USA : Beatlemania ? Non, c’est J. Bolsonaro qui marche dans les rues, en Floride.


Beatlemania ? Non, c’est J. Bolsonaro qui marche dans les rues, en Floride.

Publié le 8.1.2023


« Mythe ! Mythe ! » chante la foule. Le type n’est même pas dans son pays et produit ce genre d’effet. Essayez maintenant de mettre Trudeau, Macron ou Biden dans la rue, qu’on rigole.

Traduction du Tweet :

Dimanche 08-01-2023

Bonjour mes chers followers et autres chers amis brésiliens et étrangers ! Que Dieu soit avec vous tous ! Je vous souhaite un bon dimanche avec vos familles ! Cette vidéo est celle du Pr Bolsonaro en Floride. Vous pouvez déjà être le Pr là-bas ! 😅 Bjs

Il a pris sa « retraite » et a déménagé en Floride. Il y a moins d’une semaine, Bolsonaro était le président du Brésil, désormais, il se promène en public à Orlando.

Bonjour les Patriotes ! 🇧🇷🇷 Floride USA 🇺🇸🇸

« En quatre ans, vous avez appris à mieux me connaître. Nous avons réveillé le patriotisme au Brésil. Les gens sont revenus pour admirer leur drapeau, ils sont revenus pour croire que le Brésil a une voie. Ce n’est pas facile d’affronter tout un système. » – Jair Bolsonaro

Aucun autre dirigeant mondial n’est accueilli comme Jair Bolsonaro partout où il va.

KENTUCKY FRIED COPE : Une photo montre l’ex-président brésilien Jair Bolsanaro en train de déguster du KFC de Murcie le jour de l’investiture du nouveau président Lula Da Silva, alors que des rapports font état de sa fuite en Floride.

Traduction du Tweet :

Les partisans de Bolsonaro prévoient de prendre d’assaut le QG de l’armée – Politique – CartaCapital

Les partisans de l’ancien président Jair Bolsonaro (PL), qui se sont à nouveau rassemblés devant le quartier général de l’armée dans la capitale fédérale, prévoient d’envahir l’Esplanade de…

La file d’attente pour passer devant la maison de Bolsonaro en Floride dépasse déjà plusieurs pâtés de maisons.


Bolsonaro était avec son peuple alors que Lula a peur de son peuple.

Le Brésil refuse l’escroc tricheur et voleur d’élection. Vous croyez que c’est fini au Brésil ? Très clairement non. Comme dans tous les pays du monde, c’est dorénavant le peuple contre les élites. On verra qui rigolera à la fin. Écouter les sifflets, cela ne vous rappelle pas un certain EM qui défilait sur les champs Élysée à une certaine époque et croyez-nous, sa cote de popularité à, lui aussi, ne s’est pas amélioré, bien au contraire…

Itamaraty sous le gouvernement de Lula revient sur la décision de Bolsonaro et réintègre le Brésil dans la CELAC, accusé d’avoir couvert des crimes contre l’humanité.

Jeudi 5, le ministère brésilien des Affaires étrangères a officiellement annoncé le retour du Brésil au sein de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (Celac). Ce retour a lieu deux ans après que le pays a quitté le forum pendant le gouvernement de l’ancien président Jair Bolsonaro (PL).

Bolsonaro avait annoncé son départ du forum parce qu’il considérait « qu’il donne de l’importance aux régimes non démocratiques ».

« Le Brésil a décidé de suspendre sa participation à la Celac. La Celac n’avait pas eu de résultats en matière de défense de la démocratie ni dans aucun domaine. Au contraire, il donnait de l’importance à des régimes non démocratiques comme ceux du Venezuela, de Cuba, du Nicaragua », avait déclaré le chancelier Ernesto Araújo en 2020.

Maintenant, il revient avec toute sa force possible avec les avancées des politiques de gauche dans les pays, avec le soutien central du Groupe de Puebla.

Le nouveau gouvernement brésilien a aussi pris la décision de réintégrer le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, dont le pays s’était retiré sous la présidence de Jair Bolsonaro.

« Le gouvernement brésilien a informé aujourd’hui le secrétaire général des Nations unies, le secrétaire général de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), les présidents de l’Assemblée générale des Nations unies et du Conseil de l’OIM, ainsi que le chef du secrétariat du Réseau des migrations des Nations unies de sa décision de ramener le pays dans le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières », a annoncé le ministère des Affaires étrangères dans une note.

Le retour du pays dans le traité confirme « l’engagement du gouvernement brésilien à protéger et à promouvoir les droits de plus de 4 millions de Brésiliens vivant à l’étranger ».