USA : L’ÉCONOMIE BIDEN, le nombre de millions d’Américains qui ont quitté leur emploi sous l’administration Biden bat des records.


L’ÉCONOMIE BIDEN : le nombre de millions d’Américains qui ont quitté leur emploi sous l’administration Biden bat des records.

C’est sur le point de devenir incroyablement de la folie, du plein emploi sous D. Trump à la chute globale sous J. Biden, explication.

Partout dans le monde, les pays gouvernés par des mondialistes, dans un accord commun au travers de Davos, casse, brise, leurs industries ciblées, en détruisant les emplois tous azimuts, dans les domaines ciblés, restauration, boulangerie, brasserie, en un mot petit commerce, TPE, PME et maintenant groupe industriel et bancaire, ils suivent strictement le plan du WEF et son « Great Reset » du Gourou de Davos K. Schwab. Qui pour les arrêter avant le « Grand Basculement » ou la « Grande faillite internationale » ?

Publié le 17.1.2023


The Dailly Mail rapporte : Goldman Sachs a supprimé 3 200 emplois – donnant à certains travailleurs à peine 30 minutes pour remballer leur bureau et partie et les licenciant sans leur verser de prime pour leur travail au cours de l’année écoulée….

Goldman Sachs a commencé à supprimer 3 200 emplois mercredi dans ses bureaux de New York, Londres et Hong Kong, afin de réduire ses dépenses.

Selon certaines sources, les employés ont été licenciés lors de brèves réunions, et leurs primes annuelles ont été retenues dans le but de susciter des démissions.

De nombreux anciens employés se sont déjà exprimés sur LinkedIn pour partager leur choc.

Cette décision intervient alors que le PDG David Solomon a prévenu que le géant de l’investissement devait réduire ses coûts après que ses effectifs aient atteint 49 100 personnes alors que ses revenus ont diminué.

Goldman Sachs a commencé à supprimer 3 200 emplois, licenciant les travailleurs de ses bureaux de New York, Londres et Hong Kong en seulement 30 minutes.

Alors que les licenciements massifs ont commencé mercredi, de nombreux employés ont été renvoyés sans même recevoir de primes pour leur travail en 2022, rapporte le Financial Times.

Les employés auraient été licenciés par le biais de réunions et d’appels téléphoniques, et leurs badges de bureau auraient été désactivés lorsqu’ils ont été escortés hors des bâtiments. La société enverra également des articles personnels aux employés licenciés qui n’étaient pas au bureau.

Le géant de la banque d’investissement s’apprête à licencier environ 6,5 % de ses 49 000 employés, le PDG David Solomon cherchant à réduire les dépenses dans un contexte de baisse des revenus.

Nous savons que c’est un moment difficile pour les personnes qui quittent l’entreprise », a déclaré Goldman Sachs dans un communiqué. Nous sommes reconnaissants de la contribution de tous nos employés et nous leur apportons notre soutien pour faciliter leur transition.

Nous nous concentrons maintenant sur le dimensionnement approprié de l’entreprise pour saisir les opportunités qui se présentent à nous dans un environnement macroéconomique difficile ».

Des sources ont déclaré au Times que, bien que les primes aient été retenues, de nombreux directeurs généraux de haut rang licenciés seront encore payés jusqu’à la fin du mois de janvier, après quoi ils recevront une indemnité de départ de trois mois.

Quant aux employés plus juniors, ceux du niveau de vice-président et en dessous, ils n’ont reçu que deux mois d’indemnités de licenciement, selon les sources.

Certains employés de Goldman Sachs ont déclaré que l’absence de primes cette année pourrait être un stratagème de la banque pour inciter davantage de travailleurs à démissionner, ce qui lui permettrait d’éviter les indemnités de départ tout en supprimant davantage d’emplois.


Breibart rapporte : Le marasme de la Silicon Valley : 1 600 travailleurs de la technologie licenciés par jour en 2023.


The Gateway Pundit rapporte : L’ÉCONOMIE BIDEN : le nombre de millions d’Américains qui ont quitté leur emploi sous l’administration Biden bat des records.


L’économie Biden s’est confrontée elle-même à un défi majeur en 2023, alors que le nombre de millions d’Américains qui ont quitté leur emploi bat des records. Depuis le début de l’administration Biden, le taux de chômage a augmenté considérablement, atteignant des niveaux jamais vus depuis la crise économique de 2008.

Les experts affirment que cette situation est principalement due à la pandémie de COVID-19, crée, inventée et montée de toute pièce et qui a eu un impact dévastateur sur de nombreux secteurs de l’économie américaine et aussi Française. Les entreprises ont été contraintes de fermer leurs portes et de licencier des milliers de travailleurs, car ils ne pouvaient plus faire face aux restrictions de confinement et aux diminutions de la demande.

Le gouvernement Biden a lancé des programmes de secours pour aider les travailleurs et les entreprises touchés par la crise, comme en France par Macron, explosant aussi les déficits, notamment par les programmes de chômage temporaires et des subventions pour les entreprises. Mais malgré ces efforts, le taux de chômage reste élevé et beaucoup d’Américains et de Français continuent de souffrir de la crise économique.

Il est plus qu’évident que l’économie américaine et Française ne retrouverons jamais leur niveau d’avant-crise avant plusieurs années, voir jamais si personne ne les arrêtent..