PFIZER – Vanessa Gelman, directrice scientifique pique un sprint lorsqu’un journaliste de ProjectVeritas veut l’interroger


Incroyable, Q nous disait ils ne pourront plus marcher dans la rue tranquillement, nous y sommes.

PFIZER – Vanessa Gelman, directrice scientifique pique un sprint lorsqu’un journaliste de ProjectVeritas veut l’interroger

Melissa Strickler, auditrice qualité chez Pfizer, avait enregistré des emails de Venessa Gelman et du directeur principal de la recherche mondiale discutant du vaccin : « Nous voulons éviter que les informations sur les cellules fœtales [circulent] là-bas. »

Publié le 15.10.2021


Vidéo de secours au cas au Youtube la supprime.

Pfizer : Licenciement de Melissa Strickler, lanceuse d’alerte ayant exposé les emails de deux directeurs

Publié le 10.10.2021 par Ofumbi Beti

Pfizer : Licenciement de Melissa Strickler, la lanceuse d’alerte ayant exposé les emails de deux directeurs

Ceux-ci suggèrent la présences de tissus issus de fœtus humains dans les tests sur les vaccins Covid.

La dernière vidéo de Project Veritas, publiée jeudi 7 octobre 2021, est tirée d’un entretien entre Project Veritas et Melissa Strickler, employée comme auditrice qualité chez Pfizer.

Melissa Strickler a divulgué des courriels internes qui montrent que les dirigeants de l’entreprise ont demandé à leur personnel de garder le secret sur l’utilisation de tissus fœtaux humains dans les tests de laboratoire du vaccin COVID.

Il s’agit de Vanessa Gelman, directrice principale de la recherche mondiale, et de Philip Dormitzer, directeur scientifique de Pfizer. Ce dernier reconnaît dans l’un des emails que des cellules issues d’un fœtus humain avorté sont bel et bien utilisées dans les tests de vaccin COVID.

Melissa Strickler virée de son poste

« Après que Melissa Strickler a révélé les secrets de Pfizer la semaine dernière, le géant pharmaceutique a pris des mesures. Melissa a reçu un appel de l’équipe de sécurité de l’entreprise l’informant qu’elle ne devait plus se rendre au travail. »

« Alors que les grands médias applaudissent une soi-disant dénonciatrice de Facebook [allusion à Frances Heugen], ils n’ont rien à dire pour défendre les actions courageuses de Melissa », continue James O’Keefe.

« Pfizer a décidé de licencier Melissa au lieu de s’attaquer à la décision problématique de la direction de dissimuler des faits au public, comme indiqué dans les courriels ayant fait l’objet d’une fuite », continue le fondateur de Project Veritas.

Source


Qu’est-ce que « ProjectVeritas » ?

Leur déclaration de mission :

Enquêter et dénoncer la corruption, la malhonnêteté, les transactions personnelles, le gaspillage, la fraude et d’autres comportements répréhensibles dans les institutions publiques et privées afin de parvenir à une société plus éthique et plus transparente.

Valeurs fondamentales
COURAGE MORAL – Le courage est la vertu qui soutient toutes les autres. Nous choisissons de surmonter nos peurs.

NOUS SOMMES TOUS DES LEADERS – Transformer les gens en leaders. Travail accompli par le personnel. Appropriation.

COLLABORATION – Il est préférable de ne pas travailler en silos. Aucun individu n’est aussi intelligent que nous tous.

RÉSILIENCE – La persistance et la détermination sont omnipotentes. Ne jamais, jamais, jamais abandonner. Nous ne laissons pas les erreurs ou les revers nous décourager. Nous poursuivons la perfection, tout en sachant pertinemment que nous ne l’atteindrons jamais.

MISSION DRIVEN – Les meilleures personnes sont motivées par un objectif. Nous sommes passionnés et nous croyons vraiment en notre cause. Nous devons être orientés vers l’extérieur et non vers l’intérieur.

FAIRE DE L’ÉTAT QUO UN IMPOSSIBLE – Nous déplaçons des montagnes. L’échec n’est pas une option. Nous faisons tout ce qu’il faut.

LA POINTE DE LA LAME – Nous sommes un leader en matière de pertes. Nous n’avons pas peur des conflits ou des litiges.

Valeurs éthiques
Règle n° 1 – La vérité est primordiale. Nos reportages sont basés sur des faits, avec un contenu vidéo et audio clair et irréfutable. La vérité est primordiale. Nous ne trompons jamais notre public. Nous ne déformons pas les faits ou le contexte. Nous ne faisons pas de « montage sélectif ».

Règle n° 2 – Nous n’enfreignons pas la loi. Nous maintenons le consentement d’une partie lorsque l’enregistrement d’une personne est intrinsèquement moral et éthique. Nous n’enregistrons jamais lorsque le consentement d’une partie est nul. Dans les domaines où nous devons obtenir le consentement de toutes les parties, nous recherchons des conseils juridiques concernant l’impact de l’attente de la vie privée sur notre droit d’enregistrer.

Règle n° 3 – Nous respectons les droits du 1er amendement des autres. Pendant nos enquêtes, nous ne perturbons pas la paix. Nous n’empiétons pas sur les droits du 1er amendement d’autrui.

Règle n°4 – Le test de Zekman. Les enquêtes sous couverture que nous menons sont jugées par nous comme étant d' »intérêt public vital » et d' »importance profonde ». Le test de Zekman est notre référence. Le reportage d’investigation sous couverture est nécessaire parce que « … il n’y a pas d’autre moyen d’obtenir l’histoire… ». Alors que la Society of Professional Journalists autorise les techniques d’infiltration, si celles-ci sont nécessaires pour exposer des questions d’importance publique vitale, nous pensons qu’elles sont non seulement autorisées mais nécessaires.

Règle n° 5 – Nous protégeons les innocents lorsque cela est possible – Les détails privés embarrassants ne doivent pas faire l’objet d’une enquête. Nous nous tenons à l’écart des détails intimes embarrassants sur la vie privée des citoyens. Nous recherchons les méfaits individuels et jugeons de leur importance publique. Les dispositions religieuses ou sexuelles non pertinentes de nos cibles ne doivent pas faire l’objet d’une enquête.

Règle n° 6 – Transparence. Nos méthodes et tactiques doivent être raisonnables et défendables. Nous utilisons la règle des « douze jurés sur notre épaule ». Le travail doit être effectué avec un degré d’intégrité tel qu’il puisse résister à un examen minutieux sur le plan juridique et éthique. Nous sommes à l’aise avec la transparence. Nous devons être prêts à divulguer nos méthodes lors de la publication.

Règle n° 7 – Vérifier et corroborer les articles – Évaluer l’impact sur les tiers et le caractère digne d’intérêt des déclarations seules. Nous prenons systématiquement en considération la véracité ou la fausseté probable des déclarations, examinons toutes les raisons de douter de la véracité des affirmations sous-jacentes et vérifions si les affirmations sont dignes d’être publiées. Dans la mesure du possible, nous confirmons avec nos sujets que leurs déclarations enregistrées sur vidéo sont exactes et véridiques. À tout le moins, nous donnerons à nos sujets l’occasion d’élaborer et/ou de répondre. Dans tous les cas, nous nous appuyons sur le 1er amendement pour protéger notre capacité à publier des éléments dignes d’intérêt après nos délibérations internes. Sur la question de savoir s’il existe une obligation de s’assurer de la véracité des déclarations faites sur vidéo, 1) considérez si les remarques peuvent potentiellement avoir un impact sur un tiers innocent. (Facteurs en faveur de la diffusion du contenu) et 2.) Le caractère digne d’intérêt de la déclaration en soi. (Facteurs défavorables à la diffusion du contenu).

Règle n° 8 – Vidéo brute. Dans certaines circonstances, nous pouvons diffuser la vidéo « brute » à la presse ou au public. Mais en règle générale, nous ne le faisons pas.

Règle n° 9 – Anonymat du sujet. Nous enquêtons et interrogeons les sources avant de promettre l’anonymat. Après confirmation, nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger l’identité de nos sources confidentielles.

Règle n° 10 – Être responsable. Nous reconnaissons nos erreurs et les corrigeons rapidement.

Règle n° 11 – Nous ne fabriquons pas de contenu. Nous ne mettons pas de mots dans la bouche de nos sujets d’enquête. Nous ne menons pas le cheval à l’eau. Notre objectif est d’obtenir la vérité.

Règle n° 12 – De grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités.