Australie : Un moustique mortel fait plusieurs victimes en Australie, que se passe-t-il ?


Un moustique mortel fait plusieurs victimes en Australie, que se passe-t-il ?

Publié le 13.3.2022 par Daily Mail


L’encéphalite japonaise, due à un virus transmis par les moustiques, est apparue dans plusieurs provinces australiennes ces dernières semaines. Les symptômes sont généralement inoffensifs, mais le moustique a déjà causé plusieurs décès.  

Illustration. © getty

L’encéphalite japonaise a été détectée dans plus de 40 exploitations porcines australiennes. Il se propage par les moustiques et peut infecter aussi bien les humains que les animaux. Les éleveurs de porcs australiens sont particulièrement menacés à l’heure actuelle. Cependant, le virus ne peut pas être transmis d’homme à homme ou d’animal à homme (sauf par le moustique). Vous ne pouvez pas non plus être infecté en mangeant du porc.

La province australienne de Nouvelle-Galles du Sud a déjà enregistré plusieurs décès, dont une femme d’environ 60 ans et un homme d’environ 70 ans. Le gouvernement local appelle donc les habitants à se protéger et à protéger leurs animaux de l’infection.

Symptômes

Le virus est généralement inoffensif. 99 % des infections ne provoquent aucun symptôme et la plupart des personnes qui tombent malades présentent des symptômes similaires à ceux d’un rhume. Cependant, vous pouvez aussi tomber gravement malade et, dans le pire des cas, une inflammation du cerveau peut survenir. Les personnes qui développent des symptômes du virus ont 25 à 30 % de chances de mourir.

30 à 50 % des survivants de l’encéphalite japonaise souffrent de complications à long terme telles que des lésions du système nerveux central, qui peuvent entraîner des problèmes cognitifs ou de mouvement. Les personnes âgées, les personnes dont le système immunitaire est affaibli et les enfants de moins de cinq ans sont particulièrement exposés à des symptômes graves. Il n’y a pas de médicament pour le virus, mais il existe deux vaccins sur le marché.

Crise climatique

Selon une étude publiée dans Annals of Global Health en 2019, la crise climatique joue un rôle dans la propagation du virus. Le réchauffement climatique entraîne non seulement l’invasion de ces moustiques à des altitudes et des latitudes plus élevées, mais aussi une augmentation des précipitations qui permet une reproduction accrue.

Le ministre de l’Agriculture, David Littleproud, a également indiqué dans de précédentes interviews que la crise climatique et les conditions météorologiques extrêmes jouent un rôle dans la propagation du virus. “Le fait que le virus se soit effectivement propagé le long de la côte est jusqu’en Australie-Méridionale indique qu’il s’agit d’une menace réelle que nous devons prendre au sérieux”, a-t-il déclaré.

Source