Q POST – Vérités d’un Capitaine de gendarmerie.


Paroles Libre


Vérités d’un Capitaine de gendarmerie.

Nous ne céderons rien a dit le chef de l’état, il a pourtant cédé depuis longtemps en introduisant en masse tous ces réfugiés qui sont autant de bombes à retardement !!

J’ai appris hier avec une immense tristesse le meurtre de Stéphanie, cette policière du commissariat de Rambouillet, âgée de 49 ans, lâchement assassinée par ce terroriste. Elle a été égorgée, frappée de plusieurs coups de couteau, avant que son agresseur soit abattu.

Rien ne change, hélas. Attentat après attentat, nous entendons les mêmes constats éplorés, les mêmes regrets, la même impuissance. Les représentants de l’État sont toujours visés : policiers, gendarmes, policiers municipaux, militaires des autres armées, tous ceux qui se trouvent en première ligne sur le terrain, tous ceux et toutes celles qui représentent la France et l’autorité…

Les policiers sont toujours trainés dans la boue, attaqués, accusés des pires vilénies alors qu’ils sont si nécessaires et si essentiels à notre pays. Ils payent le prix du sang, ils ne sont pour l’essentiel d’entre eux que dévouement à l’intérêt général et ils sont pourtant si maltraités. Aujourd’hui c’est la concorde et l’union sacrée, mais cela ne durera pas. Demain, déjà, mes amis policiers seront à nouveau accusés de tous les maux par tous ceux qui se repaissent de nos divisions.

J’adresse à la famille de ma chère camarade, mère de deux enfants, toute ma compassion, toute ma sollicitude, tous mes regrets au fait que sa sécurité et à sa sauvegarde n’aient pu être mieux préservées.
Qu’aurions-nous pu faire ? Manifestement si peu en le cas présent.

Le terroriste d’origine tunisienne, entré clandestinement en France il y a plus de dix ans, était inconnu des services de police et de renseignement. Comme pour tous les autres avant lui, nous lui avons donné toutes les chances et il s’est pourtant retourné contre nous de la manière la plus ignoble qui soit. Peu de choses dans son comportement passé aurait pu être annonciateur de sa capacité à commettre le pire. Peu de chose si ce n’est l’essentiel, à savoir la banalisation de l’Islamo gauchisme, partout et de plus en plus. C’est le poison de l’Islamisme, la généralisation du voile islamique, le refus de la mixité, le mépris et la haine affichés à l’égard des femmes, les pressions exercés à l’encontre des plus modérés et notamment les musulmans de France respectueux des lois de la République, le prosélytisme ordinaire, la diffusion du séparatisme, le rejet de notre identité et de nos valeurs démocratiques… qui ont conduit à cette situation.
C’est cela, c’est tout cela qui l’a conduit à passer à l’acte. En de nombreux endroits de notre territoire notre démocratie recule, les pratiques clientélistes d’élus indignes nous font un mal considérable. Des décennies de lâchetés, de renoncements et d’abandons de la part des gouvernants successifs nous ont conduit en la situation présente. D’autres Stéphanie mourront, d’autres actes terroristes seront perpétrés parce qu’ils sont partout sur notre sol, parce qu’ils sont inexpulsables du fait notamment des décisions irresponsables des plus hautes juridictions administratives et judiciaires de notre pays et de l’Europe. Nous continuons de nourrir ceux qui veulent nous détruire et nos éminents juges et juristes nous opposent le désespérant « ah, mais on ne peut pas ! ».

SI ON PEUT et on le fera. À l’impuissance nous opposerons notre détermination et notre volontarisme quitte à rédiger une nouvelle constitution et à aller vers une nouvelle République puisque la nôtre vacille de toute part et se trouve incapable de protéger ses enfants, ses valeurs, son identité, tout ce qui fait ce que nous sommes.

Elle s’appelait Stéphanie, elle était âgée de 49 ans, elle était mère de deux enfants, elle aimait la vie, elle ne demandait qu’à vivre et pourtant elle est morte, tuée par un terroriste islamiste, un obscurantiste abject.
Elle ne sera pas morte pour rien. Elle nous accompagne et renforce notre volonté d’offrir une autre France à ses enfants et à tous nos enfants.

Ensemble, unis et résolus, nous pouvons tout.

Capitaine Hervé Moreau