USA : L’ancien avocat général de la Commission électorale de Floride a PLAIDÉ COUPABLE à des accusations de PÉDOPORNOGRAPHIE.


L’ancien avocat général de la Commission électorale de Floride a PLAIDÉ COUPABLE à des accusations de PÉDOPORNOGRAPHIE.

Passé innaperçus; Eric Matthew Lipman, 59 ans, de Tallahassee, en Floride, avait été arrêté le 15 juillet 2021, son procès a eu lieu en le 23.8.2021 a 8h15 devant le Chef de District, le Juge Mark Walker à la United States Courthouse à Tallahassee.

Publié le 17.12.2021


TALLAHASSEE, FLORIDE – L’ancien avocat de la Commission électorale de Floride, Eric Matthew Lipman, 59 ans, de Tallahassee, a plaidé coupable lundi de conspiration pour distribuer, recevoir et posséder du matériel constituant de la pornographie infantile, et de distribution de matériel constituant de la pornographie infantile.

Entre le 8 et le 11 février 2021, Lipman, ainsi que d’autres personnes, a participé à des groupes de discussion Mega.NZ qui ont distribué, reçu, possédé et discuté d’images et de vidéos pédopornographiques. Mega.NZ était un service Internet de stockage en nuage et d’hébergement de fichiers basé en Nouvelle-Zélande. Lipman s’est entendu avec les membres des groupes de discussion pour distribuer, recevoir et posséder du matériel pédopornographique, et a publié du matériel pédopornographique dans les groupes de discussion de Mega.NZ pour le bénéfice d’autres participants partageant les mêmes idées. Le matériel pornographique que M. Lipman a distribué, et qui a été trouvé sur ses appareils électroniques, impliquait des mineurs prépubères ainsi que des mineurs de moins de 12 ans.

Lipman encourt une peine maximale de 20 ans de prison, avec une peine minimale obligatoire de 5 ans de prison, suivie d’une période de 5 ans à vie de liberté surveillée pour tous les chefs d’accusation suivant sa peine de prison.

Cette affaire est le résultat d’une enquête menée par le Homeland Security Investigations et le bureau du shérif du comté de Leon. L’assistant du procureur des États-Unis, Justin M. Keen, poursuit l’affaire.

Source 1

Source 2