Canada : NEWS – Le PM canadien Justin Trudeau menace les camionneurs de perdre leur permis et d’être accusés au criminel : « Nous avons entendu votre frustration à l’égard de la COVID, il est temps de rentrer chez vous maintenant » [VIDÉO].


NEWS : Le PM canadien Justin Trudeau menace les camionneurs de perdre leur permis et d’être accusés au criminel : « Nous avons entendu votre frustration à l’égard de la COVID, il est temps de rentrer chez vous maintenant » [VIDÉO].

Publié le 12.2.2022


Une semaine seulement après que le Premier ministre canadien Justin Trudeau ait qualifié les manifestants du « Convoi de la liberté » d' »insulte à la vérité » et les ait traités d’extrémistes d’extrême droite, les Premiers ministres du Canada ont commencé à céder à leurs exigences.

Selon 100 % de ras-le-bol – Les premiers ministres de l’Alberta et de la Saskatchewan ont abandonné les passeports à base de vaccin Covid, une mesure qui, selon eux, était nécessaire pour unifier le pays. Ottawa a également supprimé les restrictions relatives au vaccin Covid, notamment les limites imposées aux rassemblements privés, à compter du mois prochain. La police d’Ottawa a tenté de briser la volonté des manifestants du Convoi de la liberté en volant leurs fournitures et en démolissant leurs campements, mais l’opposition à la tyrannie médicale ne cesse de croître au Canada, les responsables gouvernementaux ayant commencé à acquiescer discrètement à leurs demandes.

« Plusieurs provinces sont en train d’éplucher les mandats de vaccination et les restrictions sanitaires qui sont au cœur d’un débat polarisé dans tout le pays sur ce que cela signifie de vivre avec le COVID-19.

À lire aussi : REGARDEZ : Une maman ours délivre un message brutal à Justin Trudeau et au maire d’Ottawa :  » Si vous touchez un seul enfant, je rassemblerai personnellement des mini-fourgonnettes pleines de mamans et nous nous rendrons à Ottawa  » [VIDÉO].

L’Alberta, la Saskatchewan et le Québec ont tous dévoilé mardi des plans pour freiner les mesures qui sont devenues le point de mire d’un public épuisé après près de deux ans de crise sanitaire mondiale.

Dans l’Ouest, les gouvernements agissent rapidement. L’Alberta a annoncé qu’elle lèverait les exigences relatives au passeport vaccinal d’ici la fin de la nuit de mardi à mercredi, dans le cadre d’une approche en plusieurs étapes visant à éliminer la majorité des restrictions dans la province. Cette nouvelle a été annoncée quelques heures après que le gouvernement de la Saskatchewan ait déclaré qu’il supprimerait ses exigences en matière de vaccins le 14 février, et que les exigences relatives aux masques seraient supprimées deux semaines plus tard.

Au Québec, où les mesures de santé publique sont parmi les plus strictes du pays, le premier ministre François Legault a présenté un plan qui prévoit la levée de la plupart des restrictions d’ici le 14 mars. À partir de samedi, il n’y aura plus de restrictions légales sur les rassemblements privés. »

Soudainement, les dirigeants du Canada, qui sont en train de perdre la bataille des relations publiques face aux Canadiens épris de liberté, ont fait volte-face sur le mouvement du Convoi des camionneurs pour la liberté.

Quelques heures seulement après l’annonce de la suppression des restrictions du COVID, le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a adopté une position intransigeante et a déclaré l’état d’urgence.

Aujourd’hui, le Premier ministre canadien Justin Trudeau menace les camionneurs de perdre leur permis et de faire l’objet d’accusations criminelles qui les empêcheront de traverser la frontière américaine.

La menace visait probablement les camionneurs qui bloquent le pont Ambassador à Windsor, en Ontario, où le passage de la frontière entre le Canada et les États-Unis représente une part importante de leurs revenus.

« Si vous avez rejoint les manifestations parce que vous en avez assez du COVID, vous devez maintenant comprendre que vous enfreignez des lois. Les conséquences sont de plus en plus graves.

Vous ne voulez pas perdre votre permis de conduire et vous retrouver avec un casier judiciaire, ce qui aurait un impact sur votre emploi, vos moyens de subsistance et même votre capacité à voyager à l’étranger, y compris aux États-Unis. Nous avons entendu votre frustration à l’égard de la COVID, des mesures qui sont là pour assurer la sécurité des personnes.

Nous vous avons entendu – il est temps de rentrer chez vous maintenant ».

Regardez :