Q VIDÉOS – Le Dr Ryan Cole parle de la vitamine D, de l’Ivermectine, des « vaccins » et de la COVID-19.


Écoutez ce que dit le Docteur Ryan Cole, qui possède également un très grand labo médical et conseiller de la célèbre clinique Mayo pour son expertise en immunologie !

Partagez pour réveiller ceux qui dorment encore!


Le Dr Ryan Cole parle de la vitamine D, de l’Ivermectine, des « vaccins » et du COVID-19.

Les recherches menées par TMR depuis plus d’un an pour interroger les responsables des briefings de l’OMS/OPS/CARPHA sur le message à donner au COVID-19, sa prévention par le renforcement de l’immunité et le traitement qui peut atténuer les souffrances causées par le virus, ainsi que l’alternative à la protection suspecte et loin d’être complète des vaccins expérimentaux, nous ont amenés à cette vidéo : Vitamine D, Ivermectin, « Vaccins » Bitchute suite à ses différents posts sur Facebook.

Publié le 10.04.2021 par Bennette Roach


Le Dr Ryan Cole est le PDG et directeur médical de Cole Diagnostics, l’un des plus grands laboratoires indépendants de l’État de l’Idaho. Il est un pathologiste certifié par le conseil d’administration de la Mayo Clinic.

Dr Ryan Cole s’exprime, dans cette vidéo sur la vitamine D, l’Ivermectine et les «vaccins» .
L’Ivermectine est un traitement préventif et thérapeutique efficace pour guérir de La COVID.
Bien qu’antiparasitaire, l’Ivermectine est également une prophylaxie antivirale phénoménale et peut être utilisée pour un traitement précoce, L’Ivermectine est sûre, efficace, ayant été prise par 4 milliards de personnes depuis les années 1980 elle figure sur la liste des médicaments les plus essentiels au monde!.
100% des essais mondiaux sur l’Ivermectine ont montré des avantages (détails fournis dans la présentation vidéo):


    -Diminue l’acquisition de la maladie de 88 à 100%.
    -Diminue la réplication virale et le temps d’excrétion de moitié.
    -Diminue l’évolution et la gravité de la maladie de 80 à 90%.
    -Diminue le taux de mortalité par maladie de 75% et jusqu’à 86% s’il est administré au début du traitement.

L’Ivermectine est le seul médicament qui a montré un bénéfice dans 100% des essais mondiaux menés. 


Le Dr Ryan Cole parle de la vitamine D, de l’ivermectine et des « vaccins » Le Dr Ryan Cole est le PDG et le directeur médical de Cole Diagnostics, l’un des plus grands laboratoires indépendants de l’État de l’Idaho. Le Dr Cole est un pathologiste diplômé de la Mayo Clinic.

Ce résumé fournit :

La recommandation actuelle du CDC et du NIH : « Rentrez chez vous et isolez-vous ; si vous ne pouvez pas respirer ou si vos lèvres deviennent bleues, alors allez à l’hôpital » (cela revient à de l’apathie, pas à un traitement, car les médecins sont formés pour traiter les gens dès la première manifestation d’une maladie/un agent pathogène).

Plus le traitement est précoce, plus les complications peuvent être évitées au fil du temps (simple bon sens).

S’il existe un traitement pour une maladie, le gouvernement fédéral ne peut pas approuver un vaccin.[pour une autorisation d’utilisation d’urgence par la loi…].

Il y a six mois, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’il fallait « arrêter d’utiliser le Remdisivir parce qu’il n’augmente pas les chances de survie des patients » (le médicament n’agit que pendant les 2 ou 3 premiers jours de l’infection).

Pourtant, de nombreux hôpitaux américains continuent d’administrer ce médicament à 3 000 dollars la dose longtemps après l’infection initiale, alors que le virus s’est déjà massivement répliqué.

Le plasma convalescent n’est également efficace que pendant les 2 ou 3 premiers jours de l’infection, lorsque le virus se réplique (on ne l’obtient qu’à l’hôpital, lorsque le traitement n’est plus efficace).

Les anticorps monoclonaux ne sont également efficaces que pendant les deux premiers jours de la maladie.

L’administration de stéroïdes au bon moment de la maladie (pendant un état inflammatoire) apporte un avantage en termes de survie.

L’ivermectine (un antiparasitaire administré aux chevaux et aux chiens) est une thérapie de prévention et de traitement efficace.

Bien qu’il s’agisse d’un antiparasitaire, l’Ivermectine est également un anti-viral prophylactique phénoménal et peut être utilisé pour le traitement précoce, le traitement immunomodulateur pendant l’hospitalisation et le traitement post-COVID « long courrier ».

L’ivermectine est sûre, efficace et INEXPENSIVE, puisqu’elle a été prise par 4 milliards de personnes depuis les années 1980 (elle figure sur la liste des médicaments les plus essentiels au monde !)

Dans des études menées sur des boîtes de Petri, en août 2020, on a constaté que l’Ivermectine avait tué 99 % du virus, mais le NIH a recommandé de ne pas l’utiliser.

Par le passé, l’Ivermectine a été administrée à des humains à des doses 30 à 40 fois supérieures à la dose recommandée, sans aucun effet indésirable (il a été établi que seuls deux humains sont morts après avoir utilisé le médicament, et ils étaient atteints d’une maladie immunodéficitaire rare).

Quelques études sur l’ivermectine sont enfin menées de manière indépendante aux États-Unis dans des hôpitaux du Texas, de Floride et du Wisconsin (résultats : ils ont réduit leurs taux de mortalité du COVID de 70 à 90 % !)

À Houston, un seul hôpital l’utilisait ; désormais, tous les hôpitaux de Houston administrent ce médicament.

Il s’agit d’un médicament approuvé, mais qui n’est pas homologué (approuvé pour d’autres usages) car la FDA n’a pas approuvé son utilisation pour traiter le virus parce que les études n’ont pas été réalisées sur des Américains – la FDA n’utilise pas les études étrangères pour approuver les médicaments).

Cependant, Pfizer a reçu l’approbation de la FDA pour son vaccin expérimental sur la base de tests effectués sur des sujets étrangers, et non américains ( !).

Dans une méta-analyse portant sur 15 000 patients, l’ivermectine – si elle est ajoutée au plan de traitement, quel qu’il soit – réduit le taux de mortalité d’au moins 75 % (jusqu’à 86 % si elle est administrée précocement) … .

Un traitement complet à l’Ivermectin coûte moins de 30 dollars.

La totalité des essais de l’Ivermectin dans le monde ont montré des avantages (détails fournis dans la présentation vidéo) :

  • Diminue l’acquisition de la maladie de 88 à 100 %.
  • Diminue de moitié la réplication virale et le temps d’excrétion.
  • Diminue l’évolution et la gravité de la maladie de 80 à 90 %.
  • Diminue le taux de mortalité de la maladie de 75 % et jusqu’à 86 % s’il est administré au début du traitement.

L’ivermectine est le seul médicament qui a montré un bénéfice dans 100% des essais mondiaux réalisés.


Source