USA : Quatorze dénonciateurs du FBI se sont manifestés – Rep. Jim Jordan.


Quatorze dénonciateurs du FBI se sont manifestés – Rep. Jim Jordan.

Publié le 16.8.2022


Quatorze dénonciateurs du FBI se sont présentés pour fournir des informations aux enquêtes du Congrès républicain, a déclaré le représentant Jim Jordan (R-Ohio) le 14 août, environ une semaine après que le FBI ait fait une descente au domicile de l’ancien président Donald Trump en Floride.

« Quatorze agents du FBI sont venus à notre bureau en tant que dénonciateurs, et ce sont des gens bien », a déclaré Jordan à Fox News. « Il y a beaucoup de bonnes personnes au FBI. C’est le sommet qui est le problème. »

« Certains de ces bons agents viennent nous voir, nous disent … ce qui se passe – la nature politique maintenant du ministère de la Justice … parler de la question du conseil scolaire, de toute une série de questions », a-t-il ajouté.

À lire aussi : USA : Le ministère de la Justice admet que les passeports de Trump ont été saisis après que CBS a rapporté qu’ils ne l’étaient pas – Mise à jour, le ministère de la Justice rend les passeports de Trump.

Traduction du Tweet :

« Jim Jordan : 14 agents du FBI sont venus dans nos bureaux en tant que dénonciateurs pour dénoncer la politisation du DOJ. »

Il y a deux mois, Jordan a déclaré que six dénonciateurs du FBI avaient contacté la commission. Deux d’entre eux se sont manifestés au sujet d’un mémo relatif à des allégations de violence et d’intimidation lors de réunions de commissions scolaires, et quatre en rapport avec l’intrusion au Capitole du 6 janvier 2021. Au Sénat, pendant ce temps, le sénateur Chuck Grassley (R-Iowa) a déclaré en juillet que des dénonciateurs s’étaient adressés à son bureau pour lui fournir des informations, notamment des divulgations relatives à des enquêtes sur les transactions commerciales à l’étranger de Hunter Biden.

Le représentant républicain Jim Jordan de l’Ohio s’exprime lors d’une audition devant la sous-commission spéciale de la Chambre des représentants sur la crise du coronavirus, au Rayburn House Office Building, le 23 juin 2022, au Capitole à Washington, D.C. M. Jordan a affirmé dimanche que 14 dénonciateurs du FBI s’étaient manifestés après la descente de police à Mar-a-Lago. ALEX WONG/GETTY IMAGES

« Cela devient une piste bien usée d’agents qui disent que cela doit cesser, et Dieu merci pour eux et pour le fait que les Américains le reconnaissent, et je crois qu’ils vont faire un grand changement le 8 novembre », a déclaré Jordan, faisant référence aux élections de mi-mandat.

En juin, Jordan a envoyé une lettre au directeur du FBI, Christopher Wray, l’avertissant que plusieurs anciens fonctionnaires du FBI se manifestaient, tout en alléguant que l’agence « purge » les employés qui ont des opinions conservatrices.

« Dans l’un de ces exemples, le FBI a ciblé et suspendu l’habilitation de sécurité d’un membre du service de guerre à la retraite qui avait divulgué des opinions personnelles selon lesquelles le FBI n’était pas tout à fait franc à propos des événements du 6 janvier », a écrit Jordan dans une déclaration. « Le FBI a mis en doute l’allégeance du dénonciateur aux États-Unis, bien que celui-ci ait servi honorablement dans l’armée américaine pendant plusieurs années, notamment lors de déploiements au Koweït et en Irak, et qu’il ait obtenu de nombreuses médailles militaires. »

Cette déclaration intervient alors que les républicains ont intensifié leurs appels, le 14 août, en faveur de la publication d’un affidavit du FBI justifiant la saisie de documents au domicile de M. Trump à Mar-a-Lago.

Un mandat de perquisition publié le 12 août après le raid sans précédent du 8 août a montré que M. Trump aurait eu 11 séries de documents classifiés à son domicile. Le ministère de la Justice a également affirmé avoir eu une cause probable pour effectuer la perquisition en raison de possibles violations de l’Espionage Act et de l’obstruction de la justice.

Les républicains demandent la divulgation d’informations plus détaillées qui ont convaincu un juge fédéral de délivrer le mandat de perquisition, ce qui pourrait montrer les sources d’information et les détails sur la nature des documents et autres informations classifiées.