L’appel à la mesure de la famille de Maxime Beltra, vacciné quelques heures avant son décès à Sète.


L’appel à la mesure de la famille de Maxime Beltra, vacciné quelques heures avant son décès à Sète.

Après avoir publié une vidéo faisant le lien entre la mort de Maxime Beltra, âgé de 22 ans, et l’injection du vaccin Pfizer, son père lance un appel à la mesure. Il le fait savoir par son avocat.

Publié le 30.7.2021 par Valentin Bertrand France Bleu Hérault

Sète


Patrick Gontard, avocat de la famille de Maxime Beltra
Patrick Gontard, avocat de la famille de Maxime Beltra – Cabinet Gontard

Sous le choc après la mort de son fils, lundi 26 juillet, Frédéric Beltra n’avait pas mâché ses mots dans une vidéo, depuis très relayée sur les réseaux sociaux : « Il est criminel de mettre sur le marché des vaccins qui ne sont pas certifiés et qui tuent des jeunes en pleine forme ». Le père de famille accusait alors le vaccin Pfizer d’avoir provoqué l’œdème de Quincke qui a été fatal à Maxime Beltra, âgé de 22 ans.

En milieu de semaine, le parquet de Montpellier se saisit de l’affaire et ouvre une information judiciaire. L’objectif est de déterminer ce qui a réellement provoqué cette réaction allergique qui finit par couper la respiration. Selon les premiers éléments de l’enquête, il est « établi » que Maxime a « absorbé, peu avant son décès, un aliment pour lequel il avait une allergie connue ». La suite des investigations doit déterminer s’il y a un lien avec l’œdème de Quincke.

Dans le même temps, la vidéo aux propos virulents a été massivement relayée sur des groupes antivaccin. Des opposants au pass sanitaire ont également proposé de dédier la manifestation de samedi à Maxime Beltra.

De son côté, la famille dit « faire confiance à la justice ». Son avocat, maître Patrick Gontard, lance lui un appel à la mesure : « La vidéo, c’est l’expression d’un écorché vif et du malheur qui lui tombe dessus. Passé le terrible coup et l’explosion de la tristesse, la famille s’est rendue compte que la justice avait très rapidement réagi et qu’elle était vraiment à la recherche de la vérité. » 

« La vidéo, c’est l’expression d’un écorché vif et du malheur qui lui tombe dessus. Passé le terrible coup et l’explosion de la tristesse, la famille s’est rendue compte que la justice avait très rapidement réagi et qu’elle était vraiment à la recherche de la vérité. » 

Patrick Gontard précise qu’il n’entend pas amener l’affaire sur le terrain politique, mais uniquement sur le volet sanitaire : « Je crois qu’il faut savoir aujourd’hui si, techniquement, il y avait suffisamment de recul pour certaines populations comme les allergiques quant aux effets secondaires du vaccin ». Il poursuit : « Le problème est de savoir si le vaccin n’a pas favorisé un développement surmultiplié de l’allergie (de Maxime, ndlr), et donc de l’œdème de Quincke ».

« Le problème est de savoir si le vaccin n’a pas favorisé un développement surmultiplié de l’allergie (de Maxime, ndlr), et donc de l’œdème de Quincke. » 

L’avocat de la famille souligne enfin que le père de Maxime n’ira pas manifester, samedi 31 juillet, contre les dernière mesures sanitaires encourageant à la vaccination.



Source