USA : Bill Maher reproche à un éminent libéral d’avoir défendu la couverture médiatique de l’ordinateur portable de Hunter Biden.


Bill Maher reproche à un éminent libéral d’avoir défendu la couverture médiatique de l’ordinateur portable de Hunter Biden.

Publié le 19.11.2022


Après un black-out médiatique sur le contenu de l’ordinateur portable de Hunter Biden à l’approche de l’élection de 2020, de nombreux médias de premier plan ont finalement reconnu l’authenticité de l’histoire qui a d’abord été publiée dans le New York Post et censurée par les géants des médias sociaux.

Ces médias ont fait l’objet d’un examen approfondi, car les conservateurs et même certains libéraux, comme Bill Maher, les ont accusés de partialité pour avoir refusé de couvrir l’histoire.

L’éminent libéral Sam Harris, qui s’est attiré les foudres des libéraux pour sa défense de la liberté d’expression et sa critique de l’islam, a étonnamment défendu le manque de couverture médiatique concernant Hunter Biden.

L’humoriste de gauche Bill Maher l’a pris à partie vendredi, après que Sam Harris a imputé à Rudy Giuliani la responsabilité du black-out médiatique.

Tendance : Elon Musk demande aux utilisateurs de Twitter si le président Trump devrait être banni… Il obtient 11 millions de réponses

Le Daily Caller rapporte : L’humoriste Bill Maher a repoussé l’auteur et podcasteur Sam Harris qui a tenté de prétendre que les organismes de presse n’ont pas eu le temps de vérifier l’ordinateur portable de Hunter Biden.

Le duo discutait de la fameuse histoire de l’ordinateur portable de Hunter Biden, rendue publique par le New York Post quelques semaines avant l’élection présidentielle de 2020. L’histoire a été immédiatement censurée sur Twitter et d’autres plateformes de médias sociaux, tandis que d’autres organismes de presse l’ont rejetée comme de la propagande russe.

Harris a tenté d’accuser Rudy Guiliani d’avoir dissimulé le portable, arguant que les médias n’avaient pas eu le temps de le vérifier.

« Il était tout à fait plausible de craindre qu’il s’agisse d’une fausse histoire », a déclaré Harris. « Et il n’y avait tout simplement pas assez de temps pour aller au fond des choses. »

« Vraiment ? Alors pourquoi les médias qui sont allés au fond des choses l’ont-ils fait ? » Maher a demandé. « Le New York Post n’a eu aucun problème à aller au fond des choses. »