Pérou : Affrontements lors d’un rassemblement contre l’extraction minière à Lima.


Pérou : Affrontements lors d’un rassemblement contre l’extraction minière à Lima

Le Pérou fait face à un effondrement financier, les émeutes se multiplient.

Publié le 20.5.2022


Plusieurs manifestants ont affronté la police anti-émeute lors d’un rassemblement contre les compagnies minières à Lima ce 18 mai.

Les conflits sociaux ont augmenté dans la nation andine depuis l’arrivée au pouvoir du président socialiste Pedro Castillo, avec une vague de protestations contre des mines et l’industrie minière en général.

PÉROU – À l’autre bout de la planète, on souffre aussi de la hausse des prix du carburant. De violentes émeutes ont d’ailleurs éclaté, menées principalement par les transporteurs routiers. Un couvre-feu a été instauré à Lima, la capitale (agences).

Les prix de l’essence, de la nourriture, des engrais flambent. Des émeutes au Pérou. Les effets dominos de l’invasion russe de l’Ukraine sûrement, rien à voir avec les Mondialistes, non rien du tout ??? L’armée est déployée et un couvre-feu est décrété sur Lima, la situation est à surveiller, l’Amérique du Sud pourrait suivre le mouvement des émeutes au Pérou. Et un bain de sang pourrait être vu sous prétexte de retour au calme.


Samedi, il y a eu une alerte d’urgence dans tout le Pérou sur tous les téléphones portables, quel que soit le réseau.

C’était une vraie alarme qu’elle n’avait jamais entendue auparavant et elle n’a disparu qu’après avoir décroché. Donc EBS en préparation. C’est en cours


Pérou : Qu’étudient les laboratoires des États-Unis au Pérou, en Ukraine et dans le monde ?

Publié le 26.4.2022 par Melissa Rubio Castillo

Dans la situation mondiale de guerre et de crise, une information d’intérêt mondial est passée inaperçue. Selon une présentation des Etats-Unis à la réunion des Etats Membres de la Convention sur les Armes Biologiques (BWC) en 2021, ceux-ci possèdent 26 laboratoires et autres installations « de coopération » en Ukraine.

L’information publiée dans Anadolu Agency de Turquie dit : « Le département de la Défense des Etats-Unis contrôle 336 laboratoires biologiques dans 30 pays du monde sous le nom de « coopération pour réduire les risques de biosécurité et renforcement de la santé publique mondiale, » selon les déclarations faites par le porte-parole du ministère des affaires étrangères de la Chine, Zhao Lijian, lors d’une conférence de presse à Pékin à la mi-mars.

Pour leur part, des fonctionnaires russes ont dit que la Russie a trouvé plus de 30 laboratoires biologiques dépendant des Etats-Unis en Ukraine et que le matériel important a été détruit en urgence mais qu’il s’y trouve encore des traces de peste, anthrax et d’autres agents pathogènes.

Même si les Etats-Unis, au début, ont qualifié cette information sur la guerre biologique en Ukraine de « fausse », le 8 mars, la sous-secrétaire d’État pour les affaires politiques, Victoria Nuland, a admis qu’il existait des « installations de recherche biologique » financées par les Etats-Unis.

Selon un accord de 2005 entre les Etats-Unis et l’Ukraine, les représentants du département de la Défense des Etats-Unis sont autorisés à participer à toutes les activités en relation avec les installations ukrainiennes et l’Ukraine a interdiction de divulguer des informations que les Etats-Unis considèrent comme « sensibles. »

L’ information publiée montre que des dizaines de laboratoires biologiques en Ukraine ont fait des opérations sur ordre du département de la Défense des Etats-Unis, que les Etasuniens ont investi plus de 200 000 000 de $ dans ces activités de laboratoire et que les recherches des Etats-Unis avaient pour but d’établir des mécanismes destinés à propager secrètement des virus mortels. Sommes-nous en train de parler d’armes biologiques ?

En 2020, Interfax-Ukraine a fait savoir que le service de sécurité de l’Ukraine avait qualifié de « fausses informations » les publications sur les réseaux sociaux qui affirmaient que les Etats-Unis avaient des laboratoires d’armes dans le pays. Le service de contre-espionnage connu sous le nom de SBU a dit que Washington et Kiev travaillaient à contrecarrer un éventuel terrorisme biologique.

Un laboratoire dans notre forêt péruvienne

En tenant compte de cette révélation qui n’a pas été diffusée dans les médias de masse, il est important de faire savoir qu’au Pérou, il existe un laboratoire à Iquitos et à Puerto Maldonado.

“NAMRU 6” est le nom d’une unité militaire connectée au département de la Défense et au 

Pentagone des Etats-Unis et à la marine péruvienne et au ministère de la Défense du Pérou.

“NAMRU 6” est le seul commando militaire des Etats-Unis en Amérique du Sud et a pour mission officielle d’identifier les maladies infectieuses qui menacent la santé publique et militaire et de développer et d’évaluer des interventions et des produits destinés à réduire ces menaces.

“NAMRU 6” possède 143.182ft²= 13.30204m² de laboratoire et de bureaux à Lima, 5.000ft²= 0.4645152m² à Iquitos et 2000ft²= 185.8061m² de laboratoires à Puerto Maldonado.

NAMRU 6, à Lima, possède des installations de bio-sécurité de niveau 3 (BSL-3) alors que les installations des 2 autres laboratoires sont de niveau de biosécurité 2 nominal. L’installation de Lima comprend aussi un viver pour l’expérimentation sur les animaux qui dépend de l’association pour l’évaluation et l’accréditation certifiée du laboratoire animal Care International (AAALAC).

2 de ses objectifs au Pérou sont d’analyser les recherches d’agents prophylactiques comme des vaccins et des médicaments contre les maladies infectieuses tropicales qui causent de la mortalité ou de la morbidité grave aux militaires étasuniens et, en général, le corpus d’étude est des maladies « orphelines » avec peu ou pas d’investissement des principales compagnies pharmaceutiques et des infectiosn parasitaires comme al malaria, des maladies virales comme la dengue et des maladies bactériennes.

Le second objectif officiel est « d’améliorer la santé publique et les infrastructures médicales militaires des pays hôtes ainsi que d’aider à la surveillance des épidémies en fournissant la capacité de réaction du laboratoire pendant les pandémies. »

Pourquoi tant de secrets ?

Face à ce que nous venons de dire, plusieurs questions se posent, par exemple : Pendant la période de quarantaine lors de la pandémie de COVID-19, la présence du laboratoire du NAMRU à Puerto Maldonado et Iquitos a-t-elle profité au pays ? Quels sont les résultats des recherches effectuées tout au long des années dans notre pays ? Quelle sorte de recherches réalise-t-on sur les animaux dans notre forêt?

Etant donné qu’on ne peut pas obtenir d’informations publiquement, une autre question surgit : Qu’est-ce qu’on cherche réellement dans notre pays et pourquoi ? Quelles informations confidentielles dans le domaine de la santé publique ne permet-on pas de divulguer ? Peut-être les découvertes faites leur servent-elles à un autre projet secret de l’État ?

Malheureusement, les actions réalisées l’ont été dans le secret propre aux opérations des forces armées péruviennes à tous les niveaux sous prétexte de sécurité nationale qui possèdent le record d’être la seule instance militaire en Amérique Latine à être sous commandement nord-américain.

Le projet NAMRU- 6 est totalement hors de contrôle du Gouvernement péruvien car ses membres jouissent du privilège de l’immunité et par conséquent quelles qu’elles soient, restent dans le domaine de l’impunité la plus absolue.

L’État péruvien devrait assumer sa souveraineté en exerçant le contrôle qu’il doit sur NAMRU 6 en faisant savoir sous sa responsabilité si ses activités sont conformes à la loi.

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source


Les responsables, ce ne sont pas les Russes, mais bien lui et ses « Young Global leaders« .

OÙ COMMENCERONT LES ÉMEUTES DE LA FAIM ?

L’inflation menace aussi l’occident

Les prix mondiaux des denrées alimentaires n’ont jamais augmenté aussi rapidement et n’ont jamais été aussi élevés, et comme cela a été détaillé à plusieurs reprises au cours des derniers mois (il serait trop facile d’imputer l’intégralité des causes de la crise à Poutine car tout ceci a débuté bien plus tôt ), plus récemment ici, tous les facteurs sont réunis pour que de sérieuses fractures apparaissent dans le tissu social de nombreuses nations.

Bien que les prix des denrées alimentaires puissent généralement être considérés comme le problème des marchés émergents, ils auront également un effet sur les marchés développés, ce que nous verrons lors des prochaines élections françaises.

Et comme le montre le tableau suivant de Bloomberg Economics, alors que le Pakistan est déjà au milieu d’une crise politique et que l’Égypte subit déjà des pressions financières (avec le Pérou et le Sri Lanka), la flambée des prix des denrées alimentaires aggrave également les problèmes dans le monde développé.

Le Nigeria, l’Inde, la Colombie, les Philippines et la Turquie méritent tous d’être surveillés, ainsi que la Russie…

En fait, comme le détaille Chris Martenson de PeakProsperity ci-dessous, les émeutes de l’inflation ont commencé. Le Pérou et le Sri Lanka connaissent tous deux des violences alors que l’inflation fait grimper les prix des produits de première nécessité.

Nous avons déjà connu ceci récemment

Le printemps arabe a été une période de troubles sociaux et d’émeutes en 2010 et 2011 qui a été déclenchée, en partie, par la flambée des coûts de la nourriture. Comme l’a dit Alfred Henry Lewis en 1906 , « Il n’y a que neuf repas entre l’humanité et l’anarchie ». Mais avant l’anarchie pure, la société connaît une agitation croissante et l’érosion des liens sociaux et des convenances. C’est là où nous en sommes à cette étape maintenant. Les prix des denrées alimentaires sont aujourd’hui plus élevés qu’ils ne l’étaient en 2010, ainsi les manifestations ne sont pas du tout surprenantes. Nous pouvons et devons nous attendre à plus d’entre elles.

La perspective d’une famine réelle

Je m’attends à ce qu’une véritable famine apparaisse d’ici la fin de l’année, après que la récolte du Nord n’ait pas réussi à couvrir les besoins de base de plus de 8 milliards de personnes.

Une raison de plus pour planter votre potager

La raison de ces sombres perspectives n’est pas seulement la perte des exportations ukrainiennes et la perte probable de la saison des semis pour une grande partie de l’Ukraine, mais aussi les pénuries mondiales désespérées d’engrais qui sont devenues absolument essentielles aux rendements des cultures d’aujourd’hui. Dans cette leçon, nous apprenons que convertir un sol biologiquement actif et favorable en terre stérile était une idée terrible. D’ici 2030, on prévoit que le phosphate atteindra son pic de production et commencera ensuite son long et lent déclin. Quel est le plan mondial pour cela ? Il n’y en a pas. C’est pourquoi l’agriculture locale et régénératrice est si importante à entreprendre en ce moment.

Regardez la vidéo :

Source