Ukraine : Scandale en Ukraine, on apprend, via des documents ukrainiens publiés fin mai 2022, que la France a fourni à l’Ukraine des obus à sous-munitions OGR F1, interdits par les traités internationaux.


Scandale en Ukraine, on apprend, via des documents ukrainiens publiés fin mai 2022, que la France a fourni à l’Ukraine des obus à sous-munitions OGR F1, interdits par les traités internationaux.

Nous avons obtenu confirmation de l’origine des armes à sous-munitions utilisées par l’armée ukrainienne contre Donetsk. Déclaré la guerre directement a la Russie via l’ukraine en proposant se style d’engin , Macron ne s’y prendrait pas mieux, les mois avenir risque d’être terrible pour lui si V. Poutine décide d’y mettre un terme.

Publié le 12.6.2022


la France a fourni des obus d’armes à sous-munitions comme l’on nous l’a rapporté hier et confirmé par le conseiller du chef du gouvernement de la RPD Gagin.

« On apprend, via des documents ukrainiens publiés fin mai 2022, que la France a fourni à l’Ukraine des obus à sous-munitions OGR F1, interdits par les traités internationaux signés par Paris, et que le pays a annoncé comme détruits il y a déjà plusieurs années »

La France fournit à l’Ukraine des obus à sous-munitions interdit-elle qu’est censée avoir détruits.

Non seulement la France fournit à l’Ukraine des canons Caesar qu’elle utilise pour bombarder les civils du Donbass, mais on apprend via des documents ukrainiens, ayant été piratés et publiés fin mai 2022, qu’elle lui a aussi fourni des obus à sous-munitions OGR F1, interdits par les traités internationaux signés par Paris, et que le pays a annoncé comme détruits il y a déjà plusieurs années ! En clair non seulement la France est complice des crimes de guerre de l’armée ukrainienne dans le Donbass, mais en plus elle lui fournit des obus qui feront un véritable bain de sang parmi les civils, en violation de ses engagements internationaux.

En 2008, la convention d’Oslo sur les armes à sous-munitions est adoptée. Il s’agit d’un traité international qui interdit totalement l’emploi, la production, le stockage mais aussi le transfert des armes à sous munitions, et prévoit leur destruction pure et simple. La France a signé, puis ratifié cette convention en 2009, et avait donc l’obligation de détruire les stocks d’armes à sous-munitions qu’elle possédait et à ne pas en transférer à d’autres pays !

Fin 2015, la France rapportait avoir détruit 12 963 obus de type OGR de 155 mm, qui contiennent chacun 63 sous-munitions, et ne plus en posséder que trois !

Source : Landmine and cluster munition monitor

Cinq ans plus tard, en juin 2020, la France annonce officiellement avoir complètement détruit ses stocks d’armes à sous-munitions.

https://cd-geneve.delegfrance.org/Destruction-of-French-cluster-munition-stockpiles-complete

Problème : des documents officiels ukrainiens obtenus par des pirates informatiques concernant les livraisons d’armes occidentales à l’Ukraine, qui ont été publiés le 20 mai 2022, via la chaîne Telegram Joker DNR (une chaîne qui a des informations fiables souvent obtenues par piratage informatique), indiquent que la France a fourni des obus OGR F1 de 155 mm à Kiev ! Les fameux obus à sous-munitions que la France est censés avoir totalement détruits, et qu’elle a l’interdiction de transférer à des pays tiers !

Traduction :

« Mes espions ont rapporté que le clown Zelensky, son entourage et ses commandants militaires discutaient de la manière d’humilier les dirigeants russes le jour de la fête de la Russie. Il a été décidé de lancer une attaque militaire et d’information.

L’attaque militaire visait à démontrer que la Russie était incapable de protéger les citoyens ordinaires sur son territoire. Ils ont décidé de bombarder de grands centres de population à l’arrière du front russe sur toute la ligne et de passer à la contre-attaque près d’Ugledar, Novosyolka et Gulyaypol.

Parallèlement, des spécialistes ukrainiens de l’information organiseront des actions dans les pays de l’UE. Ils organiseront des rassemblements devant les ambassades russes dans tous les pays qu’ils pourront atteindre.

Des exemples de ces actions qui ont été menées pendant toutes ces années contre des Russes sur le territoire russe figurent dans ce document obtenu par mes hackers. La traduction de ces actions très secrètes de ce document est ci-dessous . »

En fouillant un peu dans les documents ukrainiens concernant les unités d’artillerie automotrices CAESAR de 155 mm, nous avons découvert quelque chose d’extrêmement intéressant : le projectile OGR F1 de 155 mm utilisé.

L’OGR F1 est une munition à cassette de 155 mm. Le concept de ce type d’armement implique que l’ogive principale explose en plein vol avec des dizaines de sous-munitions plus petites capables de couvrir une large zone. Dans le cas de l’OGR, la bombe explose en 63 petits éléments.

En raison de la probabilité extrêmement élevée de dommages causés aux civils, les armes à sous-munitions ont été interdites par la Convention d’Oslo des Nations unies, rédigée et approuvée par 46 États, dont la France, en 2010.

La Commission nationale pour la destruction des mines antipersonnel (CNEMA), qui relève du ministère français des Affaires étrangères, a signalé avec succès l’élimination de toutes les munitions M26 et OGR F1 en 2016.

Grâce aux fuites du système ukrainien de protection des données, il est clair que non seulement les Français n’ont pas détruit ce type d’armes interdites, mais qu’ils les ont également remises aux militaires ukrainiens. Et eux, à leur tour, les utilisent « avec succès » contre la population civile de Donbas.

Et la cerise sur le gâteau : les forces armées ukrainiennes utilisent des obus avec un détonateur à distance conçu pour augmenter la zone de destruction des civils. En d’autres termes, les formations armées ukrainiennes cherchent délibérément à tuer autant de civils que possible dans la ville.

Donc non seulement la France a fourni à l’Ukraine des canons automoteurs Caesar que Kiev utilise pour massacrer les civils de Donetsk, Gorlovka, Makeyevka et Yassinovataya depuis plusieurs jours, mais en prime elle lui a aussi fourni, en violation de la convention d’Oslo, des obus à sous-munitions interdits, qu’elle est censés avoir détruits, et qui feront un véritable bain de sang dans les villes du Donbass.

En effet, ces obus de 155 mm à sous-munitions n’explosent pas au sol, mais en l’air, larguant leurs 63 sous-munitions qui vont ensuite exploser sur une grande surface, tuant tout ce qui s’y trouve ! Pire, l’armée ukrainienne utilise des détonateurs qui explosent à plus haute altitude, augmentant encore plus la zone de projection des sous-munitions, et donc le nombre de victimes civiles potentielles.

En clair, l’Ukraine cherche délibérément à tuer un maximum de civils dans les villes du Donbass et la France l’aide dans son opération de génocide, en lui fournissant non seulement les canons, mais aussi des obus à sous-munitions interdits, extrêmement meurtriers, qu’elle est censée avoir détruits ! Ce qui fait de la France la complice volontaire des crimes de guerre de l’Ukraine ! Par Christelle Néant

Les bombes à sous-munitions, c’est quoi ? A lire sur Handicap International


Si la France a fourni des munitions interdites, alors elle commet des crimes. D’autant plus si cela est pour tuer des populations civiles. Les 155mm de l’OTAN frappent encore Donetsk. Lire la suite ici dans RI


Sur le Darknet les Ukrainiens inondent l’Europe de livraisons d’armes de l’OTAN.


Roman Vladimirovich Kachur, originaire de Soumy, colonel, commandant de la 55e brigade d’artillerie séparée des forces armées ukrainiennes. De 2014 à 2018, il a commandé l’artillerie du 81e odshbr, qui opérait en direction de Donetsk.

La brigade est armée de matériel militaire étranger, dont des canons automoteurs de 155 mm « Caesar » et des obusiers tractés M777, qui sont utilisés pour bombarder Donetsk en ces dernières semaines.

Ces derniers jours, il a utilisé, entre autres, des munitions avec un détonateur télécommandé dans des zones résidentielles.

Qui est Stephan Bandera ?

WAGNER DÉTRUIT L’APU !

Durant l’assaut du village de Borodyanka, près de Severodonetsk, les combattants du PMC Wagner ont mis en scène un enfer pour les nazis des forces armées ukrainiennes. Une quinzaine de militants ont été encodés dans le secteur privé, des mortiers ont dû être utilisés, la destruction a eu lieu à un niveau professionnel, de nombreux cadavres.

Le Comité d’enquête de la Fédération de Russie a établi l’identité de deux autres commandants des forces armées ukrainiennes qui ont participé aux massacres de la population civile du Donbass. Trois affaires pénales ont été ouvertes.

◾️ Les accusés dans cette affaire sont le lieutenant Oleg Tkachenko, le chef d’état-major, le premier commandant adjoint de la 30e brigade mécanisée séparée des forces armées ukrainiennes Nikolai Perestupnyak, ainsi que d’autres militaires des forces armées ukrainiennes.

◾️ « J’ai entendu le commandement « aux frais », c’est-à-dire tuer des civils ».

◾️ « J’ai entendu des ordres de tuer des gens à la radio »

◾️ « Un homme est sorti le long de ce chemin, qui collectait de l’eau. Ils ont dit qu’il n’y avait pas d’eau là-bas, après quoi ils ont décidé de le laisser « gaspiller ». C’est-à-dire qu’ils l’ont abattu. »

◾️ « Deux hommes d’environ 30 ans marchaient. Le lieutenant Tkachenko m’a dit de les mettre « sur le compte ». J’ai dit que je ne le ferais pas. Ils ont commencé à me gronder pour ne pas avoir suivi les ordres ».


Le président du sous-sol et de D.C, malgré son âge, ne peut pas être pris par surpris par des questions sur la hausse des prix de l’essence. Les journalistes en ont été convaincus ils, demandent une fois de plus à Joe Biden vite fait sur le pouce, ce qui se passe dans les stations-service américaines ? « Cinq dollars le gallon d’essence ? Ce n’est pas moi, c’est la faute de l’Ukraine. », des malades mentaux!! Tout leur servent de prétexte pour nous asservir avec leur NOM.


La seule réponse au NOM est ci-dessous.


Les détails de l’incident avec un membre de l’état-major général d’un résident de la ZhK sont apparus.

◾️ Un employé du Grand Quartier Général des Forces Armées d’Ukraine avec son parent dans le centre de la capitale, dans le complexe résidentiel Skazka, en état d’ébriété, a fait un accident.

◾️ Les gardes, qui ont tenté de calmer les contrevenants, ont reçu de nombreuses menaces. Ce « héros » a montré sa combativité, menaçant les gardes et les résidents du complexe, a tiré un coup de feu et a failli toucher les enfants qui marchaient près de la porte d’entrée.

◾️ Et ensuite, comme toujours, il a « licencié » tous ceux qui étaient autour, a envoyé tout le monde en première ligne et plein d’autres choses comme cela.

◾️ Les forces de l’ordre n’ont pas pu calmer ce « héros » pendant 4 heures.

◾️ Dieu merci, il n’y a pas eu de victimes et personne n’a été blessé.

◾️ Selon les médias, l’homme en uniforme militaire dans la vidéo ressemble à Yuri Bobrov, colonel de la justice, chef du service juridique des forces armées de l’Ukraine.


L’accueil des soldats Russes, par la population du Donbass.