Il est temps pour les médias grand public malhonnêtes de rendre leurs Pulitzers… De nouveaux détails accablants dans l’enquête sur la Russie de Durham désignent directement Hillary Clinton.


Il est temps pour les médias grand public malhonnêtes de rendre leurs Pulitzers… De nouveaux détails accablants dans l’enquête sur la Russie de Durham désignent directement Hillary Clinton.

Publié le 5.11.2021


Nous n’avons pas beaucoup entendu parler d’Hillary Clinton ces derniers temps et la plupart des gens s’en accommodent.

Cependant, l’enquête de Durham sur les origines du canular de la collusion avec la Russie en 2016 se poursuit et de nouveaux détails apparaissent qui placent Hillary et sa campagne au centre du scandale.

Beaucoup de gens le savaient ou du moins le soupçonnaient depuis le début, mais il est agréable d’avoir une confirmation.

Le New York Post rapporte :

L’arrestation illustre la façon dont le dossier Steele était un mauvais coup politique orchestré par Hillary Clinton.

L’inculpation par l’avocat spécial John Durham d’Igor Danchenko, la principale source du faux dossier Steele utilisé par le FBI comme base de l’enquête Trump-Russie, montre une fois de plus que Durham a les yeux rivés sur la campagne Clinton.

Danchenko a été accusé de cinq chefs d’accusation pour avoir menti au FBI lors d’entretiens menés en 2017, alors que le bureau s’efforçait en vain de vérifier les allégations farfelues selon lesquelles Donald Trump et sa campagne étaient des agents clandestins du Kremlin. Ces allégations ont été compilées dans le dossier dit Steele, sur lequel le FBI s’est appuyé pour obtenir des mandats de surveillance d’un tribunal fédéral secret.

Le dossier a été créé par la campagne Clinton. Son principal auteur était l’ancien espion britannique Christopher Steele. La principale source de Steele était Danchenko, un Russe établi aux États-Unis qui travaillait à la Brookings Institution – un groupe de réflexion de Washington dont l’ancien président, Strobe Talbott, est un ami d’université de Bill Clinton qui a travaillé au département d’État de ce dernier…

Danchenko aurait également caché que l’une de ses sources pour les informations qu’il a fournies à Steele était un agent du Parti démocrate de longue date, proche des Clinton – ayant travaillé sur les deux campagnes présidentielles réussies de Bill Clinton et sur la campagne présidentielle infructueuse de Hillary Clinton en 2008. Cette source a été révélée jeudi : il s’agit de Chuck Dolan, un responsable des relations publiques qui avait des contacts avec la Russie et qui est désigné comme « PR Executive-1 » dans l’acte d’accusation.

Cela semble mauvais. Vraiment mauvais.

Les médias doivent des excuses à Trump. Les autres méritent d’être poursuivis et emprisonnés.

American Lookout