Q SCOOP – France : AstraZeneca, deux nouveaux cas de thromboses, dont un décès.


Coronavirus – AstraZeneca : deux nouveaux cas de thromboses en France, dont un décès.

Publié le 7 mai 2021 par La rédaction de France Bleu


Deux nouveaux cas de thromboses ont été relevés en France après l’injection d’une dose de vaccin contre le Covid-19 d’AstraZeneca, indique l’Agence française du médicament ce vendredi 7 mai. Une personne est décédée. Au total, il y a eu 30 cas de thromboses, sur près de 4 millions d’injections.

Un flacon de vaccin AstraZeneca [photo d'illustration].
Un flacon de vaccin AstraZeneca [photo d’illustration]. © Radio France – Richard Vivion

Deux nouveaux cas de thromboses (caillots) atypiques associés au vaccin contre le Covid-19 d’AstraZeneca sont survenus en France entre le 23 avril et le 29 avril, relèvent les autorités sanitaires ce vendredi 7 mai. L’une des deux personnes est décédée. Depuis le début des injections avec ce vaccin, ce sont « 30 cas » de thromboses rares qui sont survenus en France, « dont 9 décès au total », sur plus de 3.855.000 injections réalisées au 29 avril, selon l’Agence française du médicament (ANSM).

Ces deux nouveaux cas concernent des femmes sexagénaire et septuagénaire, qui ont fait des thromboses veineuses cérébrales dont un cas avec une thrombopénie (déficit en plaquettes sanguines, ndlr) associée, précise l’ANSM.

Depuis le 19 mars 2021, l’utilisation du vaccin Vaxzevria d’AstraZeneca est réservée aux personnes de 55 ans et plus, rappelle l’agence sanitaire. 

Tous les vaccins font l’objet d’une surveillance accrue

L’ANSM surveille tous les vaccins. Concernant le vaccin de Pfizer/BioNTech, sur la période allant du 16 avril au 29 avril, l’agence fait état de deux « signaux potentiels ». « Suite à la déclaration de six nouveaux cas de pancréatite aiguë, dont un décès » sur cette période, l’ensemble des cas déclarés depuis le début de la vaccination a été passé en revue. L’analyse des 15 cas graves (14 cas d’évolution favorable et 1 décès) de pancréatites aiguës rapportés au total montre que dans près d’un tiers des cas, ils surviennent chez des patients ayant des antécédents de pathologies pancréatiques ou biliaires. Ces évènements constituent un « signal potentiel » qui seront partagés au niveau européen, indique l’ANSM. 

Parmi les effets déjà sous surveillance, « l’analyse de deux nouveaux cas de syndrome de Guillain Barré (une atteinte neurologique, aussi appelé polyradiculonévrite aiguë, ndlr), portant le total à sept cas depuis le début de la vaccination, « confirme que cet effet indésirable rare constitue un signal potentiel« , ajoute-t-elle. Le rapport bénéfice/risque du vaccin n’est pas remis en cause. Au total, plus de 15.813.000 injections ont été réalisées au 29 avril, avec ce vaccin des laboratoires américain et allemand Pfizer/BioNTech.


Source