« Notre SEULE Arme c’est le Vaccin » dixit E. Macron. Non voici une liste de 20 traitements utilisés dans le monde, et il en manque comme l’Artémisia.


« Notre SEULE Arme c’est le Vaccin » dixit Macron. Non voici une liste de 20 traitements utilisés dans le monde, et il en manque comme l’Artémisia.

Le pourcentage de réussite est intéressant si administré tôt. Mais ce dernier peut-être largement augmenté en faisant des associations. Rappel les vaccins sont tombés à 39% d’efficacité sans connaître les séquelles à long terme.

Notez le 21ème traitement le fameux Remdesivir, non noté, car toxique et inutile, le seul que les NoFakeMed vantaient, le seul acheté par l’Europe !

Leur seule obsession, c’est de vacciner pas de traiter ! Reconnaissance implicite du Professeur Raoult car c’est bien l’HCQ le médicament le plus utilisé dans le monde.

Publié le 28.8.2021



Et dans le même temps en Italie

Sept condamnations et un acquittement. Les hôpitaux ont truqué des contrats d’une valeur de 600 millions d’euros.

Publié le 5.8.2021

La juge Clelia Maltese du tribunal des audiences préliminaires de Palerme a condamné en première instance sept accusés dans l’enquête appelée Sorella Sanità sur les pots-de-vin dans les contrats de santé publique. Un seul accusé a été acquitté. L’enquête, menée par le parquet de la capitale sicilienne et la Guardia di Finanza (police financière), a mis au jour une série de contrats présumés truqués dans les hôpitaux et les autorités sanitaires de Sicile. Les appels d’offres dont la valeur totale est supérieure à 600 millions d’euros.

Six ans et huit mois ont été imposés à l' »ex-paladin de la légalité » Antonio Candela, ancien directeur de l’autorité sanitaire locale de Palerme et finalement responsable du comité directeur régional de lutte contre le Covid en Sicile, qui a été reconnu coupable de corruption, et six ans et six mois à Fabio Damiani, ancien directeur de l’autorité sanitaire locale de Trapani et responsable du bureau central unique des achats. Cinq ans et huit mois pour le « faccendiere » Giuseppe Taibbi.

Cinq ans et dix mois pour Roberto Satta, chef des opérations de Tecnologie Sanitarie Spa ; sept ans et deux mois pour Francesco Zanzi, administrateur délégué de la même société ; cinq ans et dix mois pour Salvatore Navarra, président du conseil d’administration de Pfe spa jusqu’en 2020 et quatre ans et quatre mois pour Salvatore Manganaro. Le seul acquitté pour ne pas avoir commis le fait est Angelo Montisanti, le responsable des opérations pour la Sicile de la société Siram.

Nous recevons et publions de Pfe:Salvatore Navarra n’est plus président du conseil d’administration de Pfe depuis mai 2020.


Le Coordinateur du comité Covid arrêté. Des appels d’offres d’une valeur de 600 millions, parmi les personnes faisant l’objet d’une enquête figure un membre du Parlement.

Publié le 21.5.2020

Contrats pilotés à Palerme. Dix arrestations parmi les fonctionnaires et les entrepreneurs. La Guardia di Finanza, au nom du ministère public, exécute les mesures conservatoires prononcées par le juge pour les délits de corruption, de divulgation de secrets officiels et de trouble de la liberté des offres. Les enquêteurs concentrent leur attention sur quatre appels d’offres d’une valeur totale d’environ 600 millions d’euros. Antonino Candela, l’homme choisi par Nello Musumeci pour coordonner le comité technico-scientifique qui assiste le gouvernement dans le cadre de l’urgence Covid-19, est également assigné à résidence. M. Candela était auparavant à la tête du trust hospitalier de Palerme – poste pour lequel il a fait l’objet d’une enquête – à l’époque de M. Crocetta et a reçu la médaille d’argent de la santé publique.

Le directeur général de l’Asp de Trapani, Fabio Damiani, et l’homme d’affaires d’Agrigente Salvatore Manganaro (1976) sont en prison. En résidence surveillée, outre Candela, le fixeur Giuseppe Taibbi (1973), considéré comme une référence de Candela, l’administrateur délégué de Tecnologie Sanitarie spa Francesco Zanzi (1964), le directeur des opérations de la société Roberto Satta (1970), le directeur des opérations de Sicily Siram spa et administrateur délégué de Sei Energia scarl Angelo Moltisanti (1969), Crescenzo De Stasio, 49 ans, directeur de l’unité commerciale Centre-Sud de Siram ; Ivan Turola, considéré comme un référent caché de Fer. Co. srl et Salvatore Navarra, 47 ans, président du conseil d’administration de Pfe spa. Giovanni Tranquillo, de Catane, considéré comme le référent caché d’Euro&Promos spa et de Pfe spa, et Giuseppe Di Martino, ingénieur et commissaire d’adjudication, ont été temporairement interdits d’exercer des activités professionnelles et des fonctions publiques.

L’enquête a conduit à la saisie de sept sociétés en Sicile et en Lombardie et de 160 000 euros. Ce dernier chiffre correspondrait à la somme versée à titre de pots-de-vin, tandis que d’autres, pour un total de 1,8 million, avaient été promis. Le ministère public a concentré son attention sur les appels d’offres gérés par la centrale d’achat de la région de Sicile et l’unité sanitaire locale 6 de Palerme. Les procédures ont été prétendument pilotées. Plus précisément, les yeux des enquêteurs se sont portés sur : la gestion et la maintenance des équipements électromédicaux (Asp Palermo, plus de 17 millions d’euros) ; les services intégrés pour la maintenance des équipements électromédicaux (Cuc, plus de 202 millions d’euros) ; la fourniture de vecteurs énergétiques, la gestion et la maintenance des systèmes technologiques (Asp Palermo, plus de 126 millions d’euros) ; les services de nettoyage pour les organismes régionaux (plus de 227 millions d’euros).

Selon les enquêtes, le pacte entre les parties garantissait l’enrichissement des fonctionnaires et des intermédiaires. Les pots-de-vin représentaient 5 % du montant du contrat. La chaîne de commandement dévoilée prévoyait que l’entrepreneur intéressé par l’appel d’offres s’adressait au fixateur et, par son intermédiaire, transmettait ses souhaits à l’agent public. Les fonctionnaires lui fourniraient alors des instructions sur la manière de préparer une offre appropriée pour remporter l’appel d’offres.

Le député régional Carmelo Pullarà, qui a été élu sur la liste populaire et autonome, est également impliqué dans l’enquête. Pullara aurait fait pression pour obtenir un traitement favorable d’une entreprise.

Source 1

Source 2


Autres