USA : Les « démoncrates », et la gauche en général, ont-ils encore le monopole du « mensonge » ? Le cofondateur et ancien patron de Twitter, Jack Dorsey s’est « excusé auprès des employés » .


Les « démoncrates », et la gauche en général, ont-ils encore le monopole du « mensonge » ? Le cofondateur et ancien patron de Twitter, Jack Dorsey s’est « excusé auprès des employés » .

Les « démoncrates » et la gauche en général, viennent-ils de comprendre qu’ils perdent au fur et mesurent des rachats de réseaux, et qu’ils n’auront plus le monopole non plus, avec « leurs outils et usines à propagande de mensonges », ou plutôt l’impossibilité du contrôle total sur ces réseaux car « la vérité leur jaillira à la face » et les fera tomber. Ne leur restera que la censure, le Black Out tant attendu du gourou de Davos et son WEF, tout comme sur Rumble cette semaine. Mais finalement la cupidité les ont encore aveuglées, ces coups de maître du rachat des divers réseaux par ces patriotes provoqueront leurs fins.

Publié le 6.11.2022


« Après les licenciements massifs du service de messages courts Twitter, son cofondateur et ancien patron Jack Dorsey s’est excusé auprès des employés. « Je suis conscient que beaucoup sont en colère contre moi », a écrit Dorsey sur Twitter. Il est responsable du fait que les employés se trouvent aujourd’hui dans cette situation : « J’ai laissé l’entreprise se développer trop rapidement. Je m’en excuse ».

Une semaine après la reprise par le multimilliardaire Elon Musk, Twitter avait licencié vendredi près de la moitié de ses 7500 employés. Juste après la reprise, Musk avait déjà licencié la direction de Twitter ».

Pourquoi la gauche a-t-elle si peur de Twitter ?

C’est fait l’achat de Parler par Yes. Elon a acheté « Twitter ». Trump avec « truth Social ».

Les médias grand public ont été infiltrés par l’opération Chapeaux blancs, tous coordonnés, comme toutes les parties mobiles de l’opération globale, à TOUS LES NIVEAUX. Kanye West a acheté la plateforme de médias social Parler et deux autres suivent et attendez de voir

BIGTECH & MSM (=CIA /DARPA/ DS) EN CHUTE LIBRE

Traduction du message : « Le tout premier chapitre des pilotes de Harley électriques »

Toujours leur langage habituel qui va bien avec la couleur… « allez vous faire foutre, elon musk sincèrement, employés de Twitter »

Trump contrôle Truth Social.
Elon Musk contrôle Twitter.
Kanye sur le point de contrôler Parler.
Adam Schiff contrôle son énorme tête de melon d’eau.
Quelle époque pour être en vie.

Magnifique ouf de l’air, Sandrine Rousseau annonce quitter Twitter suite au rachat du réseau social par #ElonMusk, quelle perte !! nos neurones revivent…

Les employés de Twitter vendaient la vérification pour plus de 15 000 $. Pour certains comptes, le nôtre inclus, ils refuseraient de vous vérifier via l’application standard, puis proposeraient en privé de vous vérifier pour $$ dans les coulisses. Enquête nécessaire.

Écrit par Alan Dershowitz via The Gatestone Institute,

Une campagne est actuellement en cours par des organisations et des politiciens de gauche pour exiger que Twitter, désormais propriété d’Elon Musk, poursuive sa pratique de censure des discours haineux et autres publications « répréhensibles ».

Une lettre envoyée aux 20 principaux annonceurs de Twitter, signée par 40 organisations militantes, dont la NAACP, le Center for American Progress, GLAAD et le Global Project Against Hate and extremism, contenait la menace voilée suivante : « Nous, les organisations soussignées, vous demandons d’avertir Musk et de vous engager publiquement à cesser toute publicité sur Twitter au niveau mondial s’il met à exécution ses plans visant à saper la sécurité des marques et les normes communautaires, notamment en vidant la modération du contenu. »

Cela signifie que Musk ne doit pas revenir sur ce que Twitter a déjà mis en place, et s’engager à appliquer les règles existantes. En d’autres termes, il a été demandé aux annonceurs de Twitter de boycotter l’entreprise si elle ne continue pas à censurer.

Il y a plusieurs décennies, au plus fort du maccarthysme, c’est la droite dure qui exigeait la censure, tandis que la gauche insistait sur le fait que le marché des idées devait rester ouvert à toutes les formes de discours.

Comme Thomas Jefferson l’a écrit en 1801 :

« [N]ous n’avons rien à craindre de la démoralisation de certains si d’autres sont laissés libres de démontrer leurs erreurs, et surtout si la loi est prête à punir le premier acte criminel produit par un faux raisonnement. Ce sont là des correctifs plus sûrs que la conscience d’un juge ».
La méfiance de Jefferson à l’égard de « la conscience d’un juge » serait probablement encore plus grande si les censeurs étaient les PDG d’entreprises dont les profits dépendent des annonceurs.

À une époque de division, d’hostilité et de violence croissantes, il est compréhensible de considérer la censure comme la solution facile à un problème difficile. Mais la censure nécessite des censeurs, et dès lors que les censeurs ont la possibilité de choisir ce que le public entendra, cette pente glissante nous éloigne de la liberté et nous conduit vers la répression.

Je n’aime certainement pas le type de discours de haine antisémite qui est omniprésent sur de nombreuses plateformes internet actuelles et je suis le destinataire de ces courriels et tweets sur une base presque quotidienne.

La liberté d’expression n’est pas libre. La vieille expression selon laquelle « les bâtons et les pierres peuvent me briser les os, mais les noms ne me feront jamais de mal » est fausse. Les noms me blessent, ainsi que ma famille et d’autres personnes. Mais là n’est pas la question. La question est de savoir si, dans une société ouverte, nous devons endurer ces souffrances pour éviter d’avoir à subir les souffrances encore plus grandes de la censure sélective.
Les auteurs du Premier amendement ont choisi de supporter la douleur d’un excès de parole plutôt que les dangers d’une parole contrôlée par le gouvernement.

Mais Twitter n’est pas le gouvernement. Pas plus que Facebook ou YouTube. Ce sont des entreprises médiatiques géantes qui dominent et contrôlent le flux de la parole dans le monde entier. Et le danger de mettre le contrôle de ces flux entre les mains de censeurs élitistes invisibles menace de saper notre liberté la plus importante.
Il s’agit de la question la plus importante en matière de liberté d’expression à laquelle nous serons confrontés d’ici la fin du 21e siècle :

Faut-il tolérer une liberté d’expression sans entrave et parfois même dangereuse ou exiger une censure privée du type de celle que le gouvernement ne pourrait pas imposer ?

Certains ont proposé que nous traitions les géants des médias sociaux comme des « transporteurs publics », tels que les chemins de fer et les compagnies de télégraphe. Mais en vertu du premier amendement, le fait de contrôler les discours publics est différent de la réglementation des voyages et même des communications télégraphiques personnelles.

L’une des manifestations de la division de notre nation est que les questions complexes de ce type sont rarement débattues de manière dépassionnée et intelligente. Au lieu de cela, les gens sont obligés de choisir leur camp : êtes-vous pour Musk ou contre lui ? Êtes-vous pour ou contre le contrôle de la liberté d’expression sur Internet ? La première victime de l’extrémisme diviseur est la nuance. Et c’est la nuance qui fait cruellement défaut en ce qui concerne la question de la censure sur Internet.

Laissons les propositions nuancées être offertes et discutées. Ne portons pas de jugement hâtif sur des questions aussi importantes et complexes.

Et surtout, ne laissons pas la liberté d’expression devenir un enjeu partisan.


Regardez cet exemple ci-dessous pour Lula (Brésil) : Un criminel…

Lula va introduire directement le passeport vaccin avec la carte d’allocation familiale pour l’immatriculation des enfants qui devront être à jour de leurs vaccins pour pouvoir aller à l’école et obtenir les aides.

Voilà à quoi leur ont servi les réseaux sociaux pendants des années, distillé la mort…, à côté avec les fossoyeurs mondiaux, et leur drapeau fétiche…

Tout est dit… Comme tous ces mondialistes à la solde du WEF, Lula est un criminel reconnu comme tel et condamné !

Une seule Province a élu majoritairement Lula, car c’est le lieu de tous les trafique !

Fraude déclarée au Brésil

Le Ministère de la Défense, en vertu de l’article 142, a :

1) Délivré les mandats d’arrêt contre les dirigeants de la Cour suprême fédérale, de la Cour suprême électorale.
2) Fermé temporairement le Congrès national
3) Déclaré la loi martiale et le transfert du pouvoir aux chefs d’état-major conjoints des forces armées.

Marqueur 11.3

Dans le camp de Lula, circulent des vidéos comme celle-ci issues de la seule et unique région gagnée par Lula.

Des Brésiliens pauvres se plaignent de ne pas être payés après avoir vendu leurs votes aux alliés de Lula.