USA : Le procureur spécial assigné à Joe Biden devrait avant tout s’intéresser aux liens de son fils avec la Chine, déclare l’ancien président de la Chambre des représentants.


Le procureur spécial assigné à Joe Biden devrait avant tout s’intéresser aux liens de son fils avec la Chine, déclare l’ancien président de la Chambre des représentants.

Publié le 14.1.2023

The Epoch time rapporte que le procureur spécial nouvellement nommé pour enquêter sur la manipulation de documents classifiés par le président Joe Biden devrait creuser les liens de l’université de Pennsylvanie avec la Chine et tout rôle potentiel de Hunter Biden, a déclaré l’ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich.

Des dossiers classifiés de l’administration Obama‑Biden ont jusqu’à présent été trouvés dans deux endroits liés au président : le Penn Biden Center à Washington où il a travaillé de 2017 à 2019 et sa maison à Wilmington, dans le Delaware.

L’affaire des « documents Biden », explique Newt Gingrich dans une interview pour Epoch Times, ramènera « inévitablement » à Hunter Biden et à la question de « l’argent des communistes chinois ».

L’université de Pennsylvanie a reçu des dizaines de millions de fonds chinois au cours des dernières années, dont un don évalué à 14,5 millions de dollars en mai 2018, trois mois après l’ouverture officielle du Penn Biden Center.

Bien que le think tank ait nié avoir jamais sollicité ou reçu des cadeaux de la Chine, l’université « n’a jamais voulu dire la vérité sur le nombre de millions de dollars qu’elle a reçus des communistes chinois », poursuit Newt Gingrich.

En tant que professeur honoraire, Biden a reçu environ 910.000 dollars de l’université de Pennsylvanie et a visité le parc universitaire au moins neuf fois, selon les médias locaux.

« L’argent est toujours fongible. Ils peuvent avoir remplacé une partie de l’argent, qui est allé à Biden, par de l’argent chinois. Ils n’ouvrent pas leurs comptes. Ils n’ont permis à personne de les vérifier. »

L’ancien président de la Chambre des représentants note que la présidente de l’université de Pennsylvanie, Amy Gutmann, est maintenant ambassadrice en Allemagne.

Selon des médias citant des sources anonymes, les quelques dizaines de dossiers classifiés découverts au Penn Biden Center contiennent des notes de renseignement relatives à l’Ukraine, l’Iran et le Royaume‑Uni, que Newt Gingrich trouve suspectes.

Pendant la période où Biden était vice‑président, son deuxième fils Hunter aurait empoché des millions grâce à des transactions à l’étranger dans des pays comme l’Ukraine et la Chine. En 2021, alors qu’il faisait la promotion d’un nouveau livre, Hunter a déclaré que son nom « valait de l’or » pour une certaine entreprise gazière ukrainienne.

Hunter Biden et sa femme Melissa Cohen, le 16 décembre 2022. (Drew Angerer/Getty Images)

« La véritable vulnérabilité de Joe Biden, c’est tout ce que son fils représente, combien d’argent son fils a pris. » Newt Gingrich rappelle que Hunter Biden était « essentiellement le collecteur de fonds de son père ».

Un porte‑parole du Penn Biden Center a répété qu’il n’a jamais reçu d’argent de la Chine, ajoutant que 100% de son budget provient de fonds universitaires.

« Penn est entièrement conforme à la loi fédérale concernant la déclaration des cadeaux et des contrats étrangers, car les cadeaux étrangers sont tous correctement déclarés au département de l’Éducation », a déclaré le porte‑parole par courriel à Epoch Times.

Trop gros pour être caché ?

Le premier lot de documents Biden a été trouvé au Penn Biden Center le 2 novembre, quelques jours avant les élections de mi‑mandat, et un autre lot a fait surface dans le garage de la résidence de Biden dans le Delaware le 20 décembre. Une page supplémentaire est apparue dans une pièce adjacente au garage le 11 janvier, selon la Maison Blanche et le procureur général Merrick Garland. Mais le public n’a été informé qu’au 9 janvier de tous ces documents, date à laquelle l’information a filtré dans les médias.

« Cela ne me surprend pas, tout simplement parce que le jeu a été truqué depuis le début. »

« Ils n’allaient pas l’annoncer avant l’élection, car cela aurait sapé les démocrates et nui considérablement à leur capacité à survivre à l’élection. Je pense que c’est plutôt évident. »

Pour Newt Gingrich tout cela n’est que la suite logique de la suppression de l’histoire de l’ordinateur portable de Hunter Biden dans les semaines précédant l’élection présidentielle. À l’époque, 51 anciens hauts responsables du renseignement avaient signé une lettre publique qualifiant l’histoire de désinformation russe, bien que des Twitter Files récents montrent que les agents du FBI ont menés des « efforts organisés » pour étouffer l’affaire.

« Ils ont supprimé les informations négatives sur Biden en 2020, et ils sont revenus et ont fait la même chose en 2022. »

La descente de police à Mar‑a‑Lago, chez Donald Trump en Floride au sujet de la gestion de documents classifiés contraste avec le traitement de l’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton, qui a été blanchie des accusations criminelles concernant l’utilisation de serveurs de messagerie privés pour les communications officielles. À au moins deux occasions, des membres du personnel de Clinton se sont débarrassés de ses anciens appareils mobiles en les cassant en deux ou en les détruisant avec un marteau.

« Et en fait, ce n’est pas un problème. Il y a ici un modèle où si vous êtes un démocrate libéral, les options pour vous en tirer sont incroyables. Mais à terme cela peut devenir trop important pour toujours tout dissimuler. »

La question de l’équité

Joe Biden s’est avoué très surpris par la découverte de ces documents. Mais ces affirmations n’ont pas convaincu le républicain.

« Je pense qu’il ment tout le temps. »

Le Comité national républicain a compilé 21 occasions où les déclarations de Biden se sont avérées inexactes, explique‑t‑il.

« Je ne suis même pas sûr qu’il ait vraiment conscience qu’il ment. » Biden « dit simplement ce qu’il veut dire » sans « aucune base factuelle ».

Joe Biden interrogé par les journalistes le 11 janvier 2023. (Kevin Dietsch/Getty Images)

À l’époque de la descente à Mar‑a‑Lago en août dernier, les journalistes ont demandé à Joe Biden s’il était approprié pour un président d’emporter des documents classifiés et top secrets chez lui, ce à quoi il a répondu que « cela dépend du document, et cela dépend de la sécurité de la pièce ».

Lors d’un point de presse jeudi, Biden a défendu le stockage des documents classifiés près de sa Corvette, en disant que « la Corvette est dans un garage fermé à clé, donc ce n’est pas comme si elle était dans la rue ».

Newt Gingrich trouve que cette déclaration est « stupide »« Rien de ce qu’a fait Trump n’a jamais été abandonné dans la rue. »

Jack Smith, un ancien fonctionnaire du département de la Justice, est actuellement chargé de deux enquêtes criminelles sur Trump. Outre les documents classifiés, Jack Smith s’intéresse à l’ingérence russe présumée dans les résultats de l’élection 2020. Mais si le gouvernement a un dossier contre Trump, « ils ont un plus gros dossier contre Biden », estime Gingrich.

« Nous devrions déterminer quelles sont les règles. Toutes les règles qu’ils appliquent à Trump, ils doivent les appliquer à Hillary Clinton. Et s’ils ne veulent rien faire pour Joe Biden et Hilary Clinton, ils doivent laisser Trump tranquille – on ne peut pas avoir l’un sans l’autre. »

« Ce n’est pas l’État de droit. Et ce n’est pas la justice. »