Russie : Un important législateur russe révèle des recherches illicites sur le virus Ebola et la variole dans des laboratoires biologiques ukrainiens gérés par les États-Unis.


Un important législateur russe révèle des recherches illicites sur le virus Ebola et la variole dans des laboratoires biologiques ukrainiens gérés par les États-Unis.

Publié le 19.6.2022


L’agence TAAS avait rapporté le 20.5.2022 à MOSCOU : Les États-Unis ont effectué des recherches sur les virus Ebola et de la variole en Ukraine, déclare Irina Yarovaya, coprésidente de la Commission parlementaire d’enquête sur les laboratoires biologiques américains en Ukraine.

Irina Yarovaya, vice-présidente de la Douma d’État russe.
Mikhail Tereshchenko/TASS

« Aujourd’hui, nous avons présenté une analyse des agents pathogènes auxquels les États-Unis se sont particulièrement intéressés en Ukraine », a-t-elle déclaré aux journalistes vendredi. « En dehors des agents pathogènes qui sont territorialement liés à l’Ukraine, [les laboratoires] ont fait des recherches sur des virus et des agents pathogènes qui sont endémiques très loin de l’Ukraine, comme Ebola et la variole. »

À lire aussi : Ukraine : Zelensky a ordonné la destruction de tous les documents de l’État ukrainien liés à Metabiota, tous les documents ont disparu et il n’y a aucune preuve. Nous avons deux mots pour vous.

Selon le législateur, les informations obtenues indiquent « une fixation agressive des objectifs qui sous-tend le fondement de ces programmes, mis en œuvre de facto par le département de la Défense des États-Unis sur le sol ukrainien. »

« Malheureusement, il faut particulièrement souligner que la trahison que le régime ukrainien a menée contre son propre peuple a effectivement laissé les citoyens ukrainiens sans défense face à ces manipulations, expériences et recherches clandestines que les États-Unis mènent sur le territoire ukrainien », a souligné Mme Yarovaya.

Elle a noté que le directeur du Service russe de renseignement extérieur (SVR), Sergey Naryshkin, est intervenu en tant qu’expert principal lors de la réunion de la commission de vendredi.

« Je voudrais souligner que le dialogue que nous avons eu avec le chef du SVR aujourd’hui, combiné aux preuves obtenues par la commission, confirme pleinement le réseau de renseignement biologique créé par les États-Unis dans le monde entier et la mise en œuvre d’une exploitation militaro-biologique active du globe, et de l’Ukraine en particulier. Cela constitue essentiellement une grave menace mondiale », a averti Mme Yarovaya.

À lire aussi : Ukraine : (Suite). Le ministère russe de la Défense publie un nouveau briefing officiel, des diapositives et de la documentation concernant la malfaisance biologique américaine ! Des accusations directes de violation du code de Nuremberg et plus de preuves directes contre Hunter Biden !

Selon le législateur, le principal objectif de la Russie aujourd’hui est de garantir la protection de ses intérêts nationaux et la sécurité du peuple russe.

« Mais dans le même temps, [elle devrait] exhorter la communauté mondiale à faire toute la lumière sur cette activité biologique militaire secrète et dangereuse, mise en œuvre par les États-Unis. De sorte que des mesures globales relatives à la sécurité commune, égale et indivisible puissent être élaborées. Compte tenu de la distinction entre l’utilisation pacifique et non pacifique de la recherche bactériologique et de l’étude des toxines, celle-ci doit être totalement transparente et contrôlée. Et il ne doit tout simplement pas y avoir d’armes bactériologiques dans le monde, c’est la position principale de la Russie », a souligné Mme Yarovaya.

Source