USA : Scoop, la Maison Blanche de Biden a collaboré avec les grandes entreprises pour censurer les informations de COVID, les courriels le prouvent.


Scoop, la Maison Blanche de Biden a collaboré avec les grandes entreprises pour censurer les informations de COVID, les courriels le prouvent.

Donc J. Biden & White House était de connivence avec Big Tech pour censurer les informations COVID, car les e-mails le prouvent, alors sa colère correspond certainement à sa prestation satanique d’hier soir, à lire dans cet article : USA : Quelque chose a changé, JOE BIDEN se fait passer pour le diable dans un discours excessif, plein de haine et de division… Il déclare la guerre aux « républicains MAGA » [VIDÉO].

Publié le 2.9.2022


The National Pulse rapporte : Des responsables de la Maison Blanche, de Biden et d’autres agences fédérales ont à plusieurs reprises collaboré avec des sociétés de médias sociaux, notamment Twitter et Facebook, pour censurer des articles sur la COVID-19.

La relation entre le gouvernement fédéral et les principales plateformes de médias sociaux a été mise au jour dans le cadre d’un procès intenté par le procureur général du Missouri, Eric Schmitt, et le procureur général de Louisiane, Jeff Landry, en mai.

Bien que l’on s’attende à ce que d’autres documents et courriels soient révélés à la suite de cette action en justice, les communications actuellement disponibles obtenues par les bureaux des procureurs généraux montrent déjà une relation profonde entre 45 fonctionnaires du département de la sécurité intérieure, du centre de contrôle des maladies, de l’institut national des allergies et des maladies infectieuses, du bureau du chirurgien général et de l’agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures.

Les fonctionnaires des agences susmentionnées ont communiqué avec les plateformes de médias sociaux sur des questions telles que la « désinformation » COVID-19 et, en réponse, la censure.

« La découverte fournie jusqu’à présent démontre que cette entreprise de censure est extrêmement large, incluant des responsables de la Maison Blanche, du HHS, du DHS, de la CISA, du CDC, du NIAID et du Bureau du chirurgien général ; et évidemment d’autres agences également, comme le Bureau du recensement, la FDA, le FBI, le Département d’État, le Département du Trésor et la Commission d’assistance électorale des États-Unis. Et cela remonte jusqu’aux plus hauts niveaux du gouvernement américain, y compris de nombreux responsables de la Maison Blanche », ont expliqué les procureurs généraux.

Parmi les exemples de courriels obtenus par le biais de l’action en justice, on peut citer un haut responsable de Facebook qui a envoyé un courriel au Surgeon General dans lequel il déclarait : « Je sais que nos équipes se sont rencontrées aujourd’hui pour mieux comprendre la portée de ce que la Maison Blanche attend de nous en matière de désinformation à l’avenir ».

À LIRE ABSOLUMENT : Le gouvernement britannique a commencé à payer 140 000 dollars pour les victimes des dommages causés par le vaccin COVID-19.

Le même haut fonctionnaire a envoyé un autre courriel au ministère de la Santé et des Services sociaux, notant : « Merci encore d’avoir pris le temps de nous rencontrer plus tôt aujourd’hui. » Ensuite, le fonctionnaire a continué à discuter des mesures que Facebook mettait en œuvre pour faire face à la  » désinformation  » liée à la COVID-19, notamment la suppression massive de pages et d’individus de la plateforme.

À lire aussi : Russie : Ce soir à la télévision russe, une émission spéciale Macron avec les documents saisis par le FBI chez Trump ! Ironie du sort, ce sont les Russes qui vont nous l’apprendre…

Les représentants de Twitter ont également prévu une réunion pour informer les hauts responsables de la Maison Blanche sur la « désinformation concernant les vaccins ».

Dans plusieurs cas, Facebook s’est appuyé sur l’avis des Centers for Diseases Control (CDC) pour prendre la décision finale de censurer des utilisateurs ou des articles.

Twitter a semblé avoir une relation similaire avec l’agence dans un courriel distinct où un employé de la plateforme de médias sociaux a discuté de la mise en place de « chats réguliers » pour aborder le « contenu problématique ».

Le CDC a également proposé une réunion mensuelle de pré-déballage avec Facebook pour aborder la « désinformation » sur le COVID-19, ainsi que des appels réguliers « Soyez à l’affût » avec les principaux médias sociaux, dont YouTube.

Un responsable de la Maison Blanche a même contacté les représentants de Facebook pour qu’ils retirent un compte parodique d’Anthony Fauci. L’e-mail a été envoyé à 13h24 le 20 juillet et a reçu une réponse – « Yep, on y va ! » – d’un employé de Facebook, horodatée à 13h24.

Les conclusions s’étendent sur une relation déjà connue entre les principales plateformes de médias sociaux américaines et le gouvernement fédéral concernant la censure de la COVID-19.

« Meta, par exemple, a révélé qu’au moins 32 fonctionnaires fédéraux – y compris des hauts fonctionnaires de la FDA, de la Commission d’assistance électorale des États-Unis et de la Maison Blanche – ont communiqué avec Meta au sujet de la modération du contenu sur ses plateformes, dont beaucoup n’ont pas été divulgués en réponse aux interrogatoires des plaignants aux défendeurs. YouTube a divulgué onze fonctionnaires fédéraux engagés dans de telles communications, y compris des fonctionnaires du Census Bureau et de la Maison Blanche, dont beaucoup n’ont pas non plus été divulgués par les défendeurs », explique l’action en justice.