France : False Flag ? depuis janvier 2022, pratiquement 100 usines agroalimentaires sont parties en fumée en France, Rungis ne fait pas l’exception, voici pourquoi.


False Flag ? depuis janvier 2022, pratiquement 100 usines agroalimentaires sont parties en fumée en France, Rungis ne fait pas l’exception, voici pourquoi.

Publié le 25.9.2022


Pour comprendre ces feux, il faut vous référer à nos articles sur le sujet, clic ici. L’entreprise de démolition bat son plein, ils travaillent sans relâchent, nuit et jour, 24/24 à ce que « Vous n’ayez plus rien et vous serez heureux » – dixit K. Schwab, mais faut-il le voir et le comprendre, car la fin de l’opulence est organisée sous vos yeux incrédules. Nous avons passé le cap des plus de 100 entrepôts de nourriture en France, détruite par un incendie, coïncidence, vous dites ? Ce système est organisé partout sur la planète, voyez nos articles sur le sujet clic ici. Une heure trop précise et trop répétée en boucle par les donneurs de leçons, [12h30 = 6] est signé. Encore un mégot sûrement, c’est étonnant tous ces dépôts de nourriture qui brûlent.

Un gigantesque incendie, c’est déclaré vers « 12h30 » dans un bâtiment du marché de Rungis. Le panache de fumée était visible à des kilomètres. Quelles conséquences pour le plus grand marché de produits frais au monde ?

Cet incendie impressionnant, dont les causes ne sont pas encore connues, a ravagé un entrepôt d’environ 7 000 m2 appartenant au groupe Les Halles Mandar, qui emploie 213 salariés sur place. En deux heures, il était « maîtrisé et circonscrit » sans faire de victimes, a dit Marc Lemoine, officier communication des pompiers de Paris.

« On a perdu notre outil de travail, c’est un site où nous préparons sur mesure des commandes pour nos clients, dans la restauration et la livraison », a déclaré le président de l’entreprise Mandar, Shaoul Abramczyk, à l’AFP. « C’est un choc, mais nous nous réjouissons qu’il n’y ait pas de blessé. Nous ne pourrons pas honorer les commandes de nos collaborateurs à partir de demain (lundi) et pour plusieurs jours », a-t-il ajouté.

L’incendie de Rungis est circonscrit à la rédaction de l’article, Bilan : les 7 000 mètres carrés de l’entrepôt de fruits et légumes a été ravagé.

Et oui, comme dit Ali ci-dessous, « un petit truc », cela commence petit au bord d’une route, comme cet été dans les Landes, mais nous sommes complotistes et tout est naturel, dormez tranquille, le DS veille.

Explication ci-dessous de ces phénomènes organisés.

Notre confrère du Nouveau Monde nous rapportait en juillet que : « Le phénomène des incendies d’usines agroalimentaires a commencé aussi en France ».

Publié le 06/07/2022 par Joseph Stroberg

[Source : jovanovic.com via echelledejacob] Par Pierre Jovanovic qui nous rapportait que : Les médias français sont devenus la honte absolue de ce que l’on appelle « journalisme ». Depuis le mois de janvier 2022 pratiquement 100 usines agroalimentaires sont parties en fumée et, je le précise, que dans ce secteur ! Que 2 brûlent éventuellement, on va appeler cela une série noire, mais que 100 brûlent, là c’est une organisation qui a été spécialement mise en place pour empêcher des dizaines et des dizaines de millions de nourritures d’arriver dans le circuit de distribution. Dans une interview, la semaine passée, avec les Mousquetaires de l’Info, j’ai même annoncé que cela commencera en France à la rentrée.

Erreur !

Ça a commencé le jour même de l’interview, en Bretagne : « Un bâtiment d’élevage de 1 000 m² situé à Pannecé, en Loire-Atlantique, s’est complètement embrasé. Quelque 8 000 poussins sont morts vendredi dans l’incendie, selon les pompiers. Le bâtiment était complètement embrasé à l’arrivée des secours, peu après 7 h. Le feu a été éteint à l’aide de trois lances à eau et d’un canon à mousse. ».

Donc ça veut dire que le feu s’est déclaré (ou y a été mis…) vers 5 h, et bien sûr personne pour s’en rendre compte, tout le monde dormant, lire ici Sud Ouest pour le croire, merci à notre lecteur Biper.

Les officiels suisses, eux, ont compris ce qui se passe avec toutes ces usines agroalimentaires qui crament, et commencent à se poser des questions : arriveront-ils à nourrir la population, voyez Reuters ici.

Pendant ce temps, aux US, l’opération continue :

Le 14 juin 2022 :

« Over 10,000 head of cattle have reportedly died in the recent Kansas heat wave. »[Plus de 10 000 têtes de bétail seraient mortes lors de la récente vague de chaleur au Kansas.]

Le 23 juin dernier, c’est une nouvelle usine qui a décidé de fermer brutalement ses portes, comme si une menace pesait sur ses activités :

« George’s Poultry and Prepared Foods announced it will close one of its food-processing plants in Campbell County, Tennessee. The reason for the closure was not disclosed and has caught local officials by surprise. Campbell County Mayor E. L. Morton told local news WVLT that he’s trying to keep the plant open to save hundreds of jobs »[George’s Poultry and Prepared Foods a annoncé qu’elle allait fermer l’une de ses usines de transformation alimentaire dans le comté de Campbell, au Tennessee. La raison de cette fermeture n’a pas été divulguée et a pris les responsables locaux par surprise. Le maire de Campbell County, E. L. Morton, a déclaré à la chaîne de télévision locale WVLT qu’il essayait de garder l’usine ouverte pour sauver des centaines d’emplois]lire ici WVLT.tv

Tous les journalistes qui ont suivi les débats de Davos, organisés par Klaus Schwab, ont été sidérés par le fait que le Forum veut aussi décider de ce que les populations vont manger, parce que les vaches posent un problème de carbone, en les encourageant à remplacer la viande par des tranches de cactus, des algues, des insectes, et des steaks au soja.

Bref, sachez cette « opération » de sabotage va effectivement se répandre.

Et, ATTENTION, ces usines qui disparaissent de manière inhabituelle à un rythme effréné ne comprennent même la destruction VOLONTAIRE de millions de volatiles divers et variés sous prétexte de grippe aviaire !

Dès lors, si on additionne les deux, on arrive effectivement à une chaîne alimentaire BRISÉE, dont la conséquence la plus immédiate est de faire monter les prix des usines agroalimentaires qui sont encore debout.

Conclusion : non seulement l’hyperinflation est voulue, mais elle est encouragée. En effet, j’ai expliqué ici depuis 2008 que la seule solution qu’ont les États-Unis pour rembourser leurs trilliards (30) de dettes consiste à déclencher une hyperinflation qui fera fondre leur dette.

Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.quotidien.com 2008-2022

Carbone, Dette, États-Unis, France, Klaus Schwab, Médias, Nourriture