USA : Hunter Biden, nu, exhibe une arme à feu achetée illégalement en compagnie d’une prostituée dans une vidéo récemment diffusée.


Hunter Biden, nu, exhibe une arme à feu achetée illégalement en compagnie d’une prostituée dans une vidéo récemment diffusée.

Publié le 7.6.2022


Quelques jours seulement après que Joe Biden a appelé le Congrès à adopter de nouvelles lois sur le contrôle des armes à feu, une vidéo a fait surface dans laquelle on voit son fils Hunter Biden, toujours aussi problématique, brandir une arme à feu tout en filmant une vidéo pornographique avec une prostituée nue dans une chambre d’hôtel.

À lire aussi : USA : Pendant que les lois sur le port légales d’arme à feu se négocie… un peu partout en Amérique du Nord, une vidéo publiée par le NEW YORK POST fait surface représentant HUNTER BIDEN tenant une arme de poing avec une PROSTITUÉE.

À la suite d’une vague de fusillades de masse à l’échelle nationale et d’actes de violence armée dans les grandes villes, la vidéo de Hunter a fait surface, le montrant brandissant une arme à feu obtenue illégalement.

Le sénateur du Wisconsin Ron Johnson (R) s’est penché sur l’hypocrisie au sein de la famille Biden. Il a fait référence à la vidéo dans sa déclaration, en disant : « Avant de proposer ou d’adopter une nouvelle législation fédérale sur les armes à feu, l’administration Biden devrait faire appliquer les lois existantes, peu importe qui les viole, même si cette personne est le fils du président. »

La vidéo en question a été enregistrée le 17 octobre 2018. Hunter avait acheté l’arme de poing de calibre 38 qu’il exhibait dans la vidéo seulement cinq jours auparavant.

Un Hunter Biden nu tenant un pistolet acheté illégalement et se filmant avec une prostituée.
Hunter Biden pointe son arme vers la caméra alors qu’il est nu avec une prostituée.

À lire aussi : USA : Joe Biden refuse d’assurer la sécurité de la fille de Hunter qu’il ne reconnaît pas comme un membre de la famille, malgré les menaces alarmantes proférées contre sa vie.

Il a été rapporté que Hunter a obtenu cette arme illégalement car, avant de faire l’achat, on lui a demandé « Êtes-vous un utilisateur illégal de, ou dépendant de, la marijuana ou de tout dépresseur, stimulant, narcotique, ou toute autre substance contrôlée ? ». Ce à quoi il a répondu « non ».

À l’époque, Biden se battait depuis des années contre une grave toxicomanie.

Quelques semaines plus tard, Hallie Biden, l’amante de Biden et la veuve de son défunt frère Beau, a pris l’arme et l’a jetée dans une poubelle de supermarché, ce qui a déclenché une enquête des services secrets et du FBI. L’arme a été jetée juste en face d’un lycée de Greenville, dans le Delaware.

Beau Biden (à gauche) et Hallie Biden (à droite)

Plus tard, Hunter aurait « effrayé Hallie, l’incitant à retourner à la décharge pour récupérer l’arme ». Cependant, lorsqu’elle est retournée au supermarché, l’arme avait disparu.

Dans un message texte envoyé par Hunter en décembre 2018, il a écrit : « Pris de la boîte a gants du camion et mis dans un sac à papier Jeté dans la poubelle de l’épicerie locale haut de gamme. Sans raison. »

« Et j’ai paniqué quand j’ai vu qu’il avait disparu 10 minutes après qu’elle l’ait pris et quand elle est retournée le chercher après que je lui ai fait peur, il n’était plus là, ce qui a conduit la police d’État à enquêter sur moi. Histoire vraie », a ajouté Hunter.

Un autre message texte envoyé en janvier 2019 détaille à nouveau ces événements. Hunter admet à nouveau qu’Hallie a « volé l’arme » dans son coffre et « l’a jetée dans une poubelle pleine à ras bord chez Jansens. »

« Ensuite, lorsque la police, le FBI [et] les services secrets sont arrivés sur les lieux, elle a dit qu’elle me l’avait pris parce qu’elle avait peur que je me fasse du mal à cause de mon problème de drogue et d’alcool et de notre relation instable, et qu’elle avait peur pour les enfants », indique le message.

Cela confirme qu’au moment de l’achat de l’arme, Hunter était effectivement en train de consommer illégalement des drogues.

Hunter a ajouté : « Sans rire, le flic m’a convaincu que Hallie laissait entendre qu’elle avait peur de moi ».