BRICS : Dmitri Peskov, « Le Kremlin a admis que Poutine et Erdogan ont discutés de l’adhésion de la Turquie aux BRICS » et que la Russie n’est «pas opposée» aussi à accueillir l’Algérie au sein des BRICS, et l’Argentine.


Dmitri Peskov, « Le Kremlin a admis que Poutine et Erdogan discuteront de l’adhésion de la Turquie aux BRICS » et que la Russie n’est «pas opposée» aussi à accueillir l’Algérie au sein des BRICS et l’Argentine.

Publié le 10.9.2022


Le journal RIA.ru nous rapporte que ainsi que le journal RT : «La Russie n’est pas opposée au désir de l’Algérie de rejoindre les BRICS. Les présidents [de l’Algérie et de la Fédération de Russie] Tebboune et Poutine ont déjà discuté de cette question», a déclaré le 8 septembre l’ambassadeur de Russie en Algérie, Valerian Chauvive, cité par Ria Novosti, et que de plus toujours suivant (Ria Novosti) que : « Le Kremlin a admis que Poutine et Erdogan discuteront de l’adhésion de la Turquie aux BRICS »

Drapeau de l'Algérie.

« Les principaux acteurs identifiés », qui formeront le nouvel ordre mondial mais « Multipolaire » et non unipolaire comme le souhaite le Gourou de Davos.

L’appellation du groupe des BRICS correspond à l’acronyme anglais des cinq pays qui le forment actuellement : le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud.

Le haut diplomate russe a également exprimé la volonté de Moscou et d’Alger de renforcer leur partenariat dans plusieurs domaines.

En mai dernier, lors de sa visite à Alger, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait souligné la volonté des deux États de renforcer «la coopération commerciale, économique, militaire, artistique, culturelle et humanitaire».

Alger entend «s’éloigner de l’attraction des deux pôles»

Fin juillet, le président algérien avait évoqué la possibilité d’une telle adhésion aux BRICS qui permettrait à son pays de «s’éloigner de l’attraction des deux pôles».

Il avait alors souligné qu’il ne fallait pas «devancer les événements» mais qu’il y aurait «de bonnes nouvelles».

«Il faut des conditions économiques» pour intégrer les Brics et l’Algérie remplit une bonne partie de ces critères», avait-il fait valoir.

Les BRICS plaident en faveur d’une refondation des organisations internationales comme le Conseil de sécurité de l’ONU et les organisations financières de Bretton Woods (FMI, Banque mondiale). Cela afin de permettre l’émergence de nouvelles puissances dans un monde multipolaire.

En 2019, le groupe des BRICS représentait plus de 40% de la population mondiale et ses cinq pays avaient un produit intérieur brut cumulé de 18 600 milliards dollars, soit environ 23% du produit mondial brut.

Selon les estimations du Fonds monétaire international, les États membres sont responsables de plus de la moitié de la croissance économique mondiale de la dernière décennie.

Retour au Menu


Forum économique de l’Est ! le 05-08 septembre‼️ Une apparition trop peu remarquée de Poutine. Il a installé un nouvel ordre mondial pacifique avec les pays BRICS.

Poutine : « La confiance dans le dollar a disparu ! »

Poutine : « Un très grand nombre d’Ukrainiens (déteste) le régime nazi de Kiev.

Selon le président russe, l’avenir des relations entre Kiev et Moscou doit se construire avec ceux qui ont résisté (au régime nazi) de l’Ukraine. La Russie a lancé cette opération militaire pour y mettre fin en même temps. Il est de notre devoir de protéger les habitants du Donbass et les Ukrainiens ».

Par ailleurs, le chef de l’armée Min Aung Hlaing du Myanmar a également répondu à l’invitation. Il avait également fait arrêter l’ancienne chef du gouvernement Aung San Suu Kyi, qui a entre-temps été condamnée à 23 ans de prison.


Turquie : RIA novosti nous avait déja rapporté de MOSCOU le 5 août, que le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, n’a pas exclu que les chefs d’État russe et turc, Vladimir Poutine et Tayyip Erdogan, discutent de l’adhésion de la Turquie aux BRICS, tout en précisant qu’il n’existe aucun projet particulier à cet égard.

Les journalistes lui ont demandé si les présidents russe et turc allaient discuter de la convention de Montreux sur le régime de la mer Noire et des détroits, ainsi que de l’adhésion de la Turquie aux BRICS. M. Peskov a noté que la convention est un élément très important de l’ensemble des cadres juridiques contractuels pour tous les pays de la mer Noire, y compris pour les relations de la Russie avec la Turquie. « Il n’y a rien à discuter ici, la convention est en vigueur, et elle est très et très importante. Quant aux BRICS, on ne peut pas l’exclure, mais il n’y a pas de projets spéciaux pour eux aujourd’hui », a déclaré M. Peskov.

Il a également précisé que la visite d’Erdogan en Russie était une visite de travail et n’impliquait pas de décorer les rues de la ville avec des drapeaux nationaux. « Si vous comptez le faire, nous ne pouvons que nous en réjouir, ainsi que nos collègues turcs, mais selon notre pratique protocolaire, les drapeaux sont déployés lors d’une visite d’État, et aujourd’hui sera une visite de travail de M. Erdogan, qui ne prévoit pas de décorer les rues de la ville avec des drapeaux nationaux », a déclaré M. Peskov. Lire la suite en Russe ici

Retour au Menu