Le Sénat de l’Arizona parvient à un accord avec le comté de Maricopa.


Le Sénat de l’Arizona parvient à un accord avec le comté de Maricopa.

CBS News annonce déjà que Biden a remporté l’élection de 2020, selon le projet de rapport sur l’examen de 2020 exigé par le GOP en Arizona. Selon le projet de rapport, la victoire de J. Biden, qui a recueilli environ 45 000 voix dans le comté le plus peuplé de l’État, s’est même élargie de quelques dizaines de milliers de voix. Nous connaissons le DS maintenant trop bien pour comprendre que c’est une tactique habituelle pour essayer de prendre de l’avance sur ce qui va arriver. À ce stade d’information et de désinformation le résumé de l’article ci-dessous nous explique déjà ce à quoi nous risquons d’entendre, seul compte le résultat final le 24 septembre a 16h ET. Nous verrons ce qui se passera ensuite.

Publié le 20.9.2021


Les républicains du Sénat de l’Arizona ont conclu un accord vendredi avec le Conseil des superviseurs de Maricopa (MCBOS) afin d’avoir accès aux routeurs par l’intermédiaire du maître spécial, l’ancien représentant des États-Unis, le républicain John Shadegg. L’accord intervient avant l’audience publique prévue pour révéler le contenu du rapport d’audit médico-légal. La réunion sera dirigée par la présidente du Sénat, Karen Fann, le vendredi 24 septembre à 13 heures PST.

Le comté de Maricopa a également abandonné sa demande de 2,8 millions de dollars contre le Sénat pour payer le coût du remplacement des machines à voter potentiellement compromises. Les deux parties disent que c’est une victoire pour les contribuables du comté de Maricopa. Le Sénat a déjà reçu les images des enveloppes de vote demandées. Les informations spécifiques aux électeurs seront expurgées, conformément à l’ordonnance du tribunal.

Le MCBOS s’est réuni le 17 septembre pour discuter en détail de son action concernant les assignations électorales. Selon un rapport antérieur, le procureur général de l’Arizona, Mark Brnovich, a ordonné au MCBOS de se conformer aux assignations demandées par le Sénat après des mois de résistance. Il avait donné au Conseil jusqu’au 27 septembre pour se conformer à sa demande.

Les documents demandés étaient des routeurs, des journaux Splunk, des clés matérielles et des mots de passe d’administrateur. L’accord a été approuvé par un vote de 4 contre 1 par le MCBOS. Le superviseur Steve Gallardo a voté contre l’accord. Vous trouverez ci-dessous plusieurs extraits de la déclaration de M. Gallardo :

« Ces dix mois ont été longs. Je pense que nous en sommes tous un peu fatigués. Je pense que le public en a assez. Nous n’avons pas affaire à des gens rationnels, non. Nous avons affaire à des brutes, qu’il s’agisse des brutes du Sénat de l’État, de forces extérieures et même, malheureusement, d’un procureur général [qui] veut utiliser cet effort – à mon avis – non seulement pour ses propres convictions politiques mais aussi pour son propre avantage politique. »

« Aujourd’hui, nous avons affaire à des personnes irrationnelles, prêtes à tout pour prouver un point. J’ai été là au capitole. Je connais le type de personnes auxquelles nous avons affaire. Quand j’étais là, il y avait un petit groupe. Maintenant, il y a un plus grand groupe qui fera tout ce qu’il peut pour essayer de prouver un point et vous l’avez vu non seulement avec les assignations à comparaître, mais aussi avec la lettre au procureur général. »

J’espère que je me trompe. J’espère que tout cet audit et ce gros mensonge prendront fin aujourd’hui mais encore une fois, nous n’avons pas affaire à des gens rationnels. Ce n’est rien d’autre qu’un vœu pieux que de croire que cela va mettre fin à ce que beaucoup de ces sénateurs veulent faire, c’est-à-dire continuer cette mascarade, continuer ce gros mensonge, continuer à lancer des conspirations et des déclarations sans fondement. Je voudrais que le Sénat de l’Arizona présente des excuses à tous nos fonctionnaires électoraux qui ont fait tout ce qu’ils pouvaient pendant les élections de 2020 pour retarder une élection très, très réussie, non seulement une, mais plusieurs élections au milieu d’une pandémie. J’aimerais que le Sénat de l’Arizona présente des excuses. J’aimerais qu’il se lève et dise que nous avions tort, que les élections étaient sûres, sécurisées et exactes. »

La discussion a suivi une session exécutive fermée et peut être vue ci-dessous à partir de 1:06:25 :

L’accord stipule que le Sénat ne recevra pas la garde physique des routeurs. Le MCBOS craignait que la chaîne de possession ne soit compromise si les routeurs étaient remis.

Les deux parties ont accepté que le Special Master Shadegg soit désigné comme coordinateur indépendant et seule autorité dans la collecte des données des routeurs et des logs Splunk. Lui seul peut « engager un à trois experts en technologie informatique pour l’aider à répondre aux questions du Sénat ».

La période de collecte des données faisant l’objet de l’enquête s’étend du 7 octobre 2020 au 20 novembre 2020. Des protocoles de sécurité seront en place pendant l’inspection :

  • Aucune connectivité à l’internet.
  • Aucune copie de données sur un autre appareil pendant l’inspection.

Le comté a accepté ce qui suit :

  • Renonce à sa réclamation contre le Sénat de 2,8 millions de dollars pour remplacer le matériel électoral potentiellement compromis.
  • Accepte de produire toutes les images numériques demandées par une assignation du 26 juillet 2021 au plus tard le 22 septembre 2021.
  • Le comté doit payer l’avocat spécialisé.
  • Le Sénat doit notifier l’accord à l’AG Brnovich par courriel et par USPS, en indiquant que le comté a accepté toutes les assignations en suspens.

La sénatrice Kelly Townsend se dit mécontente de ce compromis. Elle affirme également qu’elle n’a pas été consultée avant la décision. Afin de protéger toute éventuelle malversation de la part de Mme Shadegg concernant les données des routeurs, elle a publié sur son canal Telegram les « exigences minimales », notamment la présence d’au moins un des membres de l’équipe d’audit lors de l’inspection des routeurs :

La déclaration du président du MCBOS, Jack Sellers, sur le site Web du comté, a clairement indiqué que le Sénat n’aurait jamais un accès physique aux routeurs :

« Cet accord est un pas dans la bonne direction pour mettre cette absurdité derrière nous. Les cyber-ninjas ne pourront jamais toucher les routeurs ou accéder à nos données. Une tierce partie indépendante peut confirmer ce que nous avons toujours dit : le matériel électoral n’était pas connecté à Internet et aucun changement de vote n’a eu lieu. Et nos résidents, les forces de l’ordre et les tribunaux peuvent tous être assurés que leurs données et leur matériel sont protégés. »

La présidente du Sénat, Mme Fann, semblait confiante et heureuse des termes de l’accord. Elle a déclaré que Logan et les autres membres de l’équipe d’audit obtiendront toutes les informations dont ils ont besoin, y compris les captures d’écran des données. Elle a également déclaré qu’ils seront en mesure de dire si les données ont été supprimées.

Dans l’éventualité où le Sénat estimerait que Shadegg et son équipe ne se sont pas montrés coopératifs, le Sénat, a expliqué Mme Fann, peut retourner au tribunal et demander ce dont il a besoin. Elle a également laissé entendre que l’ingérence étrangère pourrait être prouvée dans le rapport, mais n’a pas pu en dire plus.

Dans une interview du week-end avec Jordan Conradson du Gateway Pundit, Mme Fann a réaffirmé que « c’était une grande victoire pour le Sénat » :

« C’était une grande victoire pour le Sénat parce que non seulement nous obtenons toutes les données et informations que nous cherchions depuis quatre, cinq, six mois nous obtenons qu’ils ont abandonné les 2,3 millions. Et, comme je l’ai dit, nous avons toujours un contrôle total. Nous pouvons assigner à comparaître tout ce que nous voulons et n’oubliez pas que lorsque tout sera terminé, nous remettrons tout cela au bureau du procureur général. Nous garderons nos données et nous ferons tout ce qui est nécessaire pour faire passer plus de lois et pour résoudre les problèmes que nous avons dans les lois électorales. Et le procureur général, Mark Brnovich sera chargé de faire les enquêtes pour voir où les gens n’ont pas suivi les règles, hum, et hum, laissez-le faire le côté pénal de la chose. »