Ukraine : « Napoléon a mordu à l’hameçon », quels sont les objectifs tactiques du retrait russe de Kherson?


« Napoléon a mordu à l’hameçon », quels sont les objectifs tactiques du retrait russe de Kherson?

Alors que dans la région de Kherson, la Défense russe annonce la fin de son retrait de la rive droite du Dniepr.

Publié le 12.11.2022


Le retrait des militaires russes de la ville de Kherson témoigne de la volonté de Moscou « de protéger les populations » et ses militaires, avance auprès de Sputnik l’expert algérien Abdelkader Soufi. Pour lui, cette manœuvre tactique rappelle celle effectuée en 1812 par l’armée russe lors de la guerre avec Napoléon.

À lire aussi : Retrait russe de Kherson: reculer pour mieux sauter ?

Des hommes en tenue de Napoléon - Sputnik Afrique, 1920, 11.11.2022

La Défense russe a achevé ce 11 novembre son retrait de la ville de Kherson, les militaires ont quitté la rive droite du Dniepr pour se déployer sur sa rive gauche. Cette manœuvre témoigne du souci de « protection de l’être humain » et rappelle le retrait tactique qui avait permis à Mikhaïl Koutouzov, chef militaire russe, de battre Napoléon Bonaparte en 1812, affirme auprès de Sputnik Abdelkader Soufi, enseignant-chercheur en géopolitique et politiques de Défense à l’Université de Blida II en Algérie.

« Cette armée de Napoléon qui avançait et qui trouvait des villages vides était étonnée de cette possibilité d’invasion et de triomphe, de pénétrer dans les terres russes », souligne l’expert algérien.

« La stratégie a été bonne et Napoléon a mordu à l’hameçon. Heureusement qu’à cette époque-là, il n’y avait pas de médias. On aurait dit que les Russes ont perdu la guerre », ajoute-t-il.

Le 14 septembre 1812, l’Empereur est entré dans la capitale russe, mais a dû la quitter en novembre à l’arrivée de l’hiver, faute d’approvisionnements suffisants. L’occupation de Moscou a anéanti la quasi-totalité de l’armée impériale, ce qui a finalement amené à la défaite de Napoléon.

Objectifs du retrait

C’est la « volonté russe de pouvoir protéger les populations » des régions russophones de l’Ukraine qui a déclenché l’opération spéciale russe en février, rappelle l’expert.

« Le plus important dans cette opération est la protection de l’être humain. Je présume que le retrait a un double objectif. Le premier, et l’essentiel, c’est pour lequel l’opération s’est déroulée, c’est-à-dire la protection des populations. Le deuxième objectif est typiquement militaire, c’est la protection des soldats, et il est aussi tactique », avance-t-il.

D’après le ministère russe, le retrait de Kherson, annoncé par le général Sergueï Sourovikine, s’est déroulé sans pertes parmi les militaires.

« On voit bien que l’armée russe est bien préparée à ce genre de situation. Il ne faut pas être devin pour dire que toutes les batailles qui ont été gagnées sur le terrain ont été murement réfléchies et bien pensées », note Abdelkader Soufi.