors que les manifestations divisent, l’appel à une marche pour la paix résonne comme un cri d’espoir. L’article se termine par l’espoir que la sagesse et la vérité prévaudront pour un avenir de compréhension et d’unité, sans la manipulation mentale pour le monopole du mot antisémite, tellement évoqué pour cacher et faire oublier les vrais “Sionistes, Talmudistes”.

Le Mossad : ses 5 composantes en France !