USA : L’Amérique a feu et a sang après l’affaire « Roe Vs Wade » mais qui était Jane Roe alias Norma McCorney, voici la véritable histoire derrière « Roe v. Wade ».


L’Amérique a feu et a sang après l’affaire « Roe Vs Wade » mais qui était Jane Roe alias Norma McCorney, voici la véritable histoire derrière « Roe v. Wade ».

Sommaire :

Publié le 26.6.2022


La femme au deux visages : Roe Vs Wade a été adopté uniquement parce que Roe a menti sur le fait d’avoir été violé, admis à la télévision en direct Jane Roe alias Norma McCorvey était une toxicomane qui a menti sur le fait d’avoir été violée en tant que plaignante dans Roe vs Wade. [10 août 1995].

@abcnews ligne de nuit. 1995 8-10 Norma McCorvey sur Nightline

Émission spéciale d’actualités enregistrée à partir d’ABC Evening News du jeudi 10 août 1995 Interview de Ted Koppel (ABC) avec Norma McCorvey (alias Jane Roe) concernant sa récente décision de rejoindre Operation Rescue pour s’opposer à l’avortement, bien qu’elle ait été la plaignante dans la décision de la Cour suprême Roe contre Wade qui a légalisé l’avortement en 1973.

Segment enregistré avec Cokie Roberts (ABC), McCorvey, l’activiste pro-choix Gloria Allred, le directeur national d’Operation Rescue, le révérend Flip Benham, Susan Hill de l’Organisation nationale pour la santé des femmes, Helen Alvare de la Conférence nationale des évêques catholiques, l’activiste pro-choix Kate Michelman, et d’autres non identifiés.

La véritable histoire derrière Roe v. Wade aussi ici.

Qui était Jane Roe de Roe v. Wade ? Qui était Mary Doe de Doe v. Bolton ? À quoi pensait la Cour suprême en 1973 lorsqu’elle a rendu l’arrêt Roe c. Wade ? La véritable histoire de Roe v. Wade est une histoire que tout Américain devrait impérativement connaître et réfléchir avant d’agir.

Retour au Menu


HISTOIRE : États-Unis : décès de Norma McCorney, figure de l’avortement

Norma Mc Corvey, plus connue sous le pseudo de « Jane Roe », est la femme grâce à laquelle l’avortement est devenu un droit fondamental pour les Américaines en 1973. Elle est décédée le samedi 18 février à l’âge de 69 ans.

Alors que le droit à l’avortement est actuellement sur toutes les lèvres aux États-Unis, Norma Mc Corvey, la femme qui a rendu l’IVG légale aux USA et plus communément connue sous le pseudonyme de « Jane Roe« , est décédée d’une insuffisance cardiaque le samedi 18 février à l’âge de 69 ans au centre de soins de Katy au Texas, a révélé le journaliste Joshua Prager. Il préparait une biographie sur « Jane Roe », afin de mieux faire comprendre l’histoire compliquée de cette femme.

© Getty Norma McCorvey – Jane Roe a droite

 En 1970, alors âgée de 22 ans, Norma McCorvey tombe enceinte pour la troisième fois. Ses deux premiers enfants ont été placés en adoption à cause de ses problèmes d’addiction à l’alcool et aux drogues, mais cette fois-ci elle souhaite avorter, trop fragilisée par une vie difficile (elle a été violée par le cousin de sa mère et battue par son premier mari).

Malheureusement, au Texas, l’avortement n’est autorisé qu’en cas de risque pour la vie de la mère. Norma est obligée d’accoucher de cet enfant qu’elle placera également à l’adoption. À l’époque, seuls l’Alaska, la Californie, Hawaï, New-York, l’Oregon et Washigton considèrent l’IVG comme un droit fondamental pour toutes les femmes.

Conseillée par deux avocates féministes, Sarah Weddington et Linda Coffee, elle décide de saisir la justice et de s’opposer au procureur texan Henry Wade sous le pseudonyme de « Jane Roe« , afin que son nom ne soit pas révélé dans les médias. Trois ans plus tard, le jugement historique, plus connu sous le nom de « Roe v. Wade » est rendu : la Cour suprême américain estime que l’IVG est un droit fondamental et incontestable à la vie privée des femmes depuis le 22 janvier 1973.

« Ne votez pas pour Obama, il tue des bébés »

Pendant quelques années, elle se fait discrète avant de révéler sa véritable identité. Elle avoue également avoir menti en disant qu’elle était tombée enceinte à l’issue d’un viol, une révélation qui suscitera la colère des mouvements pro-life, qui considèrent que la loi « Roe v. Wade » serait basée sur un « mensonge« .

En 1977, alors qu’elle est interviewée par CNN, elle affirme avoir été instrumentalisée par ses deux avocates et devient militante anti-IVG. Celle qui était alors célébrée dans l’Amérique du Nord pour son combat féministe finit par changer définitivement son fusil d’épaule en 1995, en déclarant avoir commis une « erreur » et qu’elle regrette son combat pour le droit à l’avortement. Elle finit par être baptisée par le pasteur Philip Benham et rejoint le mouvement « Operation Rescue » composé d’un groupe d’activistes anti-IVG.

Elle déclarera en 1998 auprès de l’Associated Press : « Je ne crois pas en l’avortement, même dans une situation extrême. Si la femme a été fécondée par un violeur, il s’agit tout de même d’un enfant. Vous ne pouvez pas agir comme votre propre dieu« . En 2012, Norma McCorvey soutient le candidat Mitt Romney face à Barack Obama lors des présidentielles américaines. Vanity Fair révélera qu’Operation Rescue lui a versé la somme de 1 000 dollars pour faire son apparition dans un spot télévisé en Floride pour inciter les Américains à voter pour le Républicain.

La phrase : « Ne votez pas pour Obama, il tue des bébés« , avait fait le tour du pays.

Source

Retour au Menu


À la suite de cela, un livre a été écrit voici le titre : « The Abortion Matrix » ou « La matrice de l’avortement » : Vaincre le sacrifice de l’enfant et la culture de la mort, Y a-t-il un lien entre la religion païenne et l’industrie de l’avortement ?

Cette présentation puissante retrace les racines bibliques du sacrifice d’enfants, puis se penche sur les retombées sociales, politiques et culturelles que ce péché contre Dieu et ce crime contre l’humanité ont produites dans notre société assiégée.

Conçu comme une suite et une mise à jour du classique de 1988, The Massacre of Innocence, le nouveau titre, The Abortion Matrix, est tout à fait approprié. Il fait non seulement référence à la cible spécifique de l’avortement – la matrice sacrée où les êtres humains sont formés dans le ventre de leur mère à l’image même de Dieu – mais il implique également l’existence d’une conspiration, d’une matrice de forces apparemment disparates qui sont à l’origine de cet holocauste.

L’activité occulte entourant l’industrie de l’avortement est exposée à travers de nombreux exemples. Mais ne s’agit-il que d’aberrations, d’exemples bizarres mais anormaux d’avorteurs qui ont par hasard des liens avec la sorcellerie moderne ? Ou est-ce représentatif de quelque chose de plus profond, de plus sinistre et même d’endémique à l’ensemble du mouvement de l’avortement ?

Comme le suggère l’allusion au film d’il y a plus de dix ans, le spectateur pourrait apprendre que les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. The Abortion Matrix révèle la réalité du meurtre d’enfants et fait vibrer la corde morale appropriée pour faire bouger les cœurs afin de remplir la responsabilité biblique de secourir ceux qui sont injustement condamnés à mort et de parler pour ceux qui ne peuvent pas parler pour eux-mêmes (Proverbes 24:11,12 ; 31:8,9).

Source

Retour au Menu


Abrogation Roe V. Wade = Fin du trafic d’organe et de fœtus …

Retour au Menu