Q INFOS – Sidney Powell reproche à la Cour suprême d’être lente à réagir aux élections d’urgence.


Sidney Powell reproche à la Cour suprême d’être lente à réagir aux élections d’urgence

Publié le 19.12.2020


Image: Sidney Powell blasts Supreme Court for “slow-walking” EMERGENCY election challenges past key dates

Il devrait être évident à présent pour les patriotes qui aiment notre république et qui sont certains que les victoires électorales du président Donald Trump du 3 novembre lui ont été volées, que le système judiciaire américain est irréversiblement brisé.

En dépit d’une multitude de preuves, de plus de 1000 déclarations sous serment (sous peine de parjure), de déclarations de témoins oculaires, d’analyses informatiques médico-légales et de semaines de travail d’enquête minutieux de la part de l’équipe juridique de la campagne de Trump, les tribunaux ont, les uns après les autres, rejeté les contestations judiciaires des résultats des élections dans plusieurs États du champ de bataille.

Le système de « justice » à deux vitesses s’est encore révélé cette semaine, car même la Cour suprême des États-Unis a prouvé qu’elle n’était pas intéressée à faire respecter notre Constitution – ce que ces neuf juges ont juré de faire.

L’avocat Sidney Powell s’est battu comme un fou pour que les tribunaux fédéraux et d’État se contentent d’examiner ses preuves de fraude électorale et d’irrégularités électorales. Mais tous ont refusé de le faire, offrant à l’État de Joe Biden et aux démocrates une victoire « légale » après l’autre et donnant la parole aux menteurs du câble et du Congrès qui prétendent faussement « qu’il n’y a pas eu de fraude électorale systémique » lors de cette élection.

Elle a finalement obtenu que ses affaires « Kraken » soient portées devant la Cour suprême jeudi, mais il semble que les juges aient arrangé les choses de telle sorte que même s’ils trouvent les pierres pour examiner ses preuves et se prononcer sur elles, il n’y a pas grand-chose qui va changer : Joe Biden est toujours sur la voie de la plus grande fraude électorale de l’histoire de notre pays.

« Le système de classement électronique de la Cour Suprême montre que nos pétitions d’urgence ont été enregistrées pour la Géorgie et le Michigan, mais que la réponse de l’Etat n’est pas attendue avant le 14 janvier ! Aujourd’hui, elle a FINALEMENT soumis nos pétitions d’urgence #Arizona & #Wisconsin déposées vendredi et les a INEXPLICABLEMENT rejetées », a-t-elle écrit sur Twitter.

Elles ont été soumises électroniquement samedi matin et toutes les copies ont été remises en main propre et les frais ont été payés. #SupremeCourt clerk refused to give reason and will not return phone calls!!What is going on??Unprecedented lack of professionalism @realDonaldTrump @GenFlynn @POTUS @Scavino45 pic.twitter.com/NE5gwpjfzT

  • Sidney Powell (@SidneyPowell1) 17 décembre 2020

Elle a suivi ce tweet avec un autre : « Ils ont été soumis électroniquement samedi matin et toutes les copies ont été remises en main propre et les frais ont été payés. #Le greffier de la Cour suprême a refusé de donner la raison et ne répondra pas aux appels téléphoniques ! Que se passe-t-il ? Un manque de professionnalisme sans précédent ».

Compris ? Non seulement le SCOTUS a mis au pilori cet ancien procureur fédéral dans les affaires de l’Arizona et du Wisconsin, mais pour une raison étrange, après avoir accepté les affaires de la Géorgie et du Michigan, les juges ont donné à ces deux États jusqu’au milieu du mois prochain – soit environ six jours avant le jour de l’inauguration – pour « répondre » à sa plainte.

Oh, et le bureau du greffier semble avoir simplement volé ses frais de dossier, aussi, juste pour faire bonne mesure.

Voilà pourquoi c’est de la foutaise :

  • Le nouveau Congrès se réunit le 3 janvier.
  • Le deuxième tour des élections en Géorgie pour deux sièges essentiels du Sénat américain – et le contrôle de la chambre haute – est le 5 janvier. Si l’État profond vole ces deux élections, l’écervelé Biden et ses démocrates marxistes de gauche contrôleront l’ensemble du gouvernement.
  • Les deux chambres se réunissent le 6 janvier pour « compter » les électeurs ; même s’ils sont contestés et que les deux chambres se séparent pour tenir des votes sur leur acceptation ou non, les démocrates remporteront ces contestations (parce qu’au Sénat, les républicains ne contrôleront peut-être pas la chambre d’ici là – et s’ils le font, ils ont prouvé qu’ils ne sont pas les combattants de rue que sont les démocrates).

En fixant une date au 14 janvier pour que la Géorgie et le Michigan puissent répondre, la Haute Cour a repoussé cette affaire au-delà des dates importantes, rendant ainsi toute décision sans objet. Mais bon, au moins ces lâches juges politisés peuvent dire « nous avons pris l’affaire » !

Powell a la mainmise sur cette élection volée, et il est clair depuis un certain temps que les personnes qui sont vraiment au pouvoir le savent – et elles ne veulent pas que cela soit révélé. Les tribunaux se contentent donc de rejeter ses poursuites et celles de la campagne Trump, refusant même d’examiner les preuves car cela signifierait qu’ils devraient admettre que les manipulateurs de Joe Biden ont volé l’élection de Donald Trump.

Alors, que faire ? Les patriotes américains devront décider si nous voulons toujours vivre dans un pays qui nous a manifestement été enlevé par des gens qui ne nous ont pas non plus donné de moyens de recours légaux.


Les sources comprennent :

Trump.news

NaturalNews.com