Q SCOOP – BOOM!! Dans la saga « Evergreen » voici Jennifer Psaki !!


Eh bien, regardez là, Jennifer Psaki n’est pas seulement la secrétaire de presse, elle est la fondatrice « d’Evergreen Consulting, LLC« . À Washington D.C…. Consulting est un code pour blanchir légalement l’argent des contribuables et l’argent noir parmi la foule de politiciens et de bureaucrates corrompus…  

Et ce n’est pas tout lisez l’article ci-dessous nous avons vraiment à faire à une bande organisée dans la destruction des peuples. 

« Le PCC déguisé en inoffensif apparent« 



Cette société de conseil n’est bien sûr pas liée directement à Evergreen Marine ou au Groupe Evergreen. Mais nous devons creuser sur Evergreen, il n’y a pas de fumée sans feu!!

Car nous retrouvons qui et quoi dans cette pieuvre du nom et termes confus d’Evergreen, mais toujours exploité par les mêmes personnes qui font le même trafic et bien vous retrouvez les noms :

« Southern Air Transport, Evergreen Aviation, aviation historique, aviation de voie, Carlyle Group, CIA, Columbus, Wexner, Epstein, Iran Contra, Torture Taxi, Lolita exspess, Epstein Black book. »

Voici le lien ICI

Et un autre ICI


Revenons à Jennifer Psaki et son passé sulfureux.

Cet article contient une copie de ses déclarations financières et montre qu’elle a également reçu des fonds de « AnyVision » en tant que « consultante en communication de crise ». AnyVision est une société d’espionnage israélienne financée par Microsoft.

Jen Psaki, porte-parole de Biden, a travaillé pour une société d’espionnage israélienne.

Publié le 25.3.2021 par Ali Abunimah

Le secrétaire de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki.

L’attachée de presse du président Joe Biden, Jen Psaki, a travaillé pour une entreprise israélienne accusée de participer à la surveillance des Palestiniens sous occupation militaire israélienne.

Les déclarations publiques de situation financière de Mme Psaki montrent qu’elle a gagné au moins 5 000 dollars en tant que « consultante en communication de crise » pour AnyVision.

Les formulaires de déclaration des fonctionnaires de l’exécutif peuvent être demandés à la Maison Blanche. La déclaration de Psaki obtenue par The Electronic Intifada est incluse dans la suite de cet article.

La date exacte de ce travail n’est pas précisée, mais il a eu lieu entre le moment où Psaki a quitté l’administration Obama en 2017 et son nouveau rôle à la Maison Blanche de Biden.

Psaki a exploité une société de communication appelée Evergreen Consulting depuis un mois après que le président Barack Obama a quitté ses fonctions.

Cela couvre la période pendant laquelle AnyVision a été confrontée à une crise de relations publiques en raison de sa complicité présumée avec les violations des droits des Palestiniens par Israël.

En 2019, le journal israélien Haaretz a rapporté que la technologie de reconnaissance faciale d’AnyVision était secrètement utilisée par l’armée d’occupation israélienne « pour surveiller les Palestiniens de Cisjordanie aux points de contrôle sur le chemin d’Israël – tout en utilisant un réseau de caméras au plus profond de la Cisjordanie. »

Le président d’AnyVision, Amir Kain, était l’ancien chef du département de la sécurité du ministère israélien de la défense, et l’un de ses conseillers, Tamir Pardo, est un ancien chef de l’agence d’espionnage et d’assassinat du Mossad, selon Haaretz.

En d’autres termes, AnyVision ferait partie intégrante de ce que le principal groupe israélien de défense des droits de l’homme, B’Tselem, a récemment décrit comme un « régime d’apartheid » établi pour perpétuer « la suprématie d’un groupe – les Juifs – sur un autre – les Palestiniens ».

Selon Haaretz, le cofondateur de la société, Eylon Etshtein, a affirmé sans ironie apparente que sa société était « très sensible » aux préjugés raciaux et sexistes et qu’elle ne vendait qu’aux « pays démocratiques dotés de gouvernements corrects ».

Le désinvestissement de Microsoft

Un reportage ultérieur d’Olivia Solon pour NBC News a déclaré qu’AnyVision « alimente un projet de surveillance militaire secret dans toute la Cisjordanie ».

« Les Palestiniens vivant en Cisjordanie n’ont pas la citoyenneté israélienne ni le droit de vote, mais sont soumis à des restrictions de mouvement et à la surveillance du gouvernement israélien », a noté NBC.

La chaîne a également rapporté que lorsqu’elle a contacté Etshtein d’AnyVision pour un commentaire, « il a contesté que la Cisjordanie soit ‘occupée’ et a mis en doute la motivation de l’enquête de NBC News, suggérant que le reporter devait être financé par un groupe d’activistes palestiniens ».

Etshtein aurait également menacé de poursuivre la chaîne en justice.

Le rapport de Solon a attiré l’attention sur le fait que le géant américain de la technologie Microsoft avait investi 74 millions de dollars dans AnyVision.

Cela a donné lieu à la campagne #DropAnyVision, menée par des militants des droits de l’homme et de la solidarité avec la Palestine, qui ont demandé à Microsoft de se désengager de cette société d’espionnage.

Cette campagne, menée par Jewish Voice for Peace, a été couronnée de succès.

Microsoft a annoncé il y a un an qu’elle se retirait de sa participation à AnyVision, après avoir commandé une enquête dirigée par l’ancien procureur général des États-Unis, Eric Holder.

Microsoft a déclaré que l’enquête de M. Holder ne pouvait pas étayer les accusations concernant l’implication secrète d’AnyVision dans la surveillance des Palestiniens.

Mais Microsoft a déclaré qu’elle se désinvestissait quand même, car détenir une part minoritaire dans une entreprise vendant des « technologies sensibles », dont la reconnaissance faciale, ne permettrait pas d’atteindre le « niveau de surveillance ou de contrôle que Microsoft exerce sur l’utilisation de sa propre technologie ».

« La décision de Microsoft de se débarrasser d’AnyVision est un coup dur pour cette entreprise israélienne profondément complice et un succès pour une impressionnante campagne BDS », avait alors déclaré Omar Barghouti, cofondateur du mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions pour les droits des Palestiniens.


Autre article à lire ici ci-dessous.

Les fonctionnaires de l’ère Obama reviennent à la Maison Blanche avec des millions d’euros.


Les déclarations financières de la Maison Blanche montrent que plusieurs fonctionnaires se sont enrichis massivement.


Source