Italie : Le ministre de la Santé est accueilli durement à Palerme et à Messine « Honte à toi, meurtrier ! », des Italiens en colère crient à Roberto Speranza.


Le ministre de la Santé est accueilli durement à Palerme et à Messine « Honte à toi, meurtrier ! », des Italiens en colère crient à Roberto Speranza.

Publié le 30.5.2022


Italie Le ministre de la Santé est accueilli durement à Palerme et à Messine « Honte à toi, meurtrier ! », des Italiens en colère crient à Roberto Speranza. Sans la police, il risquait d’être lynché. Les gens sont fatigués des années de politique dictatoriale covid.

(Vidéo) Le ministre italien de la santé pris à partie dans les rues de La Spezia !

Lors d’un déplacement dans la ville de la Spezia, le ministre de la Santé italien Roberto Speranza afin de soutenir la candidate à la mairie du centre-gauche, Piera Sommovigo, a du faire face à une grosse centaine de citoyens qui l’attendaient. Une fois sur place, il a été pris à partie verbalement. Dès sa sortie de voiture, entouré de ses gardes du corps, le ministre a été hué et insulté par les manifestants présents sur place. L’objet de leur courroux ? La gestion de la crise sanitaire, la politique de vaccination, les restrictions de libertés ainsi que les effets secondaires du vaccin.

« Assassin, meurtrier, honte » vociférait la foule alors que le ministre tentait de mener à bien son déplacement de soutien politique.

Une fois le calme revenu et les manifestants maintenus à bonne distance, le ministre de la santé italien Roberto Speranza a pris la parole devant des militants : « N’ayez crainte, nous sommes dans une démocratie (…) . Je viens ici la tête haute car j’ai défendu mon pays, le droit à la santé de milliers de citoyens et aujourd’hui la tête haute je soutiens un projet politique pour changer cette ville. Le premier point essentiel est de renforcer la santé publique, car cela passe aussi par nos communes ».

PALERME – 29 MAI 2022

Le « ministre de la santé » Roberto Speranza est accueilli par des chœurs « meurtriers ». « Bientôt (Ils) ne pourront plus marcher dans la rue » – Q –

Le ministre italien de la Santé, Roberto Speranza, reçoit des cris le traitant de « meurtrier, bâtard et tu dois mourir »… Le peuple en a assez.