Éthiopie : Les cheffes de la diplomatie française et allemande achèvent leur visite en Éthiopie pour « appelé les pays africains à condamner l’agression russe en Ukraine » .


Les cheffes de la diplomatie française et allemande achèvent leur visite en Éthiopie pour « appelé les pays africains à condamner l’agression russe en Ukraine » .

Ces gouvernements vous diront qu’ils n’influencent pas les pays africains, non, aucunement, aucune ingérence dans leur pays ni dans la réflexion !! Comme si les Africains avaient besoin qu’on leur dit quoi penser ou quoi dire. Un voyage pour « appeler les pays africains à condamner ? « , alors que ceux-ci sont en passe d’être sauvés par les Russes des griffes de ces mêmes colonisateurs de l’UE, ces derniers leur demandent de prendre parti ? Il y a vraiment un problème dans la diplomatie européenne.

Publié le 15.1.2023


Lors d’un déplacement en Éthiopie où était présent le Président de la commission de l’Union Africaine, les ministres allemande et française des Affaires Étrangères ont appelé les pays africains à condamner l’agression russe en Ukraine.

Tout au long de la visite, les deux ministres ont veillé à parler d’une seule voix ; porter les mêmes messages en s’appelant mutuellement « mon amie ». Objectif : afficher la force du couple franco-allemand, mais également faire front commun pour défendre la place de leurs pays et plus généralement de l’Europe dans une région où grandit l’influence de la Chine et celle de la Russie

La ministre des Affaires étrangères Annalena Barbock (G) et son homologue française Catherine Colonna (D) entourent le président de la Commission de l’UA Moussa Faki Mahamat lors de leur visite à Addis-Abeba, le 13 janvier 2023. AFP – AMANUEL SILESHI

La France et l’Allemagne l’ont fait savoir sans ambiguïté. Elles attendent de leurs partenaires africains un soutien plus explicite face la Russie à propos de la guerre en Ukraine. 

« Il y a un agresseur et un agressé, et il est important que tous disent à l’agresseur qu’il doit cesser son agression », a déclaré la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna, à l’issue de sa rencontre avec Moussa Faki Mahamat. « Nous avons des intérêts communs et attentes à l’égard de nos amis africains » a-t-elle précisé. Même message de la part de son homologue allemande : « nous avons besoin de l’Afrique pour défendre la paix », en Europe, a déclaré Annalena Baerbock

En visite dans un entrepôt du programme alimentaire mondiale, la ministre française des Affaires étrangères a fustigé l’attitude du président russe qui selon elle utilise « les céréales comme une arme de guerre ».

Les deux ministres ont insisté sur leur volonté d’un partenariat renforcé entre les deux continents et ont explicitement appuyé une revendication de longue date de l’UA, à savoir une meilleure représentation au sein des Nations unies. « Le monde en 2023 n’est pas le même qu’après la Seconde Guerre mondiale, et c’est pourquoi nous soutenons l’attribution de deux sièges permanents au continent africain », a précisé la ministre allemande des Affaires étrangères. 

Moussa Faki Mahamat s’est félicité pour ce soutien. À ses yeux, l’absence de l’Afrique au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies est une « injustice qui doit être réparée ». 

Soucieuses d’occuper le terrain, les deux diplomates ont également marqué leur soutien au processus de paix éthiopien, en qualifiant de « positif » le bilan de ‘accord de Prétoria, 2 mois seulement après sa signature et alors que sa mise en œuvre n’en est qu’à ses tout débuts. La France, s’est aussi engagée dès à présent à hauteur de 28 millions d’euros pour participer au financement de la « reconstruction » des régions touchées par le conflit.


TV5 Monde rapporte : Paris et Berlin appellent l’Afrique à condamner l’agression russe en Ukraine.

Les cheffes de la diplomatie française et allemande ont appelé vendredi les pays africains à condamner l’agression russe en Ukraine, tout en insistant sur la volonté de l’UE d’intensifier ses relations avec l’Union Africaine.

« Il est important (à propos de la guerre en Ukraine, ndlr) de se souvenir qu’il y a un agresseur et un agressé et il est important que tous disent à l’agresseur qu’il doit cesser son agression », a déclaré la ministre française Catherine Colonna à Addis Abeba.

« Nous avons des intérêts communs et nous avons des attentes à l’égard de nos amis africains et nous vous en avons fait part », a-t-elle ajouté, à l’issue d’un point presse au siège de l’Union africaine.

Même message délivré par son homologue allemande Annalena Baerbock: « La paix en Europe est attaquée (…) nous avons besoin de vous, nous avons besoin de l’Afrique pour défendre la paix ».

Plusieurs États africains s’étaient abstenus en mars, lors d’un vote de l’Assemblée générale de l’ONU sur une résolution exigeant « que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine ».

« Nous voyons l’effet de cette guerre russe brutale partout dans le monde et particulièrement dans la corne de l’Afrique », où la Russie utilise les céréales comme une arme de guerre en entravant les livraisons ukrainiennes, a continué Mme Baerbock.

Les deux ministres, arrivées jeudi en Ethiopie pour une visite de deux jours, s’exprimaient aux côtés de Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine.

« Nous voulons intensifier la relation entre l’UE et l’Union africaine », a déclaré Mme Baerbock, qui a rappelé le soutien de l’Allemagne à une réforme du Conseil de sécurité permanent de l’ONU, qui permettrait au continent africain d’y avoir deux sièges permanents.

Mme Colonna a également prôné une « meilleure intégration du continent africain à la gouvernance mondiale » avec une meilleure représentation de celui-ci au Conseil de sécurité et une place de l’Union Africaine au sein du G20.

Qualifiant « d’injustice qui doit être réparée » l’absence de l’Afrique au Conseil de sécurité des Nations unies, Moussa Faki Mahamat s’est félicité du « soutien » de la France et de l’Allemagne. Les États-Unis soutiennent également une telle réforme.

Après le sommet, il y a près d’un an, entre l’Union Africaine et l’UE, « nous voulons continuer à bâtir sur les principes qui ont été approuvés » en vue de renforcer la coopération entre les deux partenaires, a affirmé Mme Colonna.