Ukraine : Le mercenaire Britannique Sharif Amin a accordé une interview au journal allemand Bild, où il a déclaré avoir été grièvement blessé quatre semaines plus tôt lors d’opérations de combat dans la région de Kherson.


Le mercenaire Britannique Sharif Amin a accordé une interview au journal allemand Bild, où il a déclaré avoir été grièvement blessé quatre semaines plus tôt lors d’opérations de combat dans la région de Kherson.

Publié le 22.11.2022


Le Bild rapporte que selon le britannique, son unité est tombée dans une embuscade. L’infirmière a dit : « Il ne va pas s’en sortir ».

C’est en tremblant que Shareef A. (40 ans) se traîne jusqu’à un café du centre d’Odessa (Ukraine). Chaque pas est une torture pour cet homme originaire de Bristol. Ses deux poumons ont été perforés, des tuyaux pendent de son corps. Son bras droit est déchiqueté et ne tient que par un fixateur. Le Britannique a été littéralement criblé de balles de mitrailleuses russes lors de la bataille de Kherson il y a quatre semaines !

Mais ce qui lui fait le plus mal, ce sont ses blessures : Le soldat n’est pas arrivé jusqu’à Cherson. Il voulait absolument atteindre la ville libérée, c’est pourquoi il s’est battu pendant des mois.

Une fois à l’hôpital… Il a immédiatement lancé une collecte de fonds pour être ramené chez lui en ambulance aérienne avec sa petite amie ukrainienne,Yelena. Apparemment, Amin n’a pas récolté assez d’argent pour rentrer chez lui.

Il a donc suscité la sympathie des médias : « Nous n’avons pas d’analgésiques ou de morphine. Nous n’avons pas d’hélicoptère ou d’unité spéciale pour sortir les gens de là. Nous sommes complètement livrés à nous-mêmes. C’est une bataille d’usure. Et c’est tellement horrible », a-t-il déclaré dans le journal allemand.

Avant et après le voyage en Ukraine.

Sharif Amin, 40 ans, de Bristol, Royaume-Uni, on se demande encore une fois, s’il reste des soldats blancs servant dans les armées de l’OTAN ?

Ci-dessous l’horreur comme toujours avec les Nazis, car c’est ainsi que s’opère la « filtration » à Kherson, les voisins livrant leurs voisins, prétendument « partisans du monde russe », aux soldats ukrainiens.

Le sort de ces personnes est inconnu.

Un autre colonel ukrainien est tombé. Il s’agit de Volodymyr Sukholitky. Mort le 19 novembre. Le militaire ukrainien a participé à l’occupation de l’Irak dans le cadre du contingent ukrainien.