Chine : C’est reparti… Un laboratoire de Wuhan a mené des recherches sur le nouveau virus de la variole du singe un an avant l’épidémie mondiale.


C’est reparti… Un laboratoire de Wuhan a mené des recherches sur le nouveau virus de la variole du singe un an avant l’épidémie mondiale.

Publié le 25.5.2022



Des chercheurs d’un laboratoire de Wuhan, en Chine, avaient mené des recherches sur la production d’un virus de la variole du singe un an avant l’épidémie.

Dans la revue scientifique Virologica Sinica, qui est le journal officiel de la Société chinoise de microbiologie, les auteurs d’un article expliquent comment créer artificiellement un virus de la variole du singe. Aujourd’hui, un an plus tard, le monde se prépare à la propagation de ce virus.

Les recherches sur ce sujet ont été menées à l’Institut de virologie de Wuhan. Cela semble familier.

Il a été publié par le rédacteur en chef, le professeur Zheng-Li Shi, qui est le directeur du Centre des maladies infectieuses émergentes de l’Institut de virologie de Wuhan.

Tendance : USA : ÉNORME, 102 comtés en Géorgie ne peuvent pas produire les vidéos des boîtes de dépôt ! AUCUNE SURVEILLANCE POUR PLUS DE 181 000 BULLETINS DE VOTE !

Il s’agit de la même Sheng-Li Shi, connue sous le nom de « femme chauve-souris », qui a été impliquée dans la fuite présumée du laboratoire de Wuhan ayant conduit au COVID-19.

L’article de la revue décrit en détail le processus de recombinaison et d’assemblage de grandes constructions d’ADN telles que les virus de la variole du singe. Des documents montrent que le laboratoire de #Wuhan a récemment assemblé des souches de #VarioleDuSinge créant des agents pathogènes contagieux.

Encore du hasard ! Certainement un croisement entre un pangolin et un singe sur un marché aux poissons ! Greatgameindia

« Les poxvirus du singe (MPXV) sont des virus à ADN de grande taille… En tant que membre du genre Orthopoxvirus de la famille des Poxviridae, le MPXV est subdivisé en clades d’Afrique de l’Ouest et du bassin du Congo », écrivent les auteurs. « Ce dernier est plus pathogène et a été signalé comme infectant les humains dans diverses parties du monde », ajoute l’article.

« Pour la détection du MPXV [monkeypox], Li et al. ont indiqué que le gène C3L (protéine de liaison au complément) pouvait être utilisé comme cible de la qPCR pour la souche MPXV du bassin du Congo », ajoutent-ils. « L’infection par le MPXV n’ayant jamais été associée à une épidémie en Chine, le matériel génomique viral nécessaire à la détection par qPCR n’est pas disponible. »

Bien que la Chine n’ait pas encore été désignée comme l’origine de cette épidémie, en raison de l’absence de « patient zéro », les parallèles entre les recherches menées par les scientifiques, le taux de transmission accru de cette souche de variole du singe et la précédente pandémie mondiale déclenchée à Wuhan laissent beaucoup de gens soupçonneux.

En outre, un jeu de rôle financé par les fondations Gates et Rockefeller, destiné à mettre en évidence le risque d’une pandémie virale provenant d’un lableak ou d’une arme biologique, a mis en scène une étrange souche de variole du singe.

Le plus déconcertant, cependant, est que le scénario du jeu de rôle prévoyait une pandémie mondiale pour le 15 mai 2022.