Q SCOOP – Un incendie détruit des milliers de maisons dans des camps de réfugiés rohingyas au Bangladesh.


Une petite infos en passant que vous ne trouverez pas sur votre BFMtv pour les moutons qui ne sont toujours pas réveillés.

15 personnes ont brûlées, 400 personnes de disparues et 1,000,000 de personnes sont restées sans abris après que des incendies massifs se sont déclenchés dans les structures des réfugiés Rohingya au Bangladesh.

Publié le 23.3.2021 par Rebecca Wright, Mitchell McCluskey, Salman Saeed and Salman Saeed, CNN



Un incendie a ravagé lundi un camp tentaculaire de réfugiés rohingyas à Cox’s Bazar, au Bangladesh, tuant au moins onze personnes, détruisant des maisons et mettant en danger la vie de dizaines de milliers de réfugiés, selon le gouvernement du Bangladesh.

Le feu a détruit au moins 10 000 abris en traversant le camp, selon le Groupe de coordination intersectorielle (ISCG) au Bangladesh.

Jusqu’à 10 000 familles de réfugiés rohingyas, soit plus de 45 000 personnes selon les estimations, ont été déplacées, a indiqué l’ISCG, qui a également prévenu que ce chiffre pourrait augmenter dans les prochains jours, au fur et à mesure que les évaluations des organisations d’aide se poursuivent.

Les installations essentielles, notamment les hôpitaux, les points de distribution, les centres d’apprentissage et les services d’aide aux femmes, ont également été endommagées dans l’incendie, a déclaré l’ISCG à CNN.
Le Croissant-Rouge du Bangladesh a déclaré mardi qu’il lançait l’une de ses « plus grandes opérations de sauvetage et de secours » dans le camp.

Lundi soir, les services d’incendie, le commissaire aux réfugiés et au rapatriement du Bangladesh et les équipes de secours et d’intervention ont lutté contre l’incendie pour tenter d’empêcher sa propagation, a indiqué le HCR, l’agence des Nations unies pour les réfugiés.

António Vitorino, directeur général de l’Organisation internationale des migrations (OIM) de l’ONU, a déclaré que « des dizaines de milliers de réfugiés rohingyas sont touchés. »

« Je suis profondément préoccupé par l’impact d’un terrible incendie aujourd’hui à Cox’s Bazar, au Bangladesh », a déclaré M. Vitorino, ajoutant que « les équipes et les partenaires de l’OIM travaillent ensemble pour répondre à la crise et assurer la sécurité et le bien-être de tous. »

Flames engulf sections of a Rohingya refugee camp in Cox's Bazar, Bagladesh on March 22, 2021.

Les images des témoins ont montré un incendie massif consumant des huttes et des dizaines de réfugiés fuyant à pied. La cause de l’incendie n’a pas encore été déterminée.
« Le feu s’est propagé si rapidement qu’avant que nous comprenions ce qui s’est passé, il a touché notre maison », a déclaré Tayeba Begum, une bénévole de Save the Children qui a été témoin de l’incendie. « Les gens criaient et couraient ici et là. Les enfants couraient aussi, éparpillés, en pleurant pour leur famille. C’est l’incident le plus horrible dont j’ai été témoin récemment. »
L’incendie de lundi est le plus important des multiples incendies qui ont ravagé le camp rien que cette année, a déclaré Onno Van Manen, directeur national de Save the Children au Bangladesh.
« C’est un autre coup dévastateur pour les réfugiés rohingyas qui vivent ici. Il y a quelques jours à peine, nous avons perdu l’un de nos établissements de santé dans un autre incendie. Les risques d’incendie dans ces zones extrêmement densément peuplées et confinées sont énormes », a déclaré M. Van Manen.

Les estimations du nombre de réfugiés rohingyas vivant à Cox’s Bazar varient de 800 000 à plus de 900 000, selon le HCR et Save the Children.

La plupart des réfugiés ont fui les persécutions dont ils étaient victimes au Myanmar voisin.
En 2016 et 2017, l’armée du Myanmar a lancé une campagne brutale de meurtres et d’incendies criminels qui a forcé plus de 740 000 membres de la minorité rohingya à fuir vers le Bangladesh voisin, ce qui a donné lieu à un procès pour génocide devant la Cour internationale de justice. En 2019, les Nations unies ont déclaré que de « graves violations des droits de l’homme » commises par l’armée se poursuivaient dans les États ethniques de Rakhine, Chin, Shan, Kachin et Karen.

Le Myanmar nie les accusations de génocide et soutient que les « opérations de déminage » menées par l’armée étaient des mesures antiterroristes légitimes.


À lire aussi article du 8 12.2020 par CNN ici

Le Bangladesh déplace des centaines de réfugiés rohingyas vers une île isolée, ce qui fait craindre des renvois forcés.


Source