Pologne : Il ne faudra pas longtemps avant que la Pologne ne quitte l’UE et que les autres nations de Visegrad ne suivent.


Il ne faudra pas longtemps avant que la Pologne ne quitte l’UE et que les autres nations de Visegrad ne suivent…… Le vice-premier ministre polonais Jarosław Kaczyński, chef du parti Droit et Justice (PiS) au pouvoir dans le pays, a accusé l’Allemagne d’essayer de créer un “quatrième Reich” en faisant pression pour un État fédéral de l’Union européenne…..

Publié le 30.12.2021 par Chris Tomlinson


Le vice-Premier ministre polonais accuse l’Allemagne d’utiliser l’UE pour créer un “quatrième Reich”.

BERLIN, GERMANY - DECEMBER 02: German soldiers participate in a military grand tattoo in honor of acting outgoing German Chancellor Angela Merkel on December 02, 2021 in Berlin, Germany. Merkel will be stepping down soon to make way for German Social Democrat (SPD) Olaf Scholz, who will lead a coalition …
Clemens Bilan – Pool/Getty Images

Le vice-premier ministre polonais Jarosław Kaczyński, chef du parti Droit et Justice (PiS) au pouvoir dans le pays, a accusé l’Allemagne d’essayer de créer un “Quatrième Reich” en faisant pression pour un État fédéral de l’Union européenne.

M. Kaczyński a fait ces commentaires cette semaine lors d’une interview avec les médias polonais, expliquant que le terme “Quatrième Reich” n’était pas tant une référence au Troisième Reich de l’Allemagne nationale-socialiste qu’au “Premier Reich” du Saint Empire romain germanique.

Le conservateur polonais a ajouté que si ses compatriotes acceptaient une fédéralisation accrue de l’Union européenne, “nous serions dégradés de diverses manières” et a déclaré qu’un tel changement de l’UE équivaudrait à un “asservissement moderne” du peuple polonais, rapporte le Kronen Zeitung.

Ces commentaires interviennent après que le nouveau gouvernement allemand de coalition gauche-vert-libéral a accepté de faire pression en faveur d’une plus grande fédéralisation de l’Union européenne dans le cadre de l’accord de “coalition des feux de signalisation” conclu au début du mois.

Reich
Des soldats du bataillon de la garde allemande tiennent des torches au ministère de la Défense pendant le Grand Tattoo (Grosser Zapfenstreich), une cérémonie d’adieu pour la chancelière allemande sortante Angela Merkel (en arrière-plan) à Berlin, le 2 décembre 2021. (Photo par STEFANIE LOOS/AFP via Getty Images)

La semaine dernière, le chancelier allemand Olaf Scholz s’est rendu pour la première fois en Pologne pour y rencontrer le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. Ce dernier a fait part de son opposition à un super-État européen centralisé et a déclaré qu’une telle évolution serait un “centralisme bureaucratique”, ajoutant que “l’Europe sera forte si elle est une Europe d’États souverains.”

Scholz a toutefois exprimé son soutien à la crise des migrants en cours en Pologne, conçue par la Biélorussie, Scholz convenant qu’il s’agissait d’une forme de “guerre hybride” lors de sa visite.

“J’ai décrit au chancelier le changement de tactique que le régime [d’Alexandre] Loukachenko utilise maintenant dans cette crise migratoire déclenchée artificiellement, l’utilisation de personnes comme boucliers vivants, comme armes”, a déclaré le Premier ministre Morawiecki.

Les deux pays sont toujours en désaccord sur la question de la réforme judiciaire, l’Union européenne ayant engagé en début de semaine une action en justice contre la Pologne après que la cour constitutionnelle du pays a jugé que la constitution polonaise l’emportait sur le droit européen dans certaines circonstances.

L’UE tente de forcer la Pologne à se soumettre en lui imposant des amendes de 1 million d’euros par jour

Source 1

Source 2