USA : Un invité de CNN démolit Brandon en quelques secondes et réduit les animateurs de CNN au silence.


Un invité de CNN démolit Brandon en quelques secondes et réduit les animateurs de CNN au silence.

CNN en mode PLS sur le plateau.

Publié le 23.1.2022


Comme l’a dit Winston Churchill, « quand les aigles se tairont, les perroquets jacasseront ». CNN a beaucoup de perroquets et aucun aigle. En conséquence, il y a beaucoup de jacassements et il est presque impossible d’assommer les imbéciles pour les faire taire.

Cependant, un invité y est parvenu récemment en réduisant Brandon en miettes en l’espace de quelques secondes.

Tout a commencé lorsque l’imbécile jacasseur Anderson Cooper a demandé à Scott Jennings, ancien assistant spécial du président George W. Bush, de commenter le bilan de la présidence Biden. Bien qu’ayant travaillé pour Bush et étant sur CNN, la réponse de Jennings a été sauvage. Tout à fait sauvage. Regardez-la ici :

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo, M. Jennings a commencé par dire : « Je n’ai jamais imaginé à quelle vitesse tout cela se déroulerait. La personne qu’ils ont vendue pendant la campagne, le bon vieux grand-père modéré qui voulait juste aider tout le monde à s’entendre et à faire des compromis, n’est pas ce que nous avons eu l’année dernière. » Le point de vue stupide et naïf. Celle que de nombreux Américains avaient en tête lorsqu’ils ont bêtement voté pour lui en 2020.

C’est alors que Jennings est parti et a enfoncé ses dents, mettant absolument Brandon en pièces dans un monologue vicieux d’une minute. Il a dit :

« Il n’a pas de mandat, vraiment, pour faire quoi que ce soit », a-t-il poursuivi. « C’est étonnant qu’il ait réussi à faire deux ou trois choses alors que le mandat était assez clair : un Sénat à 50/50 et une Chambre presque à 50/50, et une élection présidentielle assez serrée.

Le mandat était simplement ‘remplacez Donald Trump et ne faites rien de drastique ou de stupide’. Et pourtant, tout dans ce programme est extrêmement radical. Et il a été plus en colère que ce à quoi les gens s’attendaient, il a été plus divisé, il a été plus partisan.

Vous regardez les problèmes. Nous avons construit cinq années de couverture sur Trump à partir de la Russie, du COVID et de la démocratie. Le président, dans sa conférence de presse, invite la Russie à envahir l’Ukraine. Nous avons eu plus de décès [COVID] sous Biden que sous Trump. Et maintenant nous avons le président et le vice-président qui remettent en question la légitimité de l’élection de 2022 ? Sommes-nous mieux lotis sur ces questions pour lesquelles nous avons crucifié Trump ?