Israël : « Un nouveau mal de tête pour Israël », c’est un hacker iranien qui a piraté les images secrètes de la double opération d’al-Qods.


« Un nouveau mal de tête pour Israël » : c’est un hacker iranien qui a piraté les images secrètes de la double opération d’al-Qods.

Publié le 26.11.2022


Tandis que les services de sécurité ennemis s’affairaient pour démanteler les fils de la double opération de résistance dans la ville sainte d’al-Qods (Jérusalem) occupée, surpris qu’ils sont par l’évolution de l’action de résistance, un coup dur d’un autre genre fut porté en pénétrant les caméras de sécurité qui l’ont filmée.

Ces caméras reviennent à un important appareil de sécurité sioniste, dont l’identité n’a pas été divulguée par l’establishment israélien, en raison de la sensibilité de l’affaire.

« La cellule qui a déposé les engins piégés à Jérusalem n’a pas encore été arrêtée. Mais un nouveau mal de tête s’est présenté pour l’institution sécuritaire israélienne. Les images de l’explosion diffusées sur les réseaux ont été piratées par des hackers iraniens à partir des caméras de surveillance affiliées à un appareil sécuritaire important », a énoncé la présentatrice des informations de la chaine de télévision israélienne Channel 13.

« Il faut examiner cette affaire de près. C’est un scandale et un grand point d’interrogation. Parce que ceci est lié à un appareil de sécurité qui dispose de nombreuses caméras qui filment les ronds-points pendant des heures, et personne ne savait que cette attaque était filmée et s’il y avait des images et où étaient-elles. Soudainement, un groupe de hackers, à travers ce film pour nous a dévoilé à nous tous qu’il y a des images. La question qui s’impose est, est-ce ces hackers qui ont soutiré ces images, des caméras, n’y ont rien laissé dedans. Ont-ils pris tout ce qui se trouvait entre les mains de la police », s’est demandé l’analyste de la chaine Roy Sharon.

Le hacker iranien, surnommé « Stand of Moses », a diffusé les images de l’opération et transmis toutes les informations que Tel-Aviv souhaitait conserver afin de rechercher des preuves menant aux auteurs de la double opération.

Concernant la double opération, les cercles israéliens ont conseillé la prudence aux militants en colère de l’extrême droite israélienne qui ont conseillé d’envahir la Cisjordanie, au motif que des changements stratégiques majeurs y sont survenus, et chaque opération militaire d’envergure ne fait que se répéter, ce qui en découlera des répercussions dangereuses sur Tel-Aviv.

Un haut responsable de sécurité a justifié l’incapacité des services de renseignement israéliens à identifier les auteurs de la double opération jusqu’à présent en disant : « Peut-être qu’une nouvelle situation s’est produite dans laquelle nous ne pouvons pas diagnostiquer les choses au bon moment, d’autant que la technologie est devenue disponible pour tout le monde ».