Mali : Le Mali interdit les activités des ONG financées par la France en réaction à une décision de Paris.


Le Mali interdit les activités des ONG financées par la France en réaction à une décision de Paris.

Publié le 22.11.2022


Actu Cameroun rapporte que dans un communiqué publié ce lundi, le gouvernement malien a annoncé l’interdiction des activités des ONG financées par la France. Cette décision qui prend immédiatement effet concerne non seulement les ONG françaises, mais aussi toutes celles « opérant au Mali sur financement de la France », ou même simplement « avec l’appui matériel ou technique de la France ».

Pour l’heure, la liste des ONG concernées n’est pas établie. Mais de nombreuses ONG maliennes peuvent être aussi concernées.

Cette décision des autorités maliennes fait suite à la décision de la France de couper l’aide au développement destinée au Mali. Paris avait évoqué notamment des liens avec le groupe de sécurité privé, Wagner. Pour Bamako, cette décision est un non-événement.

La dégradation des relations se poursuit entre Bamako et Paris. En réaction à la suspension par la France de l’aide au développement à destination du Mali, le gouvernement de transition de ce pays a annoncé le 21 novembre l’interdiction des activités de toutes les organisations non gouvernementales financées ou soutenues par la France. Les organisations opérant dans le domaine humanitaire sont également concernées.

Dans son communiqué, le gouvernement malien explique avoir pris note de la mesure prise par Paris «aux motifs fallacieux de la coopération militaire Mali-Russie», ainsi que de l’«octroi direct aux ONG françaises des fonds mis à disposition dans le cadre de l’action humanitaire de la France au Mali». Attribuant ces «allégations fantaisistes» à la «junte française» (en référence au terme employé pour qualifier les autorités de transition maliennes), Bamako dénonce une tentative de la France «de déstabilisation et d’isolement du Mali».

Le texte, signé de la main du Premier ministre par intérim et porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maïga, explique que la décision française de suspendre son aide contribue en fait à restaurer la «dignité bafouée» des Maliens. Paris se voit ainsi reprocher une «aide déshumanisante […] et utilisée comme moyen de chantage des gouvernants» ainsi qu’un «soutien actif aux groupes terroristes» – argument que le gouvernement français a toujours démenti.

Le 17 novembre, le quai d’Orsay avait annoncé suspendre l’aide française au développement à destination du Mali. Selon Bamako, cette décision aurait en réalité été notifiée par voie diplomatique dès le mois de février.  «Face à l’attitude de la junte malienne, alliée aux mercenaires russes de Wagner, nous avons suspendu notre aide publique au développement avec le Mali», expliquait ainsi une source citée par l’AFP. 

Les autorités maliennes ont toujours démenti avoir fait appel à la société privée russe et parlent d’instructeurs de l’armée russe déployés au nom d’une collaboration entre les deux pays. Ce 22 novembre, la France a indiqué «regretter» la décision qui, selon elle,  «intervient malheureusement au détriment de la population malienne» ». Un collectif d’ONG dénonce la décision française Dans son annonce, le ministère français des Affaires étrangères ajoutait maintenir son «aide humanitaire» et quelques soutiens à «des organisations de la société civile maliennes», sans citer de noms particuliers. Mais la décision de Paris n’a pas été favorablement accueillie par les principaux intéressés.

Ainsi, dans un courrier adressé le 15 novembre à Emmanuel Macron, consulté par l’AFP, un collectif d’ONG (dont CCFD Terre-solidaire, Handicap international, Médecins du monde et Oxfam) faisaient part de leur inquiétude. «En tant que récipiendaires d’une importante partie de ces financements, notamment depuis la suspension de l’aide bilatérale directe entre les institutions publiques françaises et maliennes, les organisations de solidarité internationale que nous représentons sont très inquiètes des conséquences d’une telle décision pour la population, les organisations de la société civile malienne, ainsi que leur propre organisation», écrivaient ces ONG.

Selon elles, 7,5 millions de Maliens ont besoin d’assistance, «soit plus de 35% de la population». Elles soulignaient en outre que le Mali est en 184e position sur l’indice de développement humain. «La suppression de ces financements entraînera l’arrêt d’activités essentielles, voire vitales […] au profit de populations en situation de grande fragilité ou de pauvreté», avertissaient-elles.  Les organisations appelaient le chef de l’Etat à revenir sur cette décision, arguant que l’aide publique au développement de la France via ces ONG devait être «garantie en dehors de tout agenda politique ou sécuritaire, et uniquement selon les besoins des populations». Un appel qui n’a pour l’heure pas été entendu…

Un Chinois qui menace des Maliens avec une arme, pour cause, ils disent que les Chinois sont en train de dégrader leur environnement.