Q SCOOP – Plus de la moitié des 10 pays les plus touchés par le virus du PCC utilisent des vaccins fabriqués en Chine.


Plus de la moitié des 10 pays les plus touchés par le virus du PCC utilisent des vaccins fabriqués en Chine.

Publié le 18.6.2021 par Frank Yue


Flacons du vaccin CoronaVac, développé par la société chinoise Sinovac Biotech, à Bangkok, le 24 février 2021. (Lillian Suwanrumpha/AFP via Getty Images)

Flacons du vaccin CoronaVac, développé par la société chinoise Sinovac Biotech, à Bangkok, le 24 février 2021. (Lillian Suwanrumpha/AFP via Getty Images)

Selon les données disponibles, plus de la moitié des dix pays les plus gravement touchés par le virus du PCC dans le monde ont utilisé des vaccins chinois.

Our World in Data, une base de données en ligne créée par l’université britannique d’Oxford, fournit des données sur le nombre d’infections par jour pour 1 million de personnes.

Au 16 juin, les 10 pays les plus touchés et les chiffres correspondants étaient les suivants : Seychelles (1 690), Uruguay (827), Mongolie (729), Colombie (551), Maldives (508), Bahreïn (506), Argentine (506), Suriname (437), Koweït (365) et Chili (342).

Aux Seychelles, 57 % des vaccins sont fournis par la société chinoise Sinopharm pour le groupe d’âge de 18 à 60 ans, les 43 % restants étant administrés aux personnes de plus de 60 ans au moyen de vaccins AstraZeneca, selon le New York Times.

En Uruguay, pays d’Amérique du Sud, les citoyens avaient reçu environ 2,74 millions de doses au 29 mai. Parmi eux, 80 % des vaccins étaient des produits Sinovac, selon le China News Service.

À Bahreïn, une nation insulaire du Moyen-Orient, près d’un million de personnes ont reçu leur premier vaccin, soit 56,3 % de la population totale du pays, tandis que 47 % ont reçu deux doses. Parmi eux, la couverture des vaccins Sinopharm a dépassé 60 % du total dans la localité, selon BackChina.com.

Toujours en Amérique du Sud, l’Argentine a reçu 4 millions de doses de vaccins Sinopharm, selon un rapport de Tencent. En outre, 76,6 % des vaccins de la Colombie provenaient de la société chinoise Sinovac, selon NetEase. Au Chili, au 16 mai, le nombre total de vaccins du pays était de 16,57 millions, dont plus de 80 % étaient des produits Sinovac, selon l’agence de presse Xinhua.

La Mongolie, voisine de la Chine au nord, a reçu 4,3 millions de doses de vaccins Sinopharm, a rapporté le New York Times.

L’efficacité des vaccins fabriqués en Chine remise en question

L’efficacité de la protection vaccinale en Chine continentale a également été remise en question.

Depuis que les vaccins fabriqués en Chine ont été approuvés le 30 décembre 2020, leur efficacité a longtemps été remise en question, notamment en raison de l’opacité du processus de développement. Pire encore, les autorités du Parti communiste chinois (PCC) ont été réticentes à publier les rapports sur les effets indésirables de ces vaccins.

Tao Lina, un spécialiste des vaccins basé à Shanghai, a commenté les 73 effets secondaires possibles des vaccins Sinopharm sur Weibo, une plateforme de type Twitter : « [Ce] vaccin a fini par devenir le moins sûr du monde. »

Ce post a depuis été supprimé par les censeurs.

Bien que le régime du PCC n’ait pas publié de rapports de décès après la prise de vaccins nationaux, Hong Kong a annoncé 14 cas de décès, âgés de 55 à 80 ans, après avoir reçu la vaccination, survenus en un mois depuis le 28 février.

Le Dr Li Longteng, doyen de l’hôpital général de l’hôpital Renji de Taipei, a déclaré dans une interview avec Epoch Times que l’importation de vaccins fabriqués en Chine à Taïwan est essentiellement un « faux problème » car les vaccins Sinopharm et Sinovac sont tous deux inactivés.

« Leur sécurité n’est vraiment pas très bonne. Leur efficacité non plus », a-t-il ajouté.

Il a fait remarquer que même le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a interdit l’utilisation de médicaments chinois, y compris les vaccins contre le Covid-19 fabriqués en Chine, dans les principaux hôpitaux de sa capitale, Pyongyang, après qu’un haut responsable du régime est décédé en mai après avoir pris un médicament produit en Chine.


Source