Une fuite de données révèle que 70 membres du PCC ont été employés par Pfizer.


Il y a 70 membres du parti communiste chinois au sein de Pfizer.

Pfizer a également des membres du conseil d’administration dans certaines organisations HSS, MSM.

Le PCC, Big Pharma, MSM… toute une grande famille heureuse !!!

Une fuite de données révèle que des membres du Parti communiste chinois ont été employés par Pfizer, AstraZeneca et d’autres entreprises internationales.

Important en complément : Voir notre reportage sur les infiltrations du PCC en Australie en bas d’article changement de page




Une importante fuite de données a révélé que des membres du Parti communiste chinois ont été employés par certaines des plus grandes entreprises du monde, dans les domaines de la défense, de la banque, et même par des sociétés pharmaceutiques impliquées dans la fabrication de vaccins contre le coronavirus.



Un quotidien australien a fait état d’une importante fuite de données contenant les dossiers officiels, la date de naissance, le numéro d’identification national et l’origine ethnique de près de deux millions de membres présumés du Parti communiste chinois, travaillant dans le monde entier, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie.

Selon le rapport de The Australian, les entreprises où des membres présumés du PCC travaillent comme employés sont des fabricants de vaccins COVID-19 comme Pfizer et AstraZeneca, des institutions financières comme ANZ, HSBC, le constructeur aéronautique Boeing et le constructeur automobile allemand Volkswagen.

La fuite a révélé les coordonnées de 1,95 million de membres du CPC après avoir été extraites d’un serveur de Shanghai par des dénonciateurs. Les données ont été extraites d’un serveur de Shanghai par des dissidents chinois, des lanceurs d’alerte, en avril 2016, qui les ont utilisées à des fins de contre-espionnage.

Le rapport a également révélé qu’au moins 10 consulats de la métropole chinoise de l’est de Shanghai emploient des membres du PCC en tant que spécialistes principaux des affaires politiques et gouvernementales, commis, conseillers économiques et assistants de direction.

La journaliste Sharri Markson, qui a fait état de cette importante fuite de données dans The Australian, a déclaré que des branches du PCC avaient été créées au sein d’entreprises occidentales où les membres, « s’ils sont sollicités, sont directement responsables devant le Parti communiste » et le président Xi Jinping lui-même.

Toutefois, il convient de noter qu’il n’y a pas encore de preuve que ces membres aient commis des actes d’espionnage. Selon M. Markson, la principale préoccupation reste de savoir si l’Australie ou ces entreprises étaient au courant de l’existence des membres du PCC et, dans l’affirmative, si des mesures ont été prises pour protéger leurs données et leur personnel.

Les liens économiques cordiaux entre l’Australie et la Chine, établis au cours des trois dernières décennies, ont maintenant été aigris par plusieurs points de friction. Le premier est que l’Australie est devenue le premier pays à bannir publiquement le chinois Huawei de son réseau 5G en 2018. Deuxièmement, l’Australie a demandé une enquête sur les origines du nouveau coronavirus, qui a été détecté pour la première fois dans la ville de Wuhan, en Chine centrale. Troisièmement, l’Australie s’est montrée plus virulente sur la question des musulmans ouïgours et sur les protestations de Hong Kong.

La Chine est le premier partenaire commercial de l’Australie, tant en termes d’exportations que d’importations. La part de la Chine dans les exportations australiennes a atteint un record de 117 milliards de dollars australiens, soit 38 %, en 2019. Les secteurs australiens comme l’exploitation minière, le tourisme, l’éducation bénéficient des échanges avec la Chine. La Chine importe même des produits tels que le lait, le vin et la viande.

Source 1

Source 2

Retour au Menu

Tourner la page