Les principaux pollueurs que sont la Chine et l’Inde reçoivent 2 milliards de dollars d’aide pour le climat.


Les principaux pollueurs que sont la Chine et l’Inde reçoivent 2 milliards de dollars d’aide pour le climat.

Dans ce monde inversé des valeurs, le plus grand pays dominateur du monde se fait aider ?? À vous de juger

Publié le 28.11.2021


La Chine et l’Inde font constamment partie des principaux pollueurs mondiaux et leurs émissions de CO2 ne cessent d’augmenter. Actuellement, la Chine se classe au premier rang des pollueurs mondiaux, émettant presque deux fois plus de carbone que les États-Unis, tandis que l’Inde occupe la troisième place. Malgré cela, les deux pays sont prêts à recevoir des milliards de dollars d’aide climatique. Le Daily Mail rapporte

« La Chine et l’Inde devraient recevoir une manne de 1,5 milliard de livres sterling pour l’aide climatique, malgré l’échec de l’accord de la COP26 sur la réduction de la dépendance au charbon.

Les pays riches ont accepté de doubler les fonds destinés à aider les pays en développement à se préparer au réchauffement de la planète lors de la conférence de Glasgow au début du mois.

Bien que la Chine et l’Inde aient deux des économies les plus dynamiques du monde, les Nations unies les considèrent comme des « pays en développement ».

Les analyses montrent que les deux pays ont reçu un total d’environ 700 millions de livres sterling de la part des pays développés en 2019, derniers chiffres disponibles, ainsi que des millions d’autres provenant de fondations d’investissement et de donateurs privés. »

Ils recevront cette aide en dépit du fait qu’ils ont joué un rôle clé dans l' »édulcoration » d’un engagement de la COP26 qui promettait d' »éliminer progressivement » l’utilisation du charbon, les nations participantes ayant au contraire seulement accepté de « réduire progressivement » son utilisation.

Selon Carbon Brief, les émissions de carbone de la Chine ont augmenté à leur rythme le plus rapide depuis près de dix ans. Au premier trimestre de 2021, elles devaient augmenter de près de 15 %. Les émissions des États-Unis ont diminué de 15 % entre 2005 et 2019, tandis que celles de la Chine ont augmenté de plus de 80 %, selon le département d’État américain.